Peut-on s’attendre à des coupures électriques cette hiver ?

AccueilActualitésPeut-on s'attendre à des coupures électriques cette hiver ?

Peut-on s’attendre à des coupures électriques cette hiver ?

Cet été, la France et l’Europe en général connaissent un condensé de ce qui risque de devenir la norme dans un avenir proche en raison du réchauffement climatique.

Bien qu’elle soit moins apparente que les feux de forêt, cette vague de sécheresse affecte également le système électrique européen.

Depuis le début de l’été, qui connaît généralement un reflux sur les marchés de gros de l’électricité en raison de la baisse de la demande par rapport à l’hiver, l’électricité continue de s’échanger à des prix records.

Fermeture de centrales nucléaires françaises

En France, premier producteur européen d’énergie nucléaire, un certain nombre de centrales situées dans le Rhône et la Garonne ont été contraintes de réduire leur production, la température du fleuve étant trop élevée pour refroidir les centrales. L’approvisionnement en électricité a aussi été réduit après la fermeture de 12 des 56 centrales nucléaires du pays pour maintenance programmée.

Dès l’hiver 2021, de nombreux réacteurs ont déjà été fermés. La découverte du phénomène de corrosion sous contrainte vers la fin de l’année 2021, ainsi que le programme de maintenance déjà chargé, ont provoqué de nombreux arrêts. EDF doit effectuer des réparations et des contrôles supplémentaires et inimaginables, ce qui fait douter de sa capacité à remettre en service les centrales concernées avant l’hiver.

La production d’énergie nucléaire en France a été de 20,1 TWh en juin, soit beaucoup moins que les 27,7 TWh enregistrés en 2021, selon les données les plus récentes fournies par le gestionnaire du réseau de transport français RTE.

La pénurie de gaz est un problème en Europe

La crise énergétique à laquelle la France et l’Europe sont confrontées est l’une des plus graves. Depuis le début du conflit en Ukraine le 24 février, le marché du gaz est devenu une monnaie d’échange. Alors que l’Union européenne limite ses importations de pétrole russe, la Russie réduit considérablement ses exportations de gaz vers le vieux continent.

La possibilité d’une pénurie d’énergie cet hiver en France est réelle : La Russie a déjà arrêté la fourniture de gaz à la Pologne et à la Bulgarie à partir du 27 avril.

Dans un premier temps, la majorité des machines fonctionnant au gaz, qu’elles soient industrielles ou domestiques, pourraient cesser de fonctionner. Cela pourrait être particulièrement préjudiciable aux foyers alimentés au gaz.

Par ailleurs, il faut savoir qu’une part importante de l’électricité française et européenne est encore produite à partir du gaz. C’est particulièrement le cas lorsque la demande d’électricité est très excessive et que toutes les centrales électriques, y compris celles fonctionnant au gaz, doivent être utilisées.

Le mix électrique français est unique, car la majorité de son énergie provient du nucléaire. Cependant, à une époque où le nombre de centrales nucléaires a diminué en raison de la fermeture de 12 réacteurs et où les barrages hydroélectriques ont été endommagés par la sécheresse, la production d’électricité française pourrait être considérablement affectée par un manque de gaz russe.

Le risque est simple : La France pourrait être dans l’incapacité de produire et de fournir la quantité d’électricité nécessaire aux besoins des clients professionnels et des consommateurs français dès l’hiver prochain.

Le coût de l’électricité augmente.

Pour couronner le tout, le prix de l’électricité explose. Un mégawattheure d’électricité française en 2023 s’est vendu au prix incroyable de 543 euros selon les informations de la bourse Epex Sport compilées par Bloomberg. C’est cinq fois plus que le prix moyen de la saison au cours des cinq dernières années.

La CRE notifie que le prix atteint par les prix à terme de l’électricité en France ne correspond pas à une prévision moyenne pour les prix spot, comme prévu précédemment.

En particulier, le temps d’atteinte du plafond de prix sur les enchères journalières de l’hiver 2022-2023 causé par ces niveaux de prix pour les enchères à terme pourrait être d’environ 200 heures par trimestre selon un modèle ordinaire qui serait le scénario le plus extrême. Ce prix et ces écarts refléteront les inquiétudes du marché quant à la possibilité d’un déséquilibre offre/demande sur les marchés électriques français cet hiver.

Un plan de délestage en alternative à un black-out

Le pays se prépare à l’éventualité d’une pénurie qui pourrait avoir un impact majeur sur son économie. Avec la possibilité d’un arrêt de l’approvisionnement en gaz depuis la Russie, le ministère de la Transition écologique a publié un décret sur la réduction de la consommation de gaz naturel. Ce plan vise principalement la réduction, voire l’arrêt de l’utilisation du gaz pour les plus gros clients dont la consommation dépasse cinq GWh par an.

Sur la base de l’équilibre offre-demande de gaz, en France, les opérateurs peuvent émettre des ordres de délestage comme le prévoit l’article L. 434-1 et L. 434-2. qui impose d’organiser la consommation de gaz dans un délai de deux heures pour les gros consommateurs qui sont raccordés à leur réseau.

Les préfets ont alors la possibilité de demander aux entreprises qui consomment plus de 5 GWh de gaz par an, soit environ 5 000 utilisateurs dans la région, de cesser leur consommation. La majorité des plus gros clients de GRTgaz seront concernés. Avec l’entreprise GRDF, 3 700 clients seraient concernés.

Parmi eux, 1 650 pourraient couper partiellement ou totalement leur consommation de gaz en moins de deux heures sans que cela ait un impact. Dans un souci d’efficacité, les mesures de délestage viseront dans un premier temps les industries gourmandes en gaz comme les tuileries, les aciéries, les entreprises chimiques, les papeteries et quelques entreprises du secteur tertiaire.

Que pouvons-nous faire pour contribuer à promouvoir la sobriété énergétique en France ?

Les citoyens peuvent se mobiliser pour prévenir les pannes d’électricité. Ceci grâce à un outil : la sobriété.

Le gouvernement, qui élabore actuellement le plan ” sobriété énergétique “ qui sera mis en œuvre à l’automne, espère inciter le public et les professionnels à consommer moins.

Ce sera évidemment la responsabilité de tous“, y compris des institutions de l’État, des entreprises et des particuliers, a déclaré Agnès Pannier-Runacher, journaliste sur BFM Business le 13 juillet 2022. ” Cet hiver, alors que nous allons vaquer à nos occupations de chauffage et de consommation, chacun chez soi peut faire un geste pour son portefeuille et son pouvoir d’achat, mais aussi pour soutenir notre souveraineté politique en matière d’énergie“, a-t-elle ajouté.

Pour réduire votre consommation de gaz et éviter les coupures de courant, il vous suffit de prendre quelques mesures simples :

  • Réduire la température de chauffage à 19 degrés Celsius maximum pour les pièces à vivre. Selon l’Agence internationale de l’énergie, ” réduire la température de quelques degrés peut diminuer la quantité de gaz fournie par Nord Stream pendant un hiver ” ;
  • Limiter l’utilisation de la climatisation ;
  • Choisir un système de chauffage adaptable et efficace et mettre en place un thermostat électronique connecté.
  • Contrôler régulièrement la chaudière et les équipements électriques ou gaziers pour éviter toute consommation excessive ;
  • Surveiller la consommation d’eau chaude ;
  • Choisir les appareils qui consomment le moins d’énergie en examinant, par exemple, leur étiquette énergétique ;
  • Débranchez les appareils qui sont en veille ;
  • Éteindre les lumières que vous n’utilisez pas et choisir des ampoules à faible consommation, etc.

Le président de la Commission de régulation de l’énergie (CRE), Jean-François Carenco, appelle également les Français à faire des économies d’énergie dès maintenant pour éviter les problèmes d’approvisionnement l’hiver prochain : ” Il y a urgence et chacun doit agir “.

 

Michel Labise
Depuis plusieurs années, la roue a facilité le voyage et le transport. Les Nouvelles technologies de l'information ont aussi amélioré la diffusion des informations "News" pour mieux nous alerter et ou nous instruire. Les évolutions technologiques dans les domaines du l'information, la santé ne seraient rien sans l'apport de la technologie.
- Advertisement -spot_img
Actualités
- Advertisement -spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

error: Content is protected !!