Biden lève les sanctions contre les responsables de la Cour pénale internationale

«Nous continuons d’être fermement en désaccord avec les actions de la CPI concernant les situations en Afghanistan et en Palestine», a déclaré le secrétaire d’État Antony Blinken dans un communiqué annonçant la fin des sanctions. «Nous maintenons notre objection de longue date aux efforts de la Cour pour affirmer sa compétence sur le personnel d’États non parties tels que les États-Unis et Israël. Nous pensons, cependant, que nos préoccupations concernant ces affaires seraient mieux prises en compte par l’engagement de toutes les parties prenantes dans le processus de la CPI plutôt que par l’imposition de sanctions. »

L’administration Trump a imposé en septembre 2020 des sanctions économiques aux hauts responsables de la CPI, y compris le procureur en chef Fatou Bensouda. Les sanctions ont gelé tous les actifs américains que Bensouda aurait pu détenir.

Plus tôt en 2020, Trump a autorisé l’utilisation de telles sanctions contre la CPI et a également déclaré la situation d’urgence nationale, qualifiant la Cour de «menace» pour les États-Unis.

L’année précédente, l’administration Trump avait révoqué le visa américain de Bensouda, invoquant ses efforts pour enquêter sur des crimes présumés en Afghanistan. Il a également déclaré qu’il interdirait les visas pour les autres personnes liées au tribunal, bien qu’il ait donné peu de détails.

Les décisions ont stupéfié les militants des droits humains ainsi que certains gouvernements. Des dizaines de pays ont réprimandé les décisions de Trump, publiant une déclaration selon laquelle, sans nommer les États-Unis, «toute tentative de saper l’indépendance de la cour ne devrait pas être tolérée».

L’annonce de vendredi a noté que Biden avait révoqué un décret émis par Trump qui offrait une base légale pour imposer les sanctions aux responsables de la CPI.

Parmi ceux qui poussaient l’administration Biden à lever les sanctions de la CPI, il y avait le représentant Ilhan Omar, un démocrate progressiste du Minnesota. Omar a salué l’annonce de vendredi.

«Le personnel de la Cour pénale internationale est composé de fonctionnaires qui consacrent leur vie à appliquer les crimes les plus odieux imaginables», a-t-elle déclaré dans un communiqué. «Si nous voulons être à la hauteur de nos valeurs de respect des droits de l’homme et des normes démocratiques, les États-Unis devraient mener la poursuite de la justice internationale, et non la bloquer.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *