La Hongrie et la Pologne intensifient la lutte budgétaire pour l’état de droit

Les dirigeants polonais et hongrois ont doublé leur menace de mettre leur veto au budget de 1,8 billion d’euros de l’UE et au programme de récupération des coronavirus jeudi, rejetant les efforts visant à lier les dépenses à l’état de droit.

À l’issue d’une réunion à Budapest, le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki et son homologue hongrois Viktor Orbán ont publié un déclaration commune qui les engagent à poursuivre le combat: «Nous avons décidé d’aligner nos positions sur ces questions. Ni la Pologne, ni la Hongrie n’accepteront une proposition jugée inacceptable par l’autre. »

Les deux pays font l’objet d’une enquête de l’UE pour rétrogradation sur les normes démocratiques alors que leurs partis au pouvoir resserrent leur emprise sur le pouvoir judiciaire, les médias et d’autres institutions. Ils insistent sur le fait qu’ils ne céderont sur le budget que s’il y a une « modification substantielle » d’un mécanisme contesté de l’État de droit qui permettrait à l’UE de bloquer le financement si un pays enfreint les principes fondamentaux de l’UE.

Morawiecki a averti que lier l’argent liquide aux normes démocratiques est « extrêmement dangereux pour l’unité européenne. C’est une mauvaise solution qui crée le danger de la rupture de l’union ».

Le durcissement de la position polono-hongroise – qui intervient malgré les tentatives intensives de la chancelière allemande Angela Merkel pour régler le différend – signifie que les dirigeants de l’UE se dirigent désormais vers un affrontement majeur sur l’état de droit lors de leur prochain sommet du Conseil européen des 10 et 11 décembre.

Alors que Varsovie et Budapest sont catégoriques sur le fait qu’elles n’accepteront pas ce qu’elles appellent les dispositions « arbitraires » de l’état de droit, le reste du bloc et le Parlement européen insistent sur le fait qu’ils ne céderont pas sur un principe qui, selon eux, définit les valeurs fondamentales de l’UE.

« Il est clair qu’il n’y a absolument aucun soutien pour la réouverture du mécanisme de conditionnalité au Parlement européen ou au Conseil », a déclaré un haut diplomate de l’UE. « Avec leur déclaration, la Pologne et la Hongrie s’enfoncent de plus en plus dans l’isolement. »

La déclaration hongro-polonaise est un coup dur pour l’Allemagne, qui mène les efforts de négociation alors qu’elle tient le Conseil tournant de la présidence de l’UE et a investi un capital politique important dans l’accord sur le budget et le fonds de relance.

La position polonaise et hongroise est que le mécanisme de conditionnalité tourne autour des traités de l’UE et « applique des définitions vagues et des termes ambigus sans critères clairs sur lesquels les sanctions peuvent être fondées, et ne contient aucune garantie procédurale significative ».

Leur déclaration se plaint également que le régime de l’état de droit va au-delà de ce que les dirigeants européens ont convenu dans leur accord budgétaire en juillet. Ils insistent sur le fait que si l’UE veut établir un lien entre l’état de droit et le budget, cela devrait se faire en modifiant les traités fondateurs du bloc – ce qui donne effectivement à chaque pays membre un droit de veto.

S’exprimant lors d’une conférence de presse conjointe à l’issue de la réunion, Orbán a déclaré qu’il n’était pas préoccupé par la perspective d’un arrêt du financement de l’UE. Les deux pays sont parmi les plus grands bénéficiaires de liquidités de l’UE, ce qui est crucial pour leurs économies. Si la menace de veto n’est pas levée prochainement, l’UE n’aura pas de budget à partir de l’année prochaine et devra s’appuyer sur des mécanismes d’urgence.

« La Hongrie ne subit aucune perte financière si le budget européen de gestion de crise ne se réunit pas », a déclaré Orbán.

Les deux dirigeants ont également insisté sur le fait qu’ils étaient en droit d’utiliser la menace de veto.

« Je vois que les grands États membres et les médias aimeraient faire pression en disant que le veto hongrois était en quelque sorte inapproprié », a déclaré Orbán, ajoutant: « Je voudrais souligner que le veto est un outil juridique. »

Morawiecki a déclaré que Varsovie « n’hésitera pas à utiliser un veto pour le bien de toute l’UE », ajoutant que la conditionnalité de l’état de droit était un outil pour attaquer certains pays.

Jan Cienski a contribué au reportage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *