À Bruxelles, les couvre-feux laissent les femmes se sentir en danger dans la rue

Appuyez sur play pour écouter cet article

À Bruxelles, les femmes disent que les couvre-feux nocturnes introduits pour ralentir la propagation du coronavirus ont un sérieux inconvénient: les rues vides signifient qu’il n’y a personne à qui appeler à l’aide si vous vous sentez à risque de harcèlement ou d’agression.

Les règles actuellement en vigueur dans la capitale belge interdisent aux personnes de quitter leur domicile entre 22 heures et 6 heures du matin, à moins qu’elles n’aient des activités essentielles à accomplir telles que des soins médicaux urgents ou un trajet pour se rendre au travail.

Certaines femmes disent que lorsqu’elles font de tels voyages, elles sont désormais confrontées à une perspective troublante de rues sombres et vides, dépourvues de l’agitation habituelle d’une soirée bruxelloise.

Avec le couvre-feu «c’est vrai que le sentiment d’insécurité, en tant que femme, s’est accru», a déclaré Aurélie Demesse, journaliste dans un quotidien belge. «Si quelqu’un m’attaque maintenant, il y a encore moins de gens qui seront là pour m’aider ou réagir.»

Sophie Rohonyi, députée belge du parti Défi, a déclaré: «C’est vraiment le manque de personnes qui vous met en danger, et c’est vrai que c’est spécifique au couvre-feu.»

Les préoccupations concernant la sécurité des femmes pendant la pandémie ont commencé à faire surface au début de la première vague du coronavirus l’année dernière, et en avril 2020, les femmes prenaient à social medjeune pour dénoncer l’augmentation des sifflements qu’ils subissaient lors des très rares sorties «essentielles» que les règles de verrouillage leur permettaient de faire.

Ils ont également dénoncé des messages légitimant le viol, à la suite de messages de certains hommes «avertissant» qu’ils risquaient d’agresser des femmes au fur et à mesure que le verrouillage progressait.

L’introduction des couvre-feux nocturnes a encore aggravé le sentiment d’insécurité croissant des femmes à Bruxelles, a déclaré Mariam Harutyunyan, entrepreneure et fondatrice de KinArmat, une marque belge de streetwear axée sur l’autonomisation des femmes.

«À l’époque pré-corona, la vigilance était un must», a-t-elle déclaré. Maintenant, «avec moins de gens dans les rues, il y a moins de monde vers qui se tourner lorsque vous ne vous sentez pas en sécurité, et à cause du couvre-feu, les gens rentrent chez eux tôt, ce qui signifie que les rues sont encore plus vides. C’était pire pendant l’automne et l’hiver, car les journées courtes signifiaient que vous ne pouviez pas vraiment rentrer à la maison avant le coucher du soleil », a-t-elle déclaré.

Un débat à l’échelle européenne

La question de la sécurité des femmes dans les rues des villes européennes a récemment été mise au point à la suite de la disparition et du meurtre présumé à Londres de Sarah Everard, 33 ans. En réponse à ce cas, des centaines de femmes ont partagé sur les réseaux sociaux leurs stratégies d’évitement pour prévenir le harcèlement dans les espaces publics. Cela a à son tour déclenché un débat au Royaume-Uni sur la question de savoir si le gouvernement a suffisamment fait pour lutter contre la violence à l’égard des femmes.

Bruxelles a sa propre histoire de violence et de harcèlement contre les femmes dans ses rues. En 2012, Sofie Peeters, une journaliste, a produit un documentaire sur les commentaires auxquels elle a été confrontée en se promenant dans la ville, déclenchant un débat sur le sexisme dans le pays.

Les statistiques suggèrent que cela reflète un problème plus large dans la société belge, avec une enquête de l’organisation caritative Plan International de 2019 montrant que 91% des femmes belges ont été victimes de harcèlement sexuel au moins une fois dans leur vie.

Cependant, les données de la police suggèrent également qu’une grande partie de ce harcèlement n’est pas signalée: en 2019, 71 plaintes ont été déposées dans tout le pays; en 2020, le chiffre était encore plus bas avec seulement 40 plaintes déposées.

Certaines victimes de harcèlement affirment ne pas penser qu’il vaut la peine de signaler ce qu’elles ont subi car elles ne pensent pas que les autorités feront quoi que ce soit à ce sujet, malgré un durcissement des lois contre ces crimes en 2014.

Ils disent que la fréquence du harcèlement et la difficulté qu’ils voient que la police a à trouver les auteurs leur donnent le sentiment que le signalement n’est pas une option.

«Quand je dis à mes filles d’aller à la police pour signaler un harcèlement public, elles refusent car ce serait autrement un événement hebdomadaire», a déclaré Khadija Zamouri, une députée libérale flamande au parlement bruxellois.

Réponse retardée

L’inquiétude croissante concernant les effets des couvre-feux sur la sécurité des femmes pendant le verrouillage n’a pas encore déclenché un grand débat à Bruxelles, mais certains signes montrent que les citoyens sont de plus en plus préparés à prendre position sur la question plus large de la sécurité des femmes dans les espaces publics.

En janvier, 11 000 personnes ont signé une pétition demandant aux autorités du quartier d’Etterbeek, où de nombreuses institutions européennes sont basées, de rendre le parc du Cinquantenaire et ses environs plus sûrs.

«Si Bruxelles – le cœur de l’Union européenne – ne peut pas protéger les femmes contre les viols mensuels… quel espoir reste-t-il pour la sécurité des femmes ailleurs», lit-on dans la pétition.

En réponse, les zones de police d’Etterbeek et de la Ville de Bruxelles, qui partagent la responsabilité du parc, ont élaboré un plan pour mieux coordonner leurs patrouilles et améliorer l’éclairage et la signalisation des voies d’accès et de sortie du parc.

S’il est trop tôt pour évaluer les résultats des nouvelles politiques, cette approche s’est déjà avérée bénéfique dans d’autres villes belges, comme à Liège, selon la police là-bas.

Les autorités bruxelloises ont également recherché d’autres solutions pour lutter contre le harcèlement de rue, au-delà de la modification de l’environnement physique.

Des patrouilles de police en civil ont maintenant été déployées dans ce qui est considéré comme des «points chauds» pour le harcèlement et les agressions tels que les stations de transports publics et les places de la ville.

«Dans certains endroits, près de 80% des femmes n’osent plus venir par peur du harcèlement, d’où ce projet», a déclaré le ministre belge de la Justice Vincent Van Quickenborne. «Nous voulons garantir aux femmes et aux filles qu’elles peuvent aller où elles veulent.»

Les défenseurs des droits des femmes se félicitent de ces mesures, mais ils disent aussi qu’il faut faire plus pour prévenir les crimes contre les femmes et s’occuper de ceux qui les commettent.

Lydia Mutyebele, une conseillère municipale socialiste responsable de l’égalité des chances, souhaite voir un plus large éventail de réponses lorsque les autorités prouvent un cas contre un coupable.

Les mesures prises contre le harcèlement, par exemple, ne devraient pas seulement être punitives, a-t-elle dit, elles devraient également viser à sensibiliser à la manière dont le harcèlement affecte les femmes.

«Par exemple, les auteurs pourraient être autorisés à échanger leur amende contre un cours sur la manière de traiter les femmes avec respect», a-t-elle déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *