L’Irlande a besoin de redevances sur l’eau pour atteindre les objectifs environnementaux, prévient l’OCDE

L’Irlande doit reconsidérer l’introduction de redevances d’eau domestique, augmenter les redevances sur les déchets et mettre en œuvre une tarification de la congestion pour atteindre ses objectifs environnementaux, a averti l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Dans un examen approfondi de la performance environnementale de l’Irlande au cours de la dernière décennie, l’OCDE a constaté que les pressions environnementales restaient trop étroitement liées à une forte croissance économique.

Concernant l’eau, il a recommandé au gouvernement de reconsidérer la réintroduction des redevances sur l’eau. L’Irlande est la seule des pays de l’OCDE à ne pas avoir de tels frais.

Cette exigence, a-t-elle conclu, s’inscrit dans le contexte d’un besoin d’accélérer les investissements dans l’approvisionnement en eau et l’assainissement.

Le gouvernement devrait «évaluer si le modèle de financement des services d’eau est suffisant pour couvrir les coûts d’investissement élevés et si l’introduction de redevances domestiques sur l’eau serait appropriée», note l’étude.

Le rapport a souligné que seulement 60% de la population irlandaise est connectée à un traitement avancé des eaux usées; le troisième niveau le plus bas parmi les pays de l’OCDE.

Les investissements dans les infrastructures hydrauliques ont considérablement augmenté, «mais l’Irlande souffre toujours de pertes d’eau élevées, de points chauds de mauvaise qualité de l’eau potable et d’un traitement inadéquat des eaux usées», a-t-il également constaté.

S’il y a eu une ambition accrue en matière de climat et de protection de la biodiversité, y compris des initiatives politiques ambitieuses et de grands plans d’investissement public, «ceux-ci doivent être mis en œuvre rapidement pour atténuer les pressions croissantes résultant de l’intensification des pratiques agricoles, du développement démographique, de l’étalement urbain et du trafic routier».

L’OCDE a formulé un large éventail de recommandations à mettre en œuvre dans l’ensemble de l’économie pour améliorer les résultats environnementaux, en particulier sur la lutte contre les perturbations climatiques et l’accélération de la décarbonisation.

Il a également appelé l’Irlande à progresser plus rapidement vers une interdiction nationale des combustibles bitumineux et à envisager d’inclure d’autres combustibles «fumés» tels que la tourbe et le bois humide.

Il a constaté que le recyclage des déchets municipaux a stagné ces dernières années et qu’en conséquence, il est nécessaire d’introduire une taxe sur l’incinération et l’exportation des déchets réutilisables et recyclables, tout en augmentant la taxe actuelle sur la mise en décharge.

Le plan de développement national révisé doit «donner la priorité aux infrastructures de transport à faible émission de carbone, à l’efficacité énergétique, à l’éco-innovation et à une empreinte carbone plus faible pour l’agriculture», a ajouté la revue.

Dans ce contexte, il a recommandé l’introduction d’une série de mesures visant à réduire la dépendance à la voiture et «l’usage excessif» dans les zones urbaines, notamment la région de Dublin.

Celles-ci comprennent des frais de congestion et la perception de ceux qui ont des places de parking sur leur lieu de travail, tout en permettant aux employeurs d’effectuer des paiements exonérés d’impôt aux employés qui se rendent au travail à pied ou à vélo.

Il a également soutenu l’établissement d’un objectif spécifique pour réduire le méthane biogénique associé à la production animale. Il a recommandé de supprimer les exonérations de TVA sur les engrais et les aliments pour animaux, «ainsi que la réduction fiscale sur le carburant utilisé pour les opérations agricoles; recycler les revenus pour soutenir les services agricoles généraux ou les agriculteurs individuels en fonction de la taille et du type de l’exploitation ».

Le rapport reconnaît une ambition climatique accrue ces dernières années mais recommande vivement au gouvernement de «maintenir son engagement d’augmenter progressivement le taux de taxe sur le carbone; continuer à fournir des mesures de compensation ciblées sur les personnes les plus vulnérables ».

Cela devrait, a ajouté l’OCDE, «augmenter progressivement le taux de la taxe sur le diesel pour qu’il atteigne au moins le taux de la taxe sur l’essence. [and] éliminer progressivement le prix plafond du diesel utilisé par les transporteurs routiers ».

Compte tenu du passage probable aux véhicules électriques au cours de la prochaine décennie, il a déclaré que le gouvernement devrait se préparer à déplacer l’orientation de la taxation du transport routier de la consommation de carburant vers l’utilisation de la route grâce à une tarification de l’utilisation de la route basée sur des systèmes d’information géographique.

Plus précisément, il a appelé l’Irlande à élaborer une feuille de route pour éliminer progressivement les combustibles fossiles et autres subventions nuisibles à l’environnement.

En ce qui concerne la mobilité durable et le fret, il a appelé à donner suite à l’engagement de dépenses de deux pour un dans les transports publics routiers et à une allocation de 20% du budget d’investissement total des transports pour les projets d’infrastructure cyclable et piétonnière.

Il a soutenu des mesures visant à modifier le tracé des routes, en donnant plus d’espace aux cyclistes, aux piétons et aux transports en commun. Il a suggéré que le gouvernement applique les réglementations locales pour garantir que tous les développements favorisent des colonies compactes avec un accès facile aux liaisons de transport et comprennent un réseau de pistes cyclables et piétonnes sûres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *