Le chien de garde irlandais des données se heurte aux régulateurs à propos d’une amende proposée pour WhatsApp

La commissaire à la protection des données s’est heurtée à plusieurs de ses homologues européens après s’être opposés à sa proposition d’infliger une amende pouvant aller jusqu’à 50 millions d’euros à WhatsApp pour violation des lois sur la confidentialité.

La dispute entre Helen Dixon et les régulateurs d’autres pays est le deuxième différend sur une affaire de confidentialité majeure depuis qu’elle a pris des pouvoirs paneuropéens pour enquêter sur les violations de données par de grandes entreprises technologiques basées en Irlande, dont les sites Web et les applications sont utilisés par des centaines de millions de personnes en Irlande. L’Europe .

Un différend similaire est survenu l’année dernière avant que Mme Dixon n’inflige à Twitter une amende de 450000 €, qui était la première amende transfrontalière dans le cadre du régime du règlement général sur la protection des données (RGPD) européen.

Mme Dixon entamera bientôt des discussions avec ses homologues sur les violations du RGPD par WhatsApp, qui est entré en vigueur en 2018 et a été présenté comme un changeur de jeu dans la volonté de contrôler l’utilisation des données privées par les entreprises.

WhatsApp est un service de messagerie appartenant à Facebook, qui a son siège européen à Dublin. Certains régulateurs européens affirment que l’amende proposée par Mme Dixon entre 30 et 50 millions d’euros sur WhatsApp serait trop faible.

Contestation

Les documents déposés par le Companies Office montrent que l’unité irlandaise de WhatsApp a mis de côté 77,5 millions d’euros en 2019 pour faire face au coût potentiel des amendes découlant des enquêtes de Mme Dixon, affirmant que les amendes pourraient être comprises entre 35 millions d’euros et 105 millions d’euros.

Les opposants au projet de décision de Mme Dixon sur WhatsApp incluent le régulateur allemand, qui a critiqué ses enquêtes sur la confidentialité dans une lettre distribuée aux membres d’une commission du Parlement européen en mars.

Le porte-parole du commissaire a refusé de commenter l’amende de WhatsApp ou les objections, mais a reconnu qu’un différend n’était toujours pas résolu.

«Nous avons partagé notre projet de décision avec toutes les autres autorités de protection des données de l’UE conformément aux dispositions de l’article 60 du RGPD. Nous avons reçu un certain nombre d’objections », a-t-il déclaré.

«Nous avons passé un certain temps à essayer de résoudre ces objections, mais nous n’avons pas été en mesure de résoudre toutes les objections. Nous avons informé le comité européen de la protection des données que nous déclencherons l’article 65 du RGPD, qui est le mécanisme de résolution des litiges. »

Critiqué

Le conseil européen, qui supervise l’application du RGPD, comprend les régulateurs nationaux des données dans les États membres.

L’affaire est la deuxième d’une série d’enquêtes transfrontalières étroitement surveillées par le chien de garde irlandais des données, qui a été critiqué par les militants de la protection de la vie privée pour les longs retards dans les grandes affaires de confidentialité.

Parmi les autres sous enquête figurent Facebook et sa filiale Instagram, Apple, LinkedIn, Google et Verizon.

Lors d’un comité Oireachtas la semaine dernière, Mme Dixon a rejeté les affirmations selon lesquelles son bureau refusait de réglementer les grandes technologies ou était incapable de le faire. Elle a accusé les critiques d ‘«effleurement superficiel de la surface» et d’ «exagération».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *