Les espions regardent l’extrême droite allemande

Appuyez sur play pour écouter cet article

L’Allemagne doit-elle protéger ses citoyens contre l’attrait de l’extrême droite?

Cette question a suscité des passions à Berlin cette semaine alors que le service de renseignement intérieur, connu sous son acronyme allemand, BfV, se demande s’il faut mettre le parti Alternative pour l’Allemagne (AfD) sous surveillance pour suspicion d’extrémisme de droite.

Selon la constitution allemande, «les partis dont… les partisans se comportent de manière à porter atteinte ou à éliminer l’ordre fondamental démocratique libre… sont inconstitutionnels» et peuvent donc être interdits par la Cour constitutionnelle fédérale.

Pour que le tribunal prenne cette décision, il lui faut d’abord des preuves déterrées par le BfV, c’est pourquoi l’agence dispose de moyens de grande portée pour surveiller une partie une fois qu’elle est jugée «suspecte». Cette désignation donne aux autorités le droit d’exploiter les communications électroniques des membres et même d’installer des informateurs infiltrés dans les rangs du parti.

Si les tendances d’extrême droite de l’AfD ne sont pas un secret, le parti est également le plus grand groupe d’opposition au Bundestag, le parlement allemand. Cela rend la décision de rapprocher le parti d’une interdiction particulièrement difficile. Elle risque également d’être vue comme la confirmation de l’un des thèmes centraux de l’AfD: que «l’establishment» est là pour l’obtenir.

Le ministre de l’Intérieur Horst Seehofer a donc pris son temps pour évaluer un rapport de 1000 pages adressé à son ministère par le BfV sur l’existence de motifs de mise sous surveillance de l’AfD. Tout revers juridique plus tard serait une gêne, un peu comme deux tentatives infructueuses d’interdire le parti néo-nazi NPD en 2003 et 2017, des défaites qui vexent Berlin à ce jour.

La première tentative a échoué en 2003 lorsque la Cour constitutionnelle fédérale a décidé qu’un grand nombre d’informateurs du BfV dans le parti, y compris ses dirigeants, rendaient impossible de déterminer dans quelle mesure le NPD avait été contrôlé de l’extérieur. Quatorze ans plus tard, la deuxième tentative échoua car les juges jugèrent la menace du NPD à la démocratie trop insignifiante pour justifier l’interdiction de tout le parti.

Andrea Lindholz, qui préside la commission de l’intérieur du Bundestag et est membre du Panel de surveillance parlementaire qui contrôle les agences de sécurité allemandes, s’est dit convaincu que toute décision de mettre l’AfD sous surveillance serait juridiquement irréprochable. «Le ministre de l’Intérieur attache la plus grande importance à ce que la décision soit juridiquement aussi sûre que possible», a déclaré Lindholz, membre de l’Union chrétienne-sociale de Bavière (CSU), le même parti que Seehofer.

Le débat sur l’opportunité de mettre l’AfD sous surveillance survient alors que l’Allemagne réfléchit à nouveau au chapitre le plus sombre de son histoire. Mercredi, le parlement allemand a célébré le Jour du Souvenir de l’Holocauste, avec un discours d’un survivant de l’Holocauste qui s’est prononcé contre l’AfD. Samedi marque le 88e anniversaire d’Adolf Hitler devenant chancelier du Reich allemand.

Le traitement de l’affaire par l’Allemagne est également surveillé de près par les pays d’Europe, où la lutte pour neutraliser les mouvements d’extrême droite populistes est devenue un défi perpétuel.

Après des informations plus tôt ce mois-ci selon lesquelles l’agence de renseignement était susceptible de mettre bientôt l’ensemble de l’AfD sous surveillance, le parti a réagi immédiatement. Alarmée par la perspective d’être surveillée pendant une année électorale charnière, l’AfD a intenté des poursuites devant un tribunal de Cologne pour éviter d’être placée sous la suspicion officielle du BfV.

Quelques jours plus tôt, le 21 janvier, le coprésident de l’AfD, Jörg Meuthen, un député européen, a publié un communiqué de presse, notant qu’un document interne de la branche étatique berlinoise du BfV concluait qu ‘«il n’y a pas d’indications factuelles suffisantes des aspirations anti-constitutionnelles de la part de l’AfD Berlin qui pourraient justifier une élévation au statut de cas de suspicion.

Le fait que l’AfD ait même eu accès au journal interne a provoqué une irritation à Berlin, car cela suggérait fortement qu’il y avait une taupe à l’agence. Réagissant à la fuite, le ministre de l’Intérieur de Berlin, Andreas Geisel, a déclaré qu’il y avait des «défauts méthodologiques» dans le document et a suspendu le chef de l’unité qui l’avait rédigé.

Les politiciens traditionnels disent qu’il y a de bonnes raisons d’envisager de mettre l’AfD sous surveillance. «Il y a sans aucun doute de nombreuses déclarations de politiciens de l’AfD qui prouvent que ce parti n’est pas une alternative démocratique», a déclaré Lindholz.

Le député a également cité le fait qu’une poignée de personnes invitées par des politiciens de l’AfD ont tenté de perturber les travaux parlementaires en novembre dernier, lorsque le Bundestag a modifié une loi, la loi sur la protection de la population, pour autoriser les restrictions liées aux coronavirus.

L’un des intrus a été filmé en train de harceler le ministre de l’Économie Peter Altmaier. Les incidents ont suscité l’indignation à Berlin et dans tout le pays.

«Les incidents entourant la loi sur la protection de la population ont une fois de plus montré qu’au sein de ce parti, il y a des gens qui méprisent et abusent de notre démocratie libérale», a déclaré Lindholz.

Pendant ce temps, plus tôt cette semaine, l’antenne du BfV dans l’État de Saxe-Anhalt, à l’est, a décidé de mettre l’AfD sous surveillance au niveau régional. Le parti local a la réputation d’abriter certains des membres les plus radicaux de l’AfD.

Les soupçons des espions

De retour à Berlin, les médias locaux ont rapporté la semaine dernière que, selon des sources du BfV, la personne soupçonnée d’avoir divulgué le document interne à l’AfD était un «type Maaßen», une allusion à l’ancien président de l’agence Hans-Georg Maaßen, qui a été envoyé. en retraite anticipée en 2018 au milieu d’allégations – qu’il a démenties – selon lesquelles il sympathisait avec certaines des opinions les plus radicales de l’AfD.

La question de la prétendue proximité idéologique de Maaßen avec l’AfD a également été soulevée lors d’une conférence de presse gouvernementale à Berlin cette semaine, alors que l’ancien chef des espions travaillait pour le cabinet d’avocats qui représente l’AfD dans les poursuites que le parti a déposées devant le tribunal de Cologne. Une porte-parole du ministère de l’Intérieur a déclaré qu’il faudrait examiner si la situation soulève des problèmes juridiques.

Mais avant que la question n’aille plus loin, Maaßen a annoncé mardi qu’il cesserait de travailler pour le cabinet d’avocats, car il pourrait devenir témoin dans l’affaire.

Maaßen, membre du parti CDU d’Angela Merkel mais critiquant ouvertement le cap centriste de la chancelière, a été une fois accusé d’avoir conseillé à l’AfD de réduire son radicalisme afin de devenir un mouvement plus durable. Il a nié ces accusations, mais ses opinions de droite, qu’il diffuse régulièrement sur Twitter et ailleurs, lui ont valu la réputation d’être au moins favorable à l’AfD.

Indépendamment du rôle de Maaßen, les appels à la modération au sein de l’AfD se sont multipliés ces dernières années, notamment de la part du co-leader Meuthen, qui veut dissiper les craintes que son parti soit une bombe à retardement d’extrême droite. L’AfD a publié ce mois-ci une déclaration affirmant que l’ensemble du parti «s’engage sans réserve à [a definition of] le peuple allemand comme la somme de toutes les personnes qui possèdent la nationalité allemande »et non, comme de nombreux extrémistes le préféreraient, une question de« sang ».

La déclaration a été signée par Meuthen, la dirigeante adjointe Alice Weidel et de nombreux autres hauts responsables politiques de l’AfD, dont Björn Höcke, le chef de l’AfD dans l’État de Thuringe, à l’est, qui a acquis une notoriété en faisant fréquemment des remarques racistes et fascistes. Höcke, qui a des liens avec les néo-nazis et est sous la surveillance du BfV depuis l’année dernière, était également co-leader de l’extrémiste de droite de l’AfD. Flügel («Aile»), officiellement dissoute en avril 2020.

Mais des doutes persistent quant à savoir si les ex-membres radicaux de la faction ont effectivement cessé de collaborer et d’exercer une influence dans le parti.

«De nombreux membres de la [Flügel], qui est considéré comme définitivement extrémiste de droite, sont toujours actifs dans ce parti », a déclaré Lindholz. «Höcke est toujours le chef du groupe parlementaire au parlement de l’état de Thuringe. Tout cela montre sûrement que la dissolution soudaine du Flügel n’était finalement qu’une feuille de vigne née de la nécessité.

  • Innoxa Expert Accessoires Ciseaux à Moustache Lames Droites Inox 10,8cm
    Innoxa Expert Ciseaux à Moustache Lames Droites Inox 10,8cm taille les poils de la moustache avec une précision extrême. Ses lames droites coupent facilement ,pour un résultat parfait.
  • Emotion Balnéo Océan 160 Premium à droite sans robinets
    Balnéo Océan 160 sans robinets à droite, la détente et le bien-être : La qualité allemande fait du bien. Pour 1 personne(s)!   Dimension: (L/P/H) 160 / 70 / 57 cm.   Équipement Standard (Made in Germany): 6 grosses buses latérales (Hydrojets), 1x4 grosses buses dorsales (Hydrojets), 8 buses d'air (air-jets)
  • Petit dictionnaire pour lutter contre l'extrême droite - Olivier Duhamel - Livre
    Politique - Occasion - Bon Etat - Seuil GF - Grand Format - Structure Coopérative d'insertion à but non lucratif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *