La France a du mal à accepter les retombées du meurtre d’un retraité juif

PARIS – Une affaire de meurtre controversée dans laquelle le tueur à la drogue d’un retraité juif a été déclaré inapte à subir son procès a secoué la France, a soulevé des inquiétudes quant à la montée de l’antisémitisme et a opposé le président à des hauts responsables de la justice.

Plus tôt ce mois-ci, les juges de la plus haute cour de France ont statué qu’en avril 2017, Kobili Traoré avait tué Sarah Halimi, 65 ans, alors qu’elle souffrait d’une «crise délirante» alimentée par une forte consommation de cannabis et n’était pas au courant de ce qu’il faisait, et n’a donc pas doivent faire face à un procès.

La décision a déclenché une vague de protestations publiques dans toute la France, le président Emmanuel Macron appelant à une modification de la loi. Dimanche, des milliers de manifestants se sont rassemblés à Paris pour demander justice pour Halimi.

La position de Macron a à son tour exaspéré les magistrats qui disent que l’ingérence des politiciens est une menace pour l’indépendance de la justice. Le gouvernement vise à présenter un nouveau projet de loi à ce sujet d’ici la fin du mois de mai.

« Décider de prendre de la drogue et devenir par la suite » comme un fou « ne devrait pas, à mon avis, abolir la responsabilité pénale », a déclaré Macron.

Les membres de la communauté juive en France affirment que le non-procès est le dernier coup dur après une série d’attaques très médiatisées contre les juifs.

«Les proches sont en colère, mais je ne vais pas vous mentir, ils n’ont pas été surpris par le jugement», a déclaré Gilles-William Goldnadel, avocat de la sœur d’Halimi, Esther Lekover. «Nous nous sommes habitués à ce que le système judiciaire soit dans le déni [about anti-Semitism]. »

L’affaire Halimi n’a été qualifiée que tardivement d’attaque antisémite.

Dans un livre récent, plusieurs personnalités publiques affirment que la mort d’Halimi est un exemple d’un nouveau type d’antisémitisme en France, alimenté par l’islamisme radical. Plusieurs attaques au cours des dernières années ont spécifiquement ciblé la communauté juive – bien que la théorie du livre elle-même soit controversée parmi les universitaires.

Macron a promis de lutter contre ce qu’il appelle le séparatisme islamiste en France, faisant passer trois projets de loi sur la sécurité au Parlement l’année dernière. Les nouvelles mesures comprennent des restrictions supplémentaires sur le port de signes religieux pour les employés de la fonction publique, de nouvelles infractions en matière de discours de haine en ligne et des contrôles plus stricts sur le financement étranger des mosquées.

À l’approche des élections présidentielles l’année prochaine, les observateurs affirment que Macron cherche à occuper le terrain couvert par l’extrême droite Marine Le Pen, qui a blâmé la montée de l’islamisme radical pour l’affaire Halimi et d’autres crimes antisémites. La dirigeante d’extrême droite, qui s’est efforcée ces dernières années de se distancer de son père Jean-Marie, qui a nié à plusieurs reprises l’Holocauste, a tenté de se positionner en défenseur de la communauté juive.

Les membres de la justice française affirment que les tribunaux n’ont jamais nié que l’attaque contre Halimi était antisémite, mais ont finalement statué que l’auteur n’était pas dans l’état d’esprit de subir son procès.

L’affaire contre le tueur

Traoré et Halimi vivaient dans le même immeuble de logements sociaux dans le 11e quartier de Paris. Traoré, un toxicomane de 27 ans ayant des antécédents de délits mineurs, vivait au deuxième étage, tandis que Halimi, une juive orthodoxe de 65 ans, vivait au troisième étage.

En avril 2017, Traoré est entré par effraction dans l’appartement d’Halimi, l’a battue et l’a jetée du balcon. Au cours de l’attaque, Traoré a scandé des versets du Coran et a crié «Allahu Akbar», a entendu le tribunal.

Les psychiatres qui ont examiné Traoré ont conclu qu’il avait attaqué son voisin dans une frénésie droguée, mais n’étaient pas d’accord sur le fait qu’il était au courant de ses actes. En décembre 2019, un tribunal inférieur a jugé que Traoré n’était pas au courant de ses actes, un verdict qui a été confirmé par la plus haute juridiction de France ce mois-ci.

Selon la décision du tribunal, un groupe d’experts a conclu que Traoré souffrait d’une «crise de délire» et d’un «état chronique de psychose» qui «suspendait temporairement sa conscience». Ils ont écrit que Traoré avait augmenté sa consommation de drogues pour calmer ses angoisses croissantes, un geste qui a aggravé sa descente psychotique.

Sans possibilité de faire appel de la décision, les proches de Halimi portent leur affaire en Israël, où les tribunaux peuvent examiner des cas d’antisémitisme dans d’autres pays. Ils envisagent également de saisir la Cour européenne des droits de l’homme.

La France n’extrade pas ses citoyens mais les avocats de Halimi espèrent qu’un verdict de culpabilité en Israël serait un «symbole et un réconfort pour la famille».

Permis de tuer?

L’affaire a déclenché un débat féroce sur la question de savoir si les lacunes de la loi française signifient que l’usage de drogue peut être utilisé pour éviter un procès.

Les législateurs du parti La République En Marche de Macron disent que la loi doit être corrigée.

«Conduire sous l’influence, ou prendre de la drogue pour aller commettre un crime, sont des cas simples qui sont couverts par la législation en vigueur, mais il y a des cas beaucoup plus complexes», a déclaré Yaël Braun-Pivet, députée du parti de Macron. «Notre loi sur l’irresponsabilité pénale est très générale et ne fait pas de distinction entre les différentes raisons qui ont provoqué l’état d’irresponsabilité.»

Mais cette décision a provoqué une opposition féroce parmi les juges, qui disent que la colère parlementaire est une réaction instinctive à un cas individuel qui a bouleversé le public.

«C’est un crime odieux, et c’est une période émotionnelle», a déclaré Sarah Massoud de l’Union de la magistrature française, «mais il est irresponsable et dangereux de dire que nous allons réformer la notion d’irresponsabilité criminelle dans le feu de l’action.

Attaques de haut niveau

La décision a attiré l’attention sur la lutte contre l’antisémitisme en France après plusieurs attaques meurtrières contre des Juifs français ces dernières années.

Le nombre global d’actes antisémites en France n’a pas augmenté de manière significative au cours de la dernière décennie, selon les chiffres publiés par le chien de garde juif du SPCJ en 2019, mais la violence des attaques de haut niveau en a choqué beaucoup.

Les attaques récentes incluent une attaque terroriste meurtrière contre un supermarché casher de la banlieue parisienne en 2015 et le meurtre d’une survivante de l’Holocauste à son domicile en 2018.

Jean-Yves Camus, un expert de l’extrémisme politique en France, a déclaré que la France dénie l’antisémitisme.

«Il y a une forme d’incrédulité après l’horreur de ce qui s’est passé pendant la Seconde Guerre mondiale», a-t-il déclaré. «Nous pensons que nous sommes à l’abri d’un retour de l’antisémitisme.»

«Il existe de nouvelles formes d’antisémitisme, non seulement l’islam radical et la variété traditionnelle d’extrême droite, mais aussi ceux qui ont des préjugés culturels contre les juifs», a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *