Le cas pour plus d’inflation

Olli Rehn est gouverneur de la Banque de Finlande et ancien vice-président de la Commission européenne.

HELSINKI – Les choix difficiles inhérents à la gestion de la crise du COVID-19 et ses retombées économiques dévastatrices ont mis en évidence un besoin pressant: il est temps pour les décideurs européens de repenser notre stratégie de politique monétaire.

L’année écoulée, au cours de laquelle nous avons appris à vivre avec des inconnues inconnues, nous a rappelé que la politique monétaire est autant un art qu’une science. Face à la dévastation économique, les autorités monétaires et budgétaires ont montré qu’elles étaient accommodantes, unissant leurs forces pour apporter une réponse politique économique rapide et énergique à la crise.

Les circonstances extraordinaires ont également rendu encore plus importante la réévaluation de la stratégie de politique monétaire de la Banque centrale européenne, lancée par la présidente Christine Lagarde l’année dernière.

Les grandes tendances structurelles ont remodelé nos économies au cours des dernières décennies. La relation entre la capacité de réserve de l’économie et l’inflation a changé, les taux d’intérêt naturels – le taux qui maintient l’économie en plein essor tout en empêchant l’inflation de monter – ont chuté et la croissance de la productivité est devenue lente.

En particulier, la baisse à long terme des taux d’intérêt naturels a laissé moins de place aux baisses des taux d’intérêt, d’autant plus que les coûts d’emprunt dans de nombreuses régions d’Europe ont oscillé à zéro, voire en dessous, bien que des mesures de politique monétaire autrefois qualifiées de non conventionnelles ont pu atténuer dans une certaine mesure cette contrainte.

La nécessité de mieux comprendre ce qui motive la dynamique de l’inflation est commune à toutes les banques centrales. La Réserve fédérale des États-Unis, par exemple, a révisé l’année dernière son cadre de politique monétaire et a constaté que l’économie pouvait supporter un chômage plus faible sans inflation rapide, renforçant ainsi l’inclusion sociale.

La Fed a introduit un nouveau cadre qui cible un taux d’inflation moyen de 2%, plutôt que d’essayer de le maintenir en dessous de ce chiffre, comme cela a toujours été le cas. La politique prend en compte l’inflation passée qui a été inférieure à 2% en ciblant une inflation temporairement plus élevée à l’avenir. Il semble avoir gagné en crédibilité. Les anticipations d’inflation à plus long terme semblent avoir augmenté aux États-Unis

Les économies européenne et américaine ne sont pas si différentes lorsqu’il s’agit d’évaluer la faiblesse de l’économie ou le niveau de l’emploi, de sorte que les conclusions de la Fed pourraient servir de référence pertinente pour la propre révision de la stratégie de la BCE, qui sera achevée plus tard cette année.

Le Conseil des gouverneurs de la BCE a passé six mois à discuter de la définition de l’objectif de stabilité des prix, de la meilleure façon de mesurer l’inflation et de l’efficacité des instruments de politique monétaire. L’une des questions clés du débat est de savoir comment ancrer efficacement les anticipations d’inflation. Si notre formulation de la cible d’inflation – inférieure mais proche de 2% – était appropriée pour faire baisser une inflation plus élevée que souhaitée au début des années 2000, elle a également généré une perception d’asymétrie et d’ambiguïté sur la cible. Dans notre environnement actuel d’inflation chroniquement basse, cette ambiguïté nuit à l’efficacité de notre politique monétaire.

À mon avis, il est essentiel pour aller de l’avant que nous nous assurions que la cible d’inflation soit considérée comme symétrique par le public. Cela signifie que nous avons besoin d’un véritable objectif de stabilité des prix à – et pas en dessous – de 2%. Nous avons alors besoin d’une fonction de réaction qui délivre des actions politiques suffisamment énergiques et tout aussi efficaces face aux écarts par rapport à cet objectif dans les deux sens. Cela tiendrait compte du risque accru d’atteindre des taux d’intérêt nuls.

Le mandat de la BCE exige également que les décideurs européens, sans préjudice de la stabilité des prix, favorisent une croissance économique équilibrée, le plein emploi et un développement durable. Parmi les autres éléments importants de l’examen de la stratégie, citons la numérisation de nos systèmes de paiement avec la création potentielle d’un euro numérique à l’avenir et le rôle des banques centrales dans la lutte contre les risques climatiques.

À plus long terme, la révision de la stratégie de la BCE nous aidera à servir les Européens aussi efficacement que possible à l’avenir. Alors que nous nous préparons à notre sortie potentielle des mesures de politique pandémique, nous pouvons capitaliser sur la révision de la stratégie et les prévisions pour relever les anticipations d’inflation, soutenir la croissance économique et l’emploi, et aider à atteindre l’objectif d’inflation dans la zone euro dans les années à venir.

  • ROBOT DE NETTOYAGE Venga! Robot Aspirateur 3 en 1, fonction balai, aspirateur et laveur de sol, avec un r&eacuteservoir; d&rsquo6
  • Pepe Jeans Veste d’hiver 'CAS' - Jaune - Taille: 164 - boy
    164 - Jaune - Type de veste: Veste matelassée; Rembourrage: Doublure chaude; Motif: Bloc de couleur; Design: Ceinture / ourlet élastique, Ourlet droit, Fermeture éclair, Poches latérales, Capuche avec col montant, Couture viennoise; Extras: Piqûres de finitions, Label Print, Coutures ton sur ton; Coupe: Coupe normale;
  • Pepe Jeans Veste d’hiver 'CAS' - Jaune - Taille: 164 - boy
    164 - Jaune - Type de veste: Veste matelassée; Rembourrage: Doublure chaude; Motif: Bloc de couleur; Design: Ceinture / ourlet élastique, Ourlet droit, Fermeture éclair, Poches latérales, Capuche avec col montant, Couture viennoise; Extras: Piqûres de finitions, Label Print, Coutures ton sur ton; Coupe: Coupe normale;

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *