Mary Lou McDonald «  désolée  » pour le meurtre de Lord Mountbatten par l’IRA

La dirigeante du Sinn Féin, Mary Lou McDonald, a déclaré qu’elle était «désolée» que l’IRA ait tué Lord Mountbatten en 1979.

Mme McDonald a qualifié l’assassinat – au cours duquel trois autres personnes dont deux enfants ont été tués – de «déchirant». Elle parlait un jour après les funérailles du prince britannique Philip, mari de la reine Elizabeth II et neveu de Mountbatten.

Interrogée sur la radio britannique Times Radio si elle s’excuserait personnellement auprès du prince Charles pour l’attaque, elle a répondu: «L’armée et les forces armées associées au prince Charles ont mené de très nombreuses actions violentes sur notre île. Et je peux dire, bien sûr, que je suis désolé que cela se soit produit.

Mme McDonald a ajouté: «Bien sûr, c’est déchirant. Mon travail, et je pense que le prince Charles et d’autres l’apprécieraient absolument, mon travail consiste à diriger depuis le front, maintenant, en ces temps.

Mme McDonald a déclaré que «tout notre travail consiste à nous assurer qu’aucun autre enfant, aucune autre famille, quelle que soit sa personne, ne soit confronté au type de traumatisme et de chagrin qui était trop courant de tous les côtés – laissez-moi le souligner de tous les côtés – de cette île et au-delà.

«J’ai un engagement et une responsabilité absolus de m’assurer qu’aucune famille ne sera à nouveau confrontée à cela. Et je suis heureux de répéter que le week-end où votre reine a enterré son mari bien-aimé.

Le prédécesseur de Mme McDonald, Gerry Adams, ne s’est pas excusé auprès du prince Charles lors d’une réunion en 2015, après quoi il a déclaré qu’il se tenait au-dessus de ses commentaires selon lesquels le royal «connaissait le danger» dans lequel il se trouvait en venant en Irlande.

L’europe-infos.fr a demandé au Sinn Féin de clarifier si Mme McDonald faisait des «excuses» pour l’attaque de l’IRA, ce qui était l’interprétation qu’un certain nombre de médias faisaient de ses commentaires. Plusieurs heures après avoir demandé des éclaircissements, il n’y a pas eu de réponse du parti.

Le député du DUP, Gregory Campbell, a déclaré que son parti avait noté «les excuses» pour les meurtres à Mullaghmore.

Ce serait incroyable si quelqu’un était félicité pour avoir exprimé ses excuses pour le meurtre de deux adultes et de deux enfants, a-t-il déclaré.

Faisant référence aux remarques de M. Adams sur la mort de Lord Mountbatten, M. Campbell a déclaré: «La position du Sinn Féin a-t-elle maintenant changé?»

«Les excuses sont une chose, nous devons maintenant voir la condamnation et la justice pour tous les meurtres qui ont eu lieu ce jour-là», a-t-il ajouté.

Lord Louis Mountbatten a été tué lorsqu’une bombe de l’IRA a explosé à bord de son bateau au large de Co Sligo. Le petit-fils de 14 ans de Mountbatten, Nicholas Knatchbull, a également été tué; la grand-mère du garçon, Lady Doreen Brabourne; et Paul Maxwell, un garçon de 15 ans d’Enniskillen.

Après sa première rencontre avec le prince Charles dans la République, M. Adams a déclaré qu’ils avaient tous deux exprimé leurs regrets pour les morts dans les troubles et parlé des attentats à la bombe à Mullaghmore ainsi que d’autres atrocités.

Une Irlande unie

Mais il a refusé de se rétracter des commentaires précédents selon lesquels le royal «n’aurait pas pu s’opposer à la mort» car «il connaissait le danger de venir dans ce pays».

«Je maintiens ce que j’ai dit alors. Je ne fais pas partie de ces personnes qui s’engagent dans le révisionnisme. Heureusement, la guerre est finie », a déclaré M. Adams à l’époque.

Mme McDonald a déclaré à Times Radio qu’elle avait rencontré le prince Charles à plusieurs reprises, ajoutant qu’il «m’avait écrit une belle lettre, me souhaitant bonne chance et me souhaitant un rétablissement complet» après avoir contracté le coronavirus l’année dernière.

«Je pensais que c’était le plus décent et le plus gentil de sa part», dit-elle.

Dans l’interview, Mme McDonald a également déclaré qu’elle s’attendait à voir deux référendums – l’un dans la République et l’autre dans le Nord – qui aboutiront à une Irlande unie d’ici 10 ans.

« Permettez-moi de dire que ce n’est pas simplement une question grossière de fixer le Nord à la République telle qu’elle est actuellement constituée », a-t-elle ajouté.

«C’est un processus qui offrira à l’Irlande une énorme et immense opportunité de faire les choses correctement en termes de prestation de services publics, en termes de notre modèle industriel et économique, en termes de droits civils, démocratiques et humains, en termes de notre cadre constitutionnel . C’est une énorme opportunité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *