Un système de vidéosurveillance utilisé dans la chambre des résidents d’un foyer de soins pour personnes handicapées, selon un chien de garde

Un inspecteur de la santé a découvert «une utilisation importante de pratiques restrictives» dans un foyer de soins pour personnes handicapées de Dublin, y compris l’utilisation de caméras de vidéosurveillance dans les appartements des résidents et dans la chambre d’un résident.

L’organisme de surveillance de l’État, la Health Information and Quality Authority (Hiqa), a constaté que l’établissement de soins SVC-SDN à Ashtown à Dublin 7 n’avait pas correctement pris en compte les droits individuels des résidents au titre de l’article 14 de la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées.

L’inspection du centre de services de soutien aux personnes handicapées des filles de la charité a révélé des «résultats mitigés», notamment une bonne conformité avec le personnel, le traitement des plaintes et les règles de contrôle des infections.

Cependant, l’inspection du 17 décembre a identifié «un certain nombre de préoccupations, y compris l’utilisation de pratiques restrictives, la gestion des comportements préoccupants, la manière dont les résidents ont été aidés à exercer leurs droits personnels et la gestion des risques», a déclaré Hiqa.

Un résident n’a pas été autorisé à accéder à l’eau courante même s’il a été constaté lors d’un essai en cours depuis août 2019 que l’accès gratuit à un robinet n’avait pas entraîné de problèmes négatifs.

« L’inspecteur a constaté que les justifications individuelles ou les risques associés à l’utilisation de certaines de ces restrictions n’étaient pas clairs », indique le rapport.

«Les restrictions n’ont pas été appliquées conformément aux directives nationales et, dans de nombreux cas, l’utilisation de ces restrictions n’a pas été enregistrée ou enregistrée.

«Les restrictions se sont avérées avoir un impact significatif sur la liberté de mouvement et les libertés civiles des résidents.»

L’inspecteur a constaté des lacunes dans la formation du personnel dans un certain nombre de domaines, notamment la salubrité, la salubrité des aliments et la gestion des comportements préoccupants.

Lors d’une visite d’une partie du centre avec le responsable, l’inspecteur n’est pas entré dans certaines parties du domicile car elles étaient jugées «en crise».

Hiqa a déclaré que certaines parties du centre n’étaient «pas entretenues à un niveau approprié» avec des carreaux cassés dans les salles de bains, des taches sur les sols, des murs sales et un siège de toilette cassé dans une salle de bains.

«Dans l’ensemble, l’inspecteur a constaté que les locaux du centre n’étaient pas conçus ou aménagés conformément à l’énoncé des objectifs et ne répondaient pas aux besoins individuels des résidents», a-t-il déclaré.

«Dans certains cas, l’espace interne disponible pour les résidents individuels était limité et l’espace extérieur suffisant n’était pas disponible pour certains résidents.

Les résultats ont été inclus dans l’un des 25 rapports d’inspection sur les centres désignés pour les personnes handicapées publiés par Hiqa. Le régulateur a constaté un bon niveau de conformité aux réglementations et aux normes dans 17 centres mais non-conformité sur huit inspections.

Services gérés par HSE

Parmi les établissements de soins résidentiels dont Hiqa a exprimé ses inquiétudes, il y avait un établissement de soins public du Donegal pour personnes handicapées, où il a constaté une gestion inefficace des cas suspects de Covid-19 après qu’un inspecteur a observé que le personnel ne suivait pas les mesures d’isolement.

Hiqa a constaté que la maison St Martin’s House, gérée par le Health Service Executive, dans le Donegal, avait du personnel s’occupant d’un résident qui s’isolait sur les conseils de la santé publique ainsi que d’autres résidents du centre. L’établissement accueille quatre adultes dans un bungalow détaché de trois chambres.

Hiqa a déclaré que le plan d’intervention Covid-19 du centre stipulait que les membres du personnel affectés à des résidents isolés ne devraient pas interagir avec d’autres résidents et avoir «une interaction minimale» avec leurs collègues pendant le quart de travail, mais que l’inspecteur a trouvé un résident en interaction avec tout le personnel.

«L’environnement physique global est resté inadapté au nombre et aux besoins des résidents, et le plan d’intervention pour gérer les exigences d’isolement nécessitait des améliorations», indique le rapport d’inspection.

Dans un autre établissement de soins géré par HSE, le Tonyglassion Group Home à Monaghan, qui s’occupe de cinq résidents ayant des besoins complexes, Hiqa a constaté des niveaux élevés de pratiques restrictives, notamment des portes verrouillées, des salles de bains, des armoires de cuisine et des presses de stockage, et un accès limité à l’eau courante.

«La dignité de certains résidents a été affectée par les niveaux élevés de recours aux pratiques restrictives dans le centre», a déclaré l’inspecteur à la suite d’une visite le 28 janvier.

Hiqa a constaté que s’il y avait accès à des services de plaidoyer indépendants, il n’y avait pas de participation active de ces services «malgré les restrictions importantes auxquelles les résidents étaient confrontés».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *