Nouveau point chaud de l’UE pour les coronavirus: le Portugal a besoin de l’aide de l’Europe

Susana Peralta est professeur agrégé d’économie à l’Universidade Nova de Lisboa et chroniqueur pour Público.

LISBONNE – Dans toute la confusion et la détresse suscitées par les campagnes de vaccination contre le coronavirus, l’Europe risque de prêter trop peu d’attention à la situation extrêmement critique au Portugal, qui connaît un pic effrayant de cas de COVID-19.

Jeudi dernier, le pays a enregistré un nombre record de nouveaux cas, avec près de 13 000 cas. Pour mettre ce chiffre en perspective: l’Allemagne a été effrayée à juste titre environ 25 000 cas par jour ces dernières semaines. Contrôlé pour la population, les chiffres portugais représenteraient 110 000 nouveaux cas par jour en Allemagne.

Nos hôpitaux débordent et commencent à avoir des problèmes d’approvisionnement en oxygène. Vendredi, trois patients ont été transportés par avion de Lisbonne vers l’île de Madère en raison d’un manque de lits de soins intensifs. Les ambulances font la queue devant la salle d’urgence du plus grand hôpital du pays, attendant parfois plus de 12 heures.

Si la situation ne s’améliore pas, le Portugal risque de devenir dans cette dernière vague de coronavirus ce que Bergame, en Italie, était dans la première vague de mars dernier: un symbole de l’incapacité de l’Europe à apporter un soutien efficace et opportun à un pays membre qui en avait désespérément besoin.

Pour être clair: cette crise est artisanale. Le gouvernement portugais à court de liquidités a commis des erreurs critiques dans sa gestion de la pandémie et a choisi de donner la priorité aux solutions à court terme. Alors que le reste de l’Europe fermait des restaurants et des cafés, les nôtres étaient autorisés à continuer à fonctionner à temps partiel. Les installations sportives, les coiffeurs et les magasins étaient ouverts jusqu’au 15 janvier.

Ajoutez à cela un grave manque d’investissement dans notre système de santé, qui est parmi les plus faibles de l’UE, et vous avez tous les ingrédients d’une tempête parfaite.

Notre secteur de la santé souffre d’un manque de financement et de planification depuis les années de la troïka. À ce moment critique, le personnel s’appuie sur des outils de base tels que des feuilles de calcul Excel et des groupes WhatsApp parmi les médecins pour s’organiser, selon des rapports récents.

C’est un problème qui est antérieur à la pandémie et continuera d’avoir de graves effets d’entraînement. Dans une interview la semaine dernière, Alexandre Lourenço, président de l’Association portugaise des administrateurs d’hôpitaux, a déclaré que le Portugal avait traversé la première vague l’année dernière en retardant 120000 chirurgies et plus de 10 millions de consultations médicales, dont la plupart n’ont toujours pas été effectuées.

Face à une catastrophe humanitaire, ce n’est pas le moment de se laisser distraire par des discussions de blâme. Vous ne demandez pas d’abord aux victimes d’un accident de la route de qui est la faute. Vous les aidez.

C’est ce que le Portugal demande à l’UE. Lisbonne a toujours été un partenaire constructif. À présent, il a besoin de ses collègues membres de l’UE pour apporter une aide immédiate et significative. Dans un geste bienvenu, l’Allemagne et l’Autriche ont déjà mobilisé leur soutien.

De toute urgence, nous devons créer des hôpitaux de campagne pour traiter les cas les plus bénins et libérer nos hôpitaux pour les patients les plus gravement touchés.. Pour ce faire, nous avons besoin de matériel médical, de soutien logistique et, si possible, de ressources humaines.

L’Association portugaise des administrateurs d’hôpitaux estime que 1 000 patients atteints de COVID-19 – parmi les 6 000 actuellement hospitalisés – pourraient être renvoyés des hôpitaux vers ce type d’établissement médical. Selon Lourenço, cela ferait une plus grande différence que de transférer les cas les plus graves vers des hôpitaux étrangers.

L’UE et ses pays membres, lorsqu’ils travaillent ensemble, peuvent accomplir beaucoup. Nous sommes un club compliqué, dans lequel chaque membre veut avoir une voix. Et quand les choses tournent mal, nous aimons nous blâmer les uns les autres, ou l’administrateur du club – la Commission européenne.

Faisons mieux cette fois. Agissons vite, ensemble, pour sauver des vies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *