La Chine riposte après la décision de sanctions des États-Unis, du Canada, de l’UE et du Royaume-Uni

Les États-Unis, l’UE, le Royaume-Uni et le Canada ont imposé des sanctions à la Chine pour son traitement des musulmans ouïghours dans une démarche coordonnée qui a déclenché des représailles immédiates de Pékin.

Des interdictions de voyager et des gels d’avoirs ont maintenant été imposés à quatre fonctionnaires et à une organisation de sécurité pour persécution et internements massifs d’Ouïghours dans la région du Xinjiang. Ces mesures sont intervenues avant l’arrivée du secrétaire d’État américain Antony Blinken lundi à Bruxelles.

Les sanctions des puissances occidentales couvrent les hauts fonctionnaires et les entités du Xinjiang ayant des liens directs avec le système des camps d’internement. Il s’agit notamment du bureau de la sécurité publique et de Wang Junzheng, le chef du Parti communiste du Corps de production et de construction du Xinjiang, une organisation paramilitaire qui joue un rôle central dans l’économie et la sécurité de la région.

M. Blinken a déclaré que les sanctions démontraient «notre engagement continu à travailler au niveau multilatéral pour faire progresser le respect des droits de l’homme».

L’UE a été la première puissance occidentale à annoncer les sanctions et a été frappée par des représailles immédiates du ministère chinois des Affaires étrangères, qui a imposé des interdictions de voyage à 10 personnes et quatre entités de l’UE. Cela incluait des eurodéputés qui ont critiqué la politique de Pékin, comme l’eurodéputé français Raphaël Glucksmann, le chercheur allemand Adrian Zenz et l’analyste suédois Björn Jerdén.

‘Mensonges et désinformation’

Pékin a déclaré que les mesures de l’UE n’étaient «fondées que sur des mensonges et de la désinformation», ajoutant qu’elles avaient «gravement» sapé ses liens avec le bloc européen.

Le président du Parlement européen, David Sassoli, a déclaré que les contre-sanctions étaient «inacceptables» et auraient des «conséquences».

Une autre cible des sanctions occidentales est Zhu Hailun, chef de la puissante commission des affaires juridiques et politiques du Xinjiang de 2016 à 2019. Il a signé des documents internes du parti, qui ont ensuite été divulgués au Consortium international des journalistes les centres de formation »ont été conçus comme des prisons.

Les exactions contre les musulmans ouïghours au Xinjiang ont représenté «l’une des pires crises des droits humains de notre temps», a déclaré le ministre britannique des Affaires étrangères Dominic Raab, ajoutant que «les violations des droits humains à cette échelle» ne pouvaient être ignorées. Un nombre croissant de preuves, y compris des témoignages de survivants et des visites de diplomates britanniques, ont mis en évidence un «programme d’oppression très inquiétant».

«Œil aveugle»

«La communauté internationale ne fermera pas les yeux sur ces violations graves et systématiques des droits de l’homme», a-t-il déclaré.

Les listes de l’UE, du Royaume-Uni et du Canada n’incluent pas Chen Quanguo, le chef du Parti communiste du Xinjiang, le plus haut fonctionnaire de la région. M. Chen, souvent considéré comme le principal exécuteur des politiques radicales, a été visé par les sanctions américaines en juillet dernier.

Les nouvelles sanctions du Xinjiang font suite à la première réunion de haut niveau entre les États-Unis et la Chine depuis que Joe Biden est devenu président. M. Blinken et Jake Sullivan, conseiller américain à la sécurité nationale, ont rencontré leurs homologues chinois en Alaska la semaine dernière lors d’une réunion qui a dégénéré en une dispute publique extraordinaire.

Cette décision coordonnée intervient également moins d’une semaine après que l’administration Biden a imposé des mesures à 24 responsables chinois et de Hong Kong au sujet d’une loi chinoise qui érode davantage la démocratie dans l’ancien territoire britannique.

Il met également en évidence les efforts inconfortables du bloc européen pour maintenir les liens politiques et économiques avec Pékin tout en le confrontant dans d’autres domaines, tels que son bilan en matière de droits de l’homme. – Copyright The Financial Times Limited 2021

  • Vivre et travailler aux Etats-unis et au Canada - Collectif - Livre
    Travail & Management - Occasion - Etat Correct - Livre de bibliothèque, tampons présents - Vivre à l'étranger - Grand Format - Structure Coopérative d'insertion à but non lucratif.
  • Ladrome Ladrôme Huile Essentielle Bio Épinette Noire 10ml
    Ladrôme Huile Essentielle BIO Épinette Noire 10ml est une huile essentielle bio à l'épinette noire, un grand conifère du Canada et du Nord-Est des Etats-Unis connu pour ses vertus anti-infectieuses, anti-inflammatoires, anti-spasmodiques et antiseptiques.
  • Puressentiel Huile Essentielle Bio Épinette Noire 5ml
    Puressentiel Huile Essentielle Bio Épinette Noire 5ml est une huile essentielle bio à l'épinette noire, un grand conifère du Canada et du Nord-Est des Etats-Unis connu pour ses vertus anti-infectieuses, anti-inflammatoires, anti-spasmodiques et antiseptiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *