Sláinte! Les pubs irlandais remportent la bataille juridique contre le coronavirus

DUBLIN – Les pubs irlandais, fermés pendant près d’un an par la pandémie, ont porté un toast vendredi à la victoire du COVID-19 devant le tribunal qui obligera le plus grand assureur irlandais à leur verser des dizaines de millions d’euros.

Le jugement de la Haute Cour de Dublin était attendu avec impatience dans ce pays de 4,9 millions d’habitants et plus de 7 000 pubs. La plupart sont fermés depuis la Saint-Patrick – Il y a 326 jours – pour empêcher la transmission du virus de près, leur personnel bénéficiant de l’aide sociale d’urgence.

La société d’assurance FBD, qui couvre 1 300 pubs, avait refusé de payer les clauses «d’interruption d’activité» des polices, arguant que celles-ci n’avaient jamais été rédigées en pensant à une pandémie nationale ou mondiale.

FBD avait néanmoins mis de côté 30 millions d’euros en août en prévision de perdre l’affaire, un résultat considéré comme probable depuis la décision de la Cour suprême du Royaume-Uni. le mois dernier, les assureurs doivent verser une telle compensation aux maisons publiques britanniques.

Les publicains ont poursuivi FBD pour avoir refusé de payer sur des politiques qui, dans leur langue standard pour les pubs, incluent «des épidémies de maladies contagieuses ou infectieuses sur les lieux ou dans un rayon de 25 miles. Les avocats de FBD avaient fait valoir que l’épidémie de COVID-19 était à l’échelle nationale, et non locale aux pubs en question, annulant la couverture.

Quatre pubs – Sean’s Bar dans la ville des Midlands d’Athlone et les pubs de Dublin Citron et duc, Leopardstown Inn et Sinnotts Bar – ont présenté le cas test après avoir vécu ce que l’on a appelé «un mur de silence» de FBD.

Le jugement de 214 pages de vendredi a révélé que l’échelle géographique de la pandémie ne prévalait pas sur les obligations légales de FBD.

Le juge Denis McDonald a écrit que la propagation du COVID-19 en Irlande en mars 2020 avait posé un «péril composite» pour le commerce des pubs que, en supposant que des épidémies se produisaient à moins de 40 km de chaque entreprise, FBD était obligée de couvrir.

« Il n’aurait jamais dû en arriver là », a déclaré Noel Anderson, directeur général du Lemon & Duke, un pub copropriété par les internationaux de rugby à la retraite Rob et Dave Kearney, Jamie Heaslip et Seán O’Brien.

Anderson a déclaré que les experts du FBD avaient reconnu dès le départ par écrit que leur politique couvrait les pertes de COVID-19.

«Pourtant, pour que notre réclamation soit réglée», a-t-il déclaré, «nous avons été contraints de traverser 10 mois de profonde incertitude financière, un risque supplémentaire important en prenant cette mesure, ainsi que des tensions et des tensions considérables pour arriver à un résultat qui aurait dû être clair dès le départ.

Dans un déclaration à la bourse Euronext Dublin, FBD a déclaré qu’il acceptait le verdict. Il s’est engagé à commencer des «paiements intermédiaires» à ses pubs assurés, mais ne pouvait pas connaître les coûts totaux probables jusqu’à ce que le tribunal de commerce se prononce à ce sujet le 17 février.

La société irlandaise, fondée en 1969 en tant qu’assureur agricole appelé Farmer Business Developments, a déclaré qu’elle s’attendait à subir des pertes «dans la fourchette des résultats financiers considérés, la FBD restant fortement capitalisée».

Les actions de FBD ont glissé immédiatement après le jugement, mais se sont négociées en forte hausse vendredi après-midi. Le cabinet, avec 900 collaborateurs et 500000 clients, a réalisé un bénéfice net 2019 de 98,2 millions d’euros.

Le gouvernement et la Banque centrale d’Irlande ont exhorté les autres assureurs publics pour commencer à payer leur couverture d’interruption des affaires.

Les analystes estiment que l’exposition probable du secteur de l’assurance aux pertes de polices des pubs irlandais dépassera les 200 millions d’euros, d’autant plus que les fermetures pourraient bien durer jusqu’à l’été.

L’Irlande en est aux premiers stades des efforts de vaccination. La couverture n’est pas encore complète dans les maisons de soins infirmiers et les hôpitaux, et le gouvernement ne s’attend pas à ce que tous les citoyens reçoivent leurs vaccins avant septembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *