AstraZeneca a déclaré qu’il devait livrer des vaccins Covid à l’UE avant d’exporter des doses ailleurs

La société pharmaceutique AstraZeneca doit livrer ses vaccins sous contrat à l’Union européenne avant de pouvoir exporter des doses ailleurs dans le monde, a annoncé la Commission européenne après la réunion des dirigeants nationaux pour discuter de Covid-19 jeudi.

«Les entreprises doivent honorer leur contrat avec l’Union européenne avant d’exporter vers d’autres régions du monde. C’est bien sûr le cas d’AstraZeneca », a déclaré la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, à la suite du sommet en ligne.

«Je pense qu’il est clair pour l’entreprise que l’entreprise doit d’abord rattraper son retard, honorer le contrat qu’elle a conclu avec les États membres européens, avant de pouvoir recommencer à exporter.»

Lors de la réunion, les dirigeants de l’UE ont exprimé leur soutien au resserrement des contrôles sur les exportations de vaccins afin de permettre le refus des permis pour les lots envoyés vers des pays ayant un taux de vaccination plus élevé dans leur population, ou qui n’exportent pas vers l’UE à leur tour.

Avant le sommet, le gouvernement irlandais faisait partie de plusieurs pays ayant exprimé des réserves quant à la menace de refuser des permis d’exportation au cas où cela perturberait les chaînes d’approvisionnement mondiales.

Mais, s’exprimant par la suite, Taoiseach Micheál Martin a déclaré: «Dans le contexte des entreprises qui ne parviennent pas à honorer leurs contrats avec l’UE, le levier doit être là pour garantir que leurs contrats sont remplis, mais aussi que l’UE peut avoir certains filets de sécurité en respect de s’assurer qu’il dispose de suffisamment de vaccins pour sa propre population. »

Des chaînes d’approvisionnement

Le président américain Joe Biden s’est adressé au sommet de l’UE, un événement rare qui marque un nouveau départ pour la relation transatlantique après quelques années difficiles, et a promis de travailler avec Bruxelles pour maintenir les chaînes d’approvisionnement entre les principaux producteurs mondiaux de vaccins.

M. Martin a déclaré: «La commission et les États-Unis travaillent maintenant ensemble pour atténuer les goulots d’étranglement en ce qui concerne la production et la disponibilité des vaccins.»

L’UE et la Grande-Bretagne sont en pourparlers sur la manière de coordonner les vaccins, alors que Londres craint que le nouveau système ne freine son approvisionnement, tout comme l’Inde devrait également limiter ses exportations.

De nouveaux chiffres montrent que 77 millions de vaccins ont été exportés de l’UE, dont la part du lion de 21 millions vers la Grande-Bretagne, tandis que le bloc a reçu 88 millions de doses pour sa population de 447 millions de personnes.

Pendant ce temps, les ministres du gouvernement ont exprimé en privé leur inquiétude face à une augmentation marquée du nombre de cas ici alors que le Cabinet se prépare à décider d’assouplir les restrictions à partir du 5 avril.

Certains ministres n’ont pas écarté la possibilité que le nombre de cas quotidiens se rapproche de la barre des 1 000.

‘Rugueux’

« Cela va être difficile au cours des prochains jours avec un nombre de cas plus élevé », a déclaré l’un d’eux, s’exprimant sur la base de l’anonymat. «Cela rendra la décision d’assouplir les restrictions après le 5 avril plus problématique.

«En général, nous allons avoir un mois d’avril difficile en termes de chiffres, mais ils commenceront à diminuer très rapidement en mai une fois que l’impact du programme de vaccination commencera.»

Un autre a déclaré que le nombre de cas augmentait au «pire moment possible», ajoutant: «Prendre des décisions dans un contexte de 1 000 cas par jour limite la capacité de faire beaucoup.»

Cependant, il y a aussi une opinion selon laquelle un certain assouplissement des restrictions devra malgré tout se produire. La limite de 5 km devrait être levée et certains membres du gouvernement pensent que les déplacements devraient alors être autorisés à l’intérieur des limites du comté.

L’équipe nationale d’urgence de santé publique (Nphet) a signalé trois autres décès et 606 cas. Les taux d’infection à Tullamore, Co Offaly, ont de nouveau augmenté, la ville restant le pire endroit d’Irlande pour la propagation du virus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *