Comment la Convention d’Istanbul est devenue un symbole des guerres culturelles de l’Europe

AccueilActualitésComment la Convention d'Istanbul est devenue un symbole des guerres culturelles de...

Comment la Convention d’Istanbul est devenue un symbole des guerres culturelles de l’Europe

Appuyez sur play pour écouter cet article

Cela semblait autrefois relativement peu controversé: un document de 25 pages destiné à réduire la violence contre les femmes à travers l’Europe.

Mais une décennie plus tard, l’initiative, connue sous le nom de Convention d’Istanbul, est devenue de manière inattendue un combat par procuration pour les guerres culturelles plus vastes qui se préparent entre l’Europe de l’Est et de l’Ouest.

Un par un, les pays d’Europe de l’Est tournent le dos au document, affirmant qu’il érodera leur version des «valeurs familiales». La Turquie, qui a accueilli la convention qui a produit le document, se retirera de la convention le 1er juillet. La Pologne a signalé qu’elle remettait en question l’accord. D’autres pays européens, comme la Hongrie, la Bulgarie et la République tchèque, ont signé le document, mais n’ont pas traduit ses dispositions dans la loi.

Le contrecoup se concentre sur un différend sémantique qui n’était pas l’objectif principal des auteurs du document il y a 10 ans: comment définir exactement le «genre». Pour un groupe de dirigeants européens de plus en plus conservateurs socialement, la définition du document est un moyen clandestin d’éroder les distinctions entre hommes et femmes et de «normaliser» l’homosexualité. Pour le reste, l’enjeu n’est pas la définition, mais ce qu’ils considèrent comme une interprétation politiquement motivée diffusée par la désinformation.

La division est une évolution préoccupante pour de nombreux fonctionnaires européens et défenseurs des droits des femmes, soulevant des questions sur la capacité du continent à se protéger efficacement contre la violence sexiste et creusant un nouveau fossé entre les forces progressistes et conservatrices en Europe. Dans ce processus, ont-ils averti, la vie des femmes est mise en danger.

«Ce n’est pas seulement contre la Convention d’Istanbul, c’est aussi un geste anti-européen et anti-UE», a déclaré Daniel Höltgen, porte-parole du Conseil de l’Europe, l’organisation internationale de 47 États européens qui a produit et supervisé la convention. . «Ce sont les traditionalistes contre les progressistes en Europe.»

Höltgen a ajouté: «La convention est contre la violence à l’égard des femmes et rien d’autre.»

La convention, qui est entrée en vigueur le 1er août 2014, a été initialement signée par les 45 pays membres du Conseil de l’Europe et l’UE en tant que bloc. Après cela, la Turquie a été le premier pays à ratifier la convention, et 21 pays de l’UE ont suivi. En 2017, l’UE a signé le document et a commencé à travailler pour le ratifier en bloc. Au total, 34 pays de l’UE et non membres de l’UE ont ratifié la convention.

Le document visait à fournir au bloc et aux autres signataires non européens des normes juridiquement contraignantes pour «protéger les femmes contre toutes les formes de violence», y compris le harcèlement sexuel, le harcèlement criminel et le mariage forcé.

Au moment de sa rédaction, la question concernait moins le genre que l’ampleur de la violence, a déclaré Johanna Nelles, l’une des auteurs du document qui a également aidé le comité de rédaction dans ses négociations.

«C’était dans quelle mesure la convention devrait se concentrer spécifiquement contre la violence à l’égard des femmes… ou si le champ d’application s’étendait aux hommes et aux garçons», a déclaré Nelles, qui dirige désormais les efforts du Conseil de l’Europe pour amener les pays à mettre en œuvre le texte.

Nelles a déclaré que le document devait définir le genre car il essayait de lutter contre la violence sexiste. Le mot apparaît 25 fois dans le texte et est défini comme «les rôles, comportements, activités et attributs socialement construits qu’une société donnée considère comme appropriés pour les femmes et les hommes». Souvent, le mot apparaît dans le cadre de termes tels que «violence sexiste», «compréhension sexospécifique», «sensible au genre» ou «égalité des sexes».

«Le genre est la reconnaissance que la société nous souscrit à tous certains rôles, comportements et activités qui sont considérés comme appropriés pour les femmes et les hommes», a déclaré Nelles, notant que «beaucoup» de ces rôles «contribuent à la perpétration de la violence».

Nelles a admis s’étonner du tollé actuel suscité par le document en Europe de l’Est, affirmant que le sujet avait été coopté par «des mouvements sociaux, des groupes de réflexion conservateurs [and] des extrémistes religieux qui ont une vision qui ne respecte pas les droits des femmes. »

En effet, la convention a été balayée dans des campagnes de désinformation et utilisée comme propagande populiste.

Et l’opposition grandit dans toute l’Europe de l’Est.

L’UE dans son ensemble n’a pas ratifié le texte en partie parce que six signataires – comme la Hongrie, la Bulgarie et la République tchèque – n’ont pas rendu le texte du document juridiquement contraignant.

La Pologne, membre de l’UE, a ratifié le texte en 2015, mais remet désormais en question son contenu dans le cadre du parti conservateur au pouvoir, Loi et justice. Ses dirigeants sont suspendus, comme d’autres, à l’utilisation du mot «genre» dans le document. Le mois dernier, la chambre basse du parlement polonais a voté pour soumettre un projet de loi intitulé «Oui à la famille, non au genre» aux commissions parlementaires pour examen.

Le rejet a pris différentes formes ailleurs.

En Hongrie, le parlement a refusé de ratifier la Convention d’Istanbul en 2020 après que le gouvernement de Viktor Orbán ait décrit la mesure comme promouvant des «idéologies destructrices de genre» et une «migration illégale», selon des informations.

En Bulgarie, la Cour constitutionnelle a déclaré en 2018 la convention inconstitutionnelle.

En Slovaquie, les législateurs ont voté en 2019 contre la ratification de la convention.

Mais la Turquie a attiré le plus d’attention ces dernières semaines après le retrait du président Recep Tayyip Erdoğan de la convention par décret présidentiel.

«La Convention d’Istanbul, initialement destinée à promouvoir les droits des femmes, a été détournée par un groupe de personnes qui tentaient de normaliser l’homosexualité – ce qui est incompatible avec les valeurs sociales et familiales de la Turquie», a déclaré son bureau dans un communiqué à la suite de l’annonce du retrait de la Turquie.

Le sujet était au cœur des préoccupations des dirigeants européens lorsqu’ils se sont rendus en Turquie cette semaine pour discuter de la migration et de l’union douanière. Le président du Conseil européen, Charles Michel, et la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, en ont profité pour confronter également Erdoğan à propos de sa décision.

«Je suis profondément préoccupé par le fait que la Turquie s’est retirée de la Convention d’Istanbul», a déclaré von der Leyen aux journalistes lors d’une conférence de presse à la suite de sa rencontre avec le dirigeant turc. «Il s’agit de protéger les femmes et les enfants contre la violence. L’UE n’hésitera jamais à signaler d’autres actions négatives. »

Les commentaires de Von der Leyen reflétaient les craintes croissantes à Bruxelles et au siège du Conseil de l’Europe à Strasbourg que d’autres sceptiques pourraient suivre l’exemple de la Turquie et se retirer complètement, faisant dérailler davantage l’effort de l’UE pour ratifier la convention en tant que bloc – un effort qui est déjà en cours rochers.

Les fonctionnaires du Conseil de l’Europe et les experts en matière d’égalité des genres affirment que la Convention d’Istanbul n’a rien à voir avec l’homosexualité. Dans de nombreux pays, notent-ils, le document a servi de modèle pour mieux définir la violence sexiste, augmenter le financement pour soutenir les victimes et mettre en place des lignes d’assistance et des centres d’accueil. Ces efforts ont été particulièrement importants pendant la pandémie, lorsque la violence domestique a explosé.

«En Suède, à la suite de l’entrée en vigueur de la législation basée sur le consentement sur les violences sexuelles, le nombre de poursuites a augmenté car de nombreuses affaires qui étaient auparavant disqualifiées pour viol peuvent désormais être poursuivies», a déclaré Marceline Naudi, qui préside le Conseil. de l’organe d’experts européen chargé du suivi de la convention, lors d’une récente conférence en ligne sur la question.

«Cela démontre à la fois l’élan de transformation créé par la Convention d’Istanbul et le degré élevé d’engagement entre les États parties», a ajouté Naudi.

Pourtant, l’UE élabore des plans alternatifs, sentant qu’elle ne pourra peut-être jamais ratifier la Convention d’Istanbul en tant que bloc. La Commission européenne a récemment annoncé qu’elle lancerait une nouvelle proposition législative pour «lutter contre la violence sexiste» d’ici la fin de l’année. L’UE pourrait alors, potentiellement, adopter le nouveau texte juridiquement contraignant à la majorité qualifiée, évitant ainsi la nécessité d’une approbation unanime.

«L’attaque actuellement mal fondée contre la convention met en danger la vie des femmes et des victimes», a déclaré Helena Dalli, commissaire à l’égalité de l’UE, à POLITICO. «Au lieu de cela, nous devons redoubler d’efforts contre la violence et veiller à ce que tous les États membres disposent de la meilleure législation pour lutter contre cette forme de violence.»

- Advertisement -spot_img
Actualités
- Advertisement -spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici