Des prisonniers racontent des histoires d’horreur sur leur détention en Biélorussie

Appuyez sur play pour écouter cet article

VILNIUS – Il est dangereux de s’opposer à Alexandre Loukachenko, le chef autoritaire de la Biélorussie.

Alors que les dirigeants de l’opposition appellent à une nouvelle vague de manifestations contre lui – un effort pour relancer les manifestations qui ont secoué le pays après les élections du 9 août largement considérées comme frauduleuses – toute personne considérée comme déloyale est en danger.

«Le plus grave est la facilité avec laquelle des personnes peuvent être détenues arbitrairement et la facilité avec laquelle les tribunaux les emprisonnent», a déclaré Nikolai Kozlov, un ancien lieutenant-colonel de police de 54 ans qui est devenu un politicien de l’opposition il y a dix ans. Il a été libéré en avril après avoir passé 15 jours en prison et a décrit des conditions horribles.

Kozlov a été enfermé dans la prison d’Okrestina à Minsk, qui est devenue notoire après que de multiples incidents de torture et d’humiliation de manifestants y ont été signalés.

«Aujourd’hui, le personnel ne garde pas le secret sur le fait qu’il a reçu l’ordre de créer des conditions insupportables pour toutes les personnes arrêtées pour des raisons politiques», a déclaré Kozlov, ancienne envoyée de Svetlana Tikhanovskaya, la principale rivale de Loukachenko lors des élections de l’année dernière.

Cellules bondées

Kozlov a été détenu dans une petite cellule conçue pour l’isolement cellulaire avec six autres personnes.

«Il n’y avait aucun moyen d’ouvrir une fenêtre pour ventiler la cellule. Le lendemain matin, j’ai dit aux gardiens que ces conditions étaient proches de la torture, qu’ils commettaient des crimes pour lesquels ils devraient répondre tôt ou tard », a déclaré Kozlov. « Je suppose que mes commentaires les ont bouleversés, car ils ont versé une solution d’eau de Javel extrêmement concentrée sur le sol de notre cellule. »

Les prisonniers ont commencé à suffoquer en une minute ou deux.

« Quelqu’un a commencé à tousser, nous avons tous commencé à avoir des nausées », a déclaré Kozlov. «Nous avons commencé à frapper à la porte et à sonner la cloche.

Les gardiens «ont finalement réalisé qu’ils pourraient en fait tuer quelqu’un», a-t-il ajouté. «Ils ont ouvert la cellule, nous ont fait sortir et nous ont donné des chiffons pour essuyer l’eau de Javel… Mais le mal était déjà fait. J’ai encore des problèmes de vue. Pour autant que je sache, les poumons d’un autre prisonnier ne se sont toujours pas rétablis.

Des cas comme le sien ne sont pas inhabituels. Viasna, une organisation bélarussienne de défense des droits de l’homme, a déclaré qu’au mois dernier, il y avait 360 prisonniers politiques dans le pays, et 304 autres détenus en avril. Il a qualifié les «conditions de détention inhumaines» de politique gouvernementale délibérée qui équivaut à de la «torture».

Kozlov a demandé une assistance médicale et a été envoyé à l’hôpital. Une fois de retour en prison, les mauvais traitements n’ont pas pris fin. Les lumières étaient allumées 24 heures sur 24. Il n’y avait pas de matelas et pas assez de couchettes pour les prisonniers. «Habituellement, il y avait quatre personnes à un endroit dans une cellule. La majorité des prisonniers dormaient par terre », a-t-il dit.

«Le but, pour autant que je sache, est simplement d’humilier les gens. Pour humilier les médecins, les scientifiques et les informaticiens qui ont été arrêtés », a déclaré Kozlov. «L’État veut montrer à ces gens que leur place est par terre, sous une couchette.»

Le manque de ventilation dans les cellules a conduit à des conditions presque insupportables. «Il n’y avait pas assez d’oxygène», a-t-il dit, ajoutant que le seul moyen de prendre de l’air était de passer par les petites écoutilles utilisées pour livrer la nourriture aux prisonniers. «Mais si les gardes étaient bouleversés par quelque chose, ils fermeraient ces trous. Les gens ont commencé à suffoquer à ce moment-là.

Les autorités biélorusses nient que les militants de l’opposition soient torturés et maintenus dans des conditions inhumaines. La porte-parole du ministère de l’Intérieur, Olga Chemodanova, a déclaré que les informations faisant état de mauvais traitements et d’abus avec de l’eau de Javel étaient «une farce massive», selon l’agence de presse officielle Belta. Cependant, d’autres anciens prisonniers font écho à l’histoire de Kozlov.

Ihar Barysau, le chef du Parti social-démocrate biélorusse d’opposition (Hramada), a également été libéré en avril après une peine de 15 jours d’emprisonnement. Il a été arrêté par des hommes masqués alors qu’il se rendait avec sa famille dans un magasin de Minsk. «J’ai été forcé d’abandonner ma femme et ma fille dans la voiture», a-t-il déclaré lors d’un entretien téléphonique.

Il a également été détenu à Okrestina. Au début, il y avait sept personnes dans sa cellule de deux personnes. «Après un certain temps, nous étions 10. La majorité d’entre eux dormaient à même le sol sans matelas. Les conditions y étaient très difficiles », se souvient-il.

«Au tout début, les gardes sont entrés et ont dispersé toutes nos affaires. Ils ne cherchaient rien, ils voulaient juste faire quelque chose de méchant », a-t-il déclaré. «Et puis ils ont versé un seau de solution d’eau de Javel sur le sol.»

L’eau de Javel n’était pas aussi concentrée que dans le cas de Kozlov, mais c’était suffisant pour que les prisonniers développent des maux de tête en quelques heures, quelque chose qui «vous cause des souffrances physiques et émotionnelles», a déclaré Barysau.

Les coups

Il a été transféré dans une prison de Zhodino, à près de 60 kilomètres de Minsk, où les conditions étaient initialement meilleures. Mais la situation s’est détériorée rapidement. Premièrement, les gardiens ont emporté des matelas, puis ils ont confisqué tous les livres, cahiers et articles de papeterie. Parfois, il n’y avait pas assez de nourriture pour les prisonniers et le personnel restreint les colis alimentaires apportés aux portes de la prison par des proches.

Trois jours avant sa libération, Barysau et tous ses compagnons de cellule ont été mis contre un mur par une escouade de policiers anti-émeute.

«Nous avons presque tous été battus aux jambes. Certaines personnes ont été frappées aux bras », se souvient-il. «Parfois, ils vous ordonnaient de lever les mains, et avant même que vous ayez réussi à lever les bras, ils vous avaient écrasé les reins avec un poing ou une matraque.

L’opposition considère ces tactiques comme un effort de Loukachenko pour utiliser tous les moyens possibles pour s’accrocher au pouvoir.

«Parmi les personnes qui ont été battues, il y a une section de sadiques qui prennent vraiment plaisir à humilier les gens et à les faire souffrir. Il y en a qui sont des partisans idéologiques de Loukachenko, qui subissent un lavage de cerveau », a déclaré Alexander Dobrovolsky, conseiller principal de Tikhanovskaya.

«Mais la majorité est composée de personnes qui ont peur des conséquences si elles n’exécutent pas les ordres. Ils craignent d’être soumis au même type de violence qu’eux-mêmes infligent actuellement », a déclaré Dobrovolsky, qui, comme Tikhanovskaya, vit maintenant en exil en Lituanie.

Mardi, Loukachenko a signé un décret dépouillant plus de 80 officiers de l’armée et des forces de l’ordre de leurs rangs pour avoir soutenu les manifestants.

« Des affaires pénales ont été ouvertes et font actuellement l’objet d’enquêtes contre un certain nombre d’entre elles, y compris pour des accusations de terrorisme », indique le décret.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *