Les personnes physiquement inactives sont plus susceptibles de souffrir des effets pires du Covid-19 – étude

Les personnes ayant de faibles niveaux d’activité physique sont beaucoup plus susceptibles de souffrir des effets pires du Covid-19, selon de nouvelles recherches.

L’étude américaine, publiée par le British Journal of Sports Medicine, a révélé que les patients «systématiquement inactifs physiquement» étaient plus de deux fois plus susceptibles d’être hospitalisés que ceux qui faisaient 150 minutes ou plus d’activité physique par semaine.

Ils étaient également 73% plus susceptibles de nécessiter des soins intensifs et 2,5 fois plus susceptibles de mourir de l’infection.

«Il est à noter qu’être systématiquement inactif était un facteur de risque plus important pour les résultats graves de Covid-19 que n’importe lequel des conditions médicales sous-jacentes et des facteurs de risque identifiés par les CDC (The Centers for Disease Control), à l’exception de l’âge et des antécédents de transplantation d’organe, »Ont noté les chercheurs.

L’inactivité physique n’a pas été incluse parmi plusieurs facteurs de risque d’infection grave tels que l’âge avancé et certaines conditions médicales sous-jacentes, notamment le diabète, l’obésité et les maladies cardiovasculaires.

Impacter

En évaluant son impact, les chercheurs ont comparé les résultats de Covid-19 chez 48440 adultes diagnostiqués entre janvier et octobre 2020.

Environ la moitié n’avait aucune condition sous-jacente; près d’un sur cinq (18 pour cent) n’en avait qu’un; et près d’un tiers (32 pour cent) en avaient deux ou plus.

Tous les patients avaient précédemment signalé leurs niveaux d’exercice physique. Environ 7% respectaient systématiquement les directives sanitaires, 15% étaient «systématiquement inactifs» et les autres signalaient une activité.

De tous, 9% ont été hospitalisés, 3% nécessitant des soins intensifs, tandis que 2% sont décédés.

«Le respect constant des directives en matière d’activité physique était fortement associé à une réduction du risque de ces résultats», a révélé l’étude.

La recherche était d’une approche observationnelle, incapable d’en établir la cause, et reposait notamment sur l’évaluation par les patients de leur activité.

Cependant, les auteurs ont quand même conclu que l’inactivité physique était le «facteur de risque le plus important parmi tous les critères de jugement, par rapport au tabagisme, à l’obésité, au diabète, à l’hypertension (pression artérielle élevée), aux maladies cardiovasculaires et au cancer.»

Essai

Pendant ce temps, un essai clinique distinct dont les résultats ont également été publiés par le British Journal of Sports Science, a révélé que le port de masques faciaux inhibait l’exercice.

Ceux qui les portaient ont signalé un essoufflement croissant et une claustrophobie à des intensités d’exercice plus élevées.

Les recommandations pour le port de masques pendant l’exercice varient dans le monde et l’impact physiologique est mal compris, ont déclaré les chercheurs.

Ils ont comparé les performances physiques de 31 adultes en bonne santé, âgés de 18 à 29 ans, alors qu’ils couraient sur un tapis roulant à l’épuisement, une fois portant un masque en tissu et une fois non.

Les données obtenues ont montré que le port d’un masque entraînait une réduction significative du temps d’exercice et une augmentation de l’essoufflement.

Si trouvé, la majorité des participants (30) étaient d’accord ou tout à fait d’accord qu’il était plus difficile de fournir un effort maximal pendant l’essai tout en portant un masque.

Les chercheurs ont recommandé à toute personne portant un masque pendant l’exercice de modifier l’intensité, la durée et le type d’activité entreprise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *