Europe: pris entre une lutte contre l’État de droit et un Brexit dur

AccueilActualitésEurope: pris entre une lutte contre l'État de droit et un Brexit...

Europe: pris entre une lutte contre l’État de droit et un Brexit dur

Mujtaba Rahman est le responsable de la pratique Europe d’Eurasia Group et l’auteur de POLITICOLa colonne Beyond the Bubble.

À l’approche de la fin de 2020, l’Union européenne se trouve prise dans deux jeux de poulet très conséquents et à enjeux élevés. Leur résultat pourrait définir l’année prochaine, ainsi que l’héritage politique de deux des politiciens les plus puissants d’Europe: la chancelière allemande Angela Merkel et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen.

La première crise est le blocage des négociations entre le Royaume-Uni et l’UE sur un futur accord commercial alors que la fin de la période de transition du Brexit approche le 31 décembre.La seconde est une impasse entre la Pologne, la Hongrie et le reste de l’UE sur des propositions visant à lier le décaissement de fonds de l’UE pour le respect par les pays de l’état de droit.

Bien qu’apparemment indépendantes, ces crises sont étroitement liées. Ne pas parvenir à un accord sur l’une ou les deux de ces questions représenterait un terrible échec de la présidence allemande du Conseil de l’UE – en d’autres termes, de son leadership européen.

Avec le prochain budget à long terme de l’UE et le fonds de relance dans l’impasse, un nuage plane également sur le sort de la reprise économique européenne l’année prochaine.

L’accord conclu par les dirigeants de l’UE en juillet a considérablement renforcé la confiance des investisseurs, car les acteurs du marché pensaient que l’Europe avait un plan économique crédible pour «reconstruire» après la pandémie de coronavirus.

Avec cet accord maintenant dans la balance, il y a des questions quant à l’appétit de l’UE d’accepter un Brexit sans accord et si les capitales de l’UE et la Commission pourraient devenir plus flexibles – ou, comme von der Leyen l’a suggéré mardi au Parlement européen, ” créatif »- en truquant un accord pour éviter d’aggraver davantage la situation économique de l’Europe.

Certaines voix de haut niveau à Londres espèrent que les troubles de dernière minute de l’UE lui permettront de réfléchir. Mais ces défis augmentent également le risque d’erreurs de calcul dans les négociations, car les deux parties concluent que les problèmes de l’autre les pousseront à offrir plus de concessions qu’elles ne le peuvent ou ne le feront réellement.

Malgré l’impasse budgétaire, il est peu probable que l’UE adoucisse fondamentalement le prix qu’elle recherche pour un accord sur le Brexit. Le discours de la Commission – selon lequel le marché unique est un écosystème dont l’intégrité souffrirait à moins que le Royaume-Uni n’accepte des dispositions contraignantes de «règles du jeu équitables» – reste la préoccupation de fond la plus importante pour la grande majorité des capitales de l’UE.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson va donc devoir accepter plus de contraintes sur la souveraineté britannique qu’il ne le souhaite personnellement ou que les factions les plus extrémistes de son parti ne seraient disposées à accepter. Il n’est pas inconcevable qu’un accord commercial sur le Brexit ne soit conclu qu’avec le soutien du parti travailliste de l’opposition.

Pour ces mêmes raisons, la décision est finement équilibrée pour le Premier ministre britannique, même si d’autres considérations – la mauvaise gestion par le gouvernement de la crise des coronavirus; les inquiétudes concernant les élections écossaises l’année prochaine; Victoire de Joe Biden aux élections américaines; et un travail résurgent sous Keir Starmer – tous indiquent rationnellement dans la direction d’un accord étant le résultat le plus souhaitable.

Les calculs à Budapest et à Varsovie ne sont pas moins contradictoires – voire complexes.

Les deux pays devraient bénéficier massivement du fonds de relance de l’UE de l’année prochaine jusqu’en 2026 (environ 15 milliards d’euros pour la Hongrie et 63 milliards d’euros pour la Pologne). Mais les nouvelles dispositions relatives à l’état de droit convenues entre une majorité de capitales de l’UE et le Parlement européen posent de très graves problèmes au Premier ministre hongrois Viktor Orbán et au chef de facto de la Pologne Jarosław Kaczyński.

Le modèle de gouvernance même d’Orbán – son modus vivendi – est en jeu. le les plus grands bénéficiaires de la générosité de l’UE au cours de la dernière décennie ont été sa famille et une petite coterie d’acolytes loyaux sur le terrain. C’est pour cette raison que Budapest a un problème «général» avec tout lien entre les fonds de l’UE et l’État de droit, préférant traiter les désaccords par le biais de la procédure de l’article 7 lente de l’UE et de l’éventuelle suspension des droits de vote.

Les préoccupations de la Pologne, bien que plus étroites, ne sont pas moins existentielles. La ligne dure de Kaczyński répond en partie à la pression de son partenaire junior de la coalition, Solidarité Pologne, qui menace de faire tomber le gouvernement si le mécanisme de l’état de droit reste tel quel.

C’est quelque peu tactique. Le dirigeant polonais de Solidarité, Zbigniew Ziobro, surfe sur une vague de sentiment nationaliste et anti-UE qui gagne du terrain parmi les électeurs conservateurs de droite qui sont de plus en plus sceptiques à l’égard du gouvernement. Sa position est également en partie substantielle, car Ziobro, qui est le ministre de la Justice, craint que le mécanisme ne soit utilisé pour faire reculer les réformes controversées du système judiciaire que son parti soutient.

La révision du texte juridique qui sous-tend le nouveau règlement sur l’état de droit n’est probablement pas une option, étant donné l’opposition du Parlement européen. Là encore, il y a un lien avec le Brexit – la nécessité pour la Commission et la présidence allemande de faire preuve de prudence avec le Parlement est doublement renforcée par le fait que les députés sont également sollicités pour signer un accord sur le Brexit avec peu ou pas de contrôle – et peut-être uniquement sur la base d’un texte juridique anglais (au lieu de disposer des 24 versions linguistiques) étant donné le temps limité qui reste pour ratifier l’accord et garantir sa mise en œuvre d’ici le 1er janvier 2021.

Compte tenu des majorités fragmentées du Parlement, von der Leyen ne peut se permettre d’aliéner ses courtiers en puissance; si elle le fait, ses agendas verts et numériques tomberont dans le sable.

Tous les compromis sur la table – diluer le mécanisme de l’état de droit lors de la phase de mise en œuvre; suspendre les procédures en cours au titre de l’article 7; ou la mise en place d’un traité intergouvernemental pour le fonds de redressement afin de contourner les vetos de la Pologne et de la Hongrie – s’accompagne d’importants inconvénients politiques et économiques. Mais un prix devra être payé si un accord doit être conclu.

Voilà donc l’Europe à la fin d’une année extrêmement difficile. Il est possible, voire probable, qu’un logement désordonné soit trouvé, à la fois avec le Royaume-Uni et avec la Pologne et la Hongrie. C’est peut-être juste le coût des affaires en Europe. Mais il est également concevable qu’aucun compromis ne soit trouvé pour l’un ou l’autre.

La capacité de Von der Leyen et Merkel à surmonter ces impasses sera ce qui décidera si l’Europe prend un bon départ en 2021 – ou si elle se trouve engloutie dans des crises politiques et économiques, à la fois de l’intérieur et de l’extérieur.

- Advertisement -spot_img
Actualités
- Advertisement -spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici