Un accord avec l’UE renforce l’avantage de la Chine dans la guerre des médias

Malgré les inquiétudes croissantes concernant la désinformation et la propagande chinoises en Europe, l’accord commercial de l’UE avec Pékin ne tente pas de rectifier les différences flagrantes en matière de droits d’accès entre les investisseurs européens et chinois en ce qui concerne les opérations médiatiques et d’information.

Les textes de l’accord d’investissement de l’UE avec la Chine ont été publiés vendredi et les documents montrent que Pékin a profité de l’occasion pour mettre en place des restrictions draconiennes sur les investissements étrangers dans les médias d’information et l’industrie du divertissement, précisant même que les programmes étrangers ne peuvent pas être diffusés entre 19 heures et 22h sans autorisation spéciale et que seuls les dessins animés chinois peuvent être montrés entre 17h et 22h

Alors que les dirigeants européens insistent souvent sur le fait que l’accord devrait aboutir à une « réciprocité » avec la Chine, la Commission européenne a manifestement omis d’introduire cette logique dans le secteur très important des nouvelles et de l’information. Les textes de l’accord conclu en décembre montrent que les investisseurs européens sont exclus des médias chinois tandis que les investisseurs chinois sont largement libres d’acheter des services d’information, des diffuseurs, des cinémas et des entreprises de production cinématographique dans l’UE.

En termes de soft power, cela signifie que les tables sont fermement inclinées en faveur de la Chine, permettant à Pékin de chercher de nouvelles incursions dans les affaires de ce que le président chinois Xi Jinping appelle «bien raconter les histoires de la Chine». Ce programme consistant à gagner les cœurs et les esprits grâce à des histoires de «bonnes nouvelles» sur la Chine est devenu un sujet brûlant pendant la pandémie de coronavirus, lorsque la Chine a été largement accusée de dissimuler les origines du virus, minimisant l’aide étrangère qu’elle a reçue et jouant le jeu. l’aide qu’il a apportée.

Le plus grand groupe de partis au Parlement européen, le Parti populaire européen de centre droit, a identifié cette ouverture aux prises de contrôle chinois des médias européens comme une source de préoccupation majeure dans son tout premier journal chinois cette semaine. Selon le rapport du PPE, la Chine a investi près de 3 milliards d’euros dans les entreprises médiatiques européennes au cours des 10 dernières années. «Nous encourageons donc la Commission à développer un système de réglementation à l’échelle de l’UE pour empêcher les entreprises de médias financées ou contrôlées par les gouvernements d’acquérir des entreprises de médias européennes», a-t-il déclaré.

Interrogée sur le déséquilibre, la Commission européenne a déclaré que l’accord UE-Chine consacrait simplement le statu quo que les parties avaient convenu en vertu des règles de l’Organisation mondiale du commerce. Cependant, l’accord donnera à la Chine un moyen supplémentaire de faire respecter ces engagements via un règlement des différends d’État à État sur mesure, auquel les autres membres de l’OMC n’ont pas accès.

L’accord « ne crée aucun nouveau droit pour les investisseurs chinois dans le secteur des médias – ni en privé ni en [publicly] En dehors du domaine commercial, le porte-parole a ajouté que l’accord n’affecterait pas la capacité des pays à réprimer les investisseurs chinois s’ils devaient agir «pour des raisons de sécurité et d’ordre public».

L’accord d’investissement UE-Chine a été conclu en principe à la fin de l’année dernière, mais doit être approuvé par le Parlement européen avant de pouvoir entrer en vigueur.

Les engagements de l’UE en matière d’accès au marché publiés vendredi accordaient explicitement un «traitement national» aux investisseurs chinois qui souhaitent acheter des services de presse ou des agences de presse dans la majorité des pays de l’UE. Cela signifie que les pays devraient accorder à un investisseur chinois les mêmes droits qu’un investisseur local. Seuls 11 États membres – la Bulgarie, la République tchèque, Chypre, l’Estonie, la Hongrie, la Lituanie, Malte, la Roumanie, la Pologne, la Slovénie et la Slovaquie – se sont réservés le droit de traiter différemment les investisseurs chinois.

La France est le seul pays qui est allé encore plus loin et a explicitement cité un principe de réciprocité dans les médias. Alors que d’autres grands pays de l’UE, dont l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne, ont promis à la Chine d’investir dans ses agences d’information et de presse, l’accord stipule que pour la France, «la participation étrangère dans des sociétés existantes éditant des publications en français ne peut dépasser 20% des du capital ou des droits de vote dans la société. »

L’UE est ouverte aux affaires – et à la propagande

L’accès inégal est déjà bien une réalité. Alors que les chaînes de vidéosurveillance contrôlées par l’État chinois telles que CGTN peuvent être diffusées librement dans toute l’Europe, les chaînes publiques de l’UE telles que DW et France 24 ne sont accessibles que dans les hôtels internationaux. Le mois dernier, la Chine a complètement interdit BBC World News après que la chaîne eut diffusé une série de rapports d’enquête détaillant les récits de persécution et de viol systématique de musulmans ouïghours au Xinjiang, ainsi que sur l’origine du coronavirus.

Marie-Pierre Vedrenne, une députée libérale française au Parlement européen, a déclaré que les annexes publiées vendredi l’avaient rendue plus sceptique à l’égard de l’accord en raison des déséquilibres d’accès au marché dans les secteurs des soft power tels que les écoles de commerce.

«Ces annexes étaient censées nous éclairer sur l’accord. Mais maintenant que la Commission les a publiés, j’ai encore plus de questions qu’avant », a-t-elle déclaré. « Selon la stratégie de la Commission, la Chine était un concurrent, un partenaire et un rival. Dans cet accord, je ne vois que l’UE la traiter comme un » partenaire « … La semaine prochaine, le groupe de suivi du Parlement discutera de l’accord UE-Chine avec la Commission et le négociateur de la Commission peuvent s’attendre à des questions critiques sur les annexes. »

Outre les investissements directs, la Chine a également cherché à tisser des liens plus solides avec ce qu’elle considérait comme des médias amicaux en Europe. Par exemple, en 2015, il a signé un mémorandum, dans le cadre de l’initiative Belt and Road (BRI), qui incluait des partenaires médiatiques espagnols et néerlandais. L’accord BRI de 2019 entre l’Italie et la Chine comprenait également une clause visant à «promouvoir les échanges et la coopération entre leurs … médias».

Industrie «  sensible  »

Reinhard Bütikofer, un eurodéputé vert qui dirige la délégation sur les relations avec la Chine au Parlement européen, a qualifié le secteur des médias de «secteur particulièrement sensible» et a déclaré que l’accord d’investissement UE-Chine n’avait pas réussi à résoudre tous les déséquilibres économiques.

«Lorsque nous avons travaillé sur le mécanisme de filtrage des investissements, j’ai insisté pour inclure le secteur des médias en tant que secteur systémique qui concerne également la sécurité nationale», a déclaré Bütikofer. «Malheureusement, tous les États membres n’ont pas leur propre mécanisme.»

Il a cité la République tchèque comme exemple, où les investissements chinois dans le secteur des médias locaux ont été utilisés comme un outil pour influencer la politique intérieure tchèque.

En 2015, la société chinoise théoriquement privée CEFC a acquis une participation dans Empresa Media, obtenant ainsi l’accès à une chaîne de télévision (TV Barrandov) et à certains magazines. Une étude de MapInfluenCE, un groupe de suivi de l’influence chinoise, a révélé que l’acquisition rendait la couverture de la Chine globalement plus positive.

« Nous voyons l’image habituelle ici, où le niveau des efforts de protection diffère d’un pays à l’autre sur le marché européen, et tout acteur de pays tiers peut bénéficier de cette réalité multiforme », a déclaré Bütikofer.

Vous voulez plus d’analyses de POLITICO? POLITICO Pro est notre service de renseignement premium pour les professionnels. Des services financiers au commerce, en passant par la technologie, la cybersécurité et plus encore, Pro fournit des renseignements en temps réel, des informations approfondies et des scoops dont vous avez besoin pour garder une longueur d’avance. E-mail [email protected] pour demander un essai gratuit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *