L’OTAN soutient les Tchèques et condamne la Russie pour son comportement subversif

Le Conseil de l’Atlantique Nord a exprimé jeudi sa «pleine solidarité» avec la République tchèque et a réprimandé la Russie pour son comportement «déstabilisateur» dans toute la région.

La décision de l’organe de décision politique de l’OTAN est intervenue quelques jours après que Prague a expulsé 18 diplomates russes, affirmant qu’il avait des «preuves claires» que les agents de renseignement de Moscou étaient à l’origine d’une explosion meurtrière en 2014 dans le pays. L’allégation a intensifié les tensions entre Prague et Moscou, à un moment où les craintes sont déjà vives quant au renforcement militaire du Kremlin le long de sa frontière avec l’Ukraine.

Dans un communiqué, le Conseil de l’Atlantique Nord a déclaré que le ministre tchèque des Affaires étrangères, Jakub Kulhánek, avait «informé le Conseil de l’Atlantique Nord des activités des agents russes en République tchèque».

Le communiqué indique que Kulhánek a également «confirmé» que les suspects derrière l’explosion sont «les deux mêmes agents de renseignement russes qui restent recherchés par les autorités britanniques» pour l’empoisonnement en 2018 d’un ancien agent des renseignements russes à Salisbury, en Angleterre.

Outre les 18 expulsions, les Tchèques «envisagent désormais de nouvelles mesures substantielles», a déclaré le Conseil. La Russie a expulsé 20 diplomates tchèques plus tôt cette semaine en réponse aux allégations de Prague.

«Les Alliés se déclarent profondément préoccupés par les actions de déstabilisation que la Russie continue de mener dans la zone euro-atlantique, y compris sur le territoire de l’Alliance, et sont pleinement solidaires de la République tchèque», a déclaré le Conseil.

Mercredi, l’Union européenne a également exprimé sa préoccupation face à la situation tchèque.

«L’Union européenne condamne fermement les activités illégales sur le territoire de la République tchèque qui ont provoqué les explosions au dépôt de munitions de Vrbětice en 2014», a déclaré le Haut Représentant aux Affaires étrangères Josep Borrell dans un communiqué. «La Russie doit renoncer aux activités qui menacent la sécurité et la stabilité en Europe et vont à l’encontre des obligations internationales de la Russie.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *