Taoiseach espère un accord sur le Brexit cette semaine alors que les discussions entrent en fin de partie

Où les poissons fraient et sont capturés n’est pas le type de discussion que vous attendez entre Taoiseach Micheál Martin et le Premier ministre britannique Boris Johnson, mais c’est là que la «fin de partie» du Brexit a atterri.

Alors que le temps presse jusqu’à la sortie effective du Royaume-Uni le 1er janvier, Martin s’est entretenu avec Johnson vendredi soir du défi de la finalisation d’un accord commercial UE-Royaume-Uni sur la pêche et des questions de concurrence équitable, les deux derniers points bloquant un accord.

«J’ai fait remarquer à [the] Le Premier ministre britannique a cette idée de séparer les mers et de dire «c’est notre poisson et c’est ton poisson» – je veux dire, les mers ne fonctionnent pas comme ça », dit-il.

S’exprimant un mois avant l’entrée en vigueur du Brexit, le Taoiseach affirme que «malheureusement» la pêche est devenue, pour le Royaume-Uni, un «problème totémique» lié à la souveraineté et au contrôle des eaux.

Il croit qu’une «approche pratique et de bon sens» est nécessaire ici pour finaliser un accord.

De nombreux poissons fraient dans les eaux irlandaises et sont capturés à leur stade le plus précieux après avoir migré vers le nord vers les eaux britanniques. Selon Martin, la Grande-Bretagne et l’Irlande partagent des stocks de poissons «nous devons donc être sensés».

Les négociateurs de l’UE et du Royaume-Uni sont encore très éloignés pour parvenir à un accord sur l’accès de la pêche aux eaux britanniques en échange de l’accès du Royaume-Uni à d’autres marchés de l’Union européenne, mais Martin pense qu’un accord peut être conclu cette semaine.

Difficultés politiques à la maison

Dans une interview avec The europe-infos.fr dans son bureau des bâtiments gouvernementaux, Martin dit qu’il existe des «mécanismes» pour résoudre les problèmes d’accès aux eaux britanniques et la Grande-Bretagne a déclaré qu’elle «serait généreuse en termes d’allocation si certains principes pouvaient être convenus. ».

«Nous sommes maintenant vraiment dans la phase finale si un accord doit être conclu cette semaine», dit-il, tout en reconnaissant que les restrictions de Johnson sur Covid-19 pourraient créer des difficultés politiques chez nous cette semaine.

Le Taoiseach est convaincu qu’un accord peut être conclu, mais dit qu’il sera difficile d’y parvenir. Il tire son «réconfort» du fait qu’il existe des textes juridiques sur toutes les questions devant les négociateurs.

«Il y a une zone d’atterrissage pour un accord. Il faudra une volonté politique pour conclure l’accord et il y a des options pour conclure l’accord, et donc dans l’ensemble, j’espère que cela pourra être fait à la fin de cette semaine », dit-il.

Martin n’envisage pas pour l’instant de fonds de compensation ou de mesures financières de l’UE pour la pêche ou d’autres industries, alors qu’il y a encore une chance qu’un accord soit conclu.

«C’est du poisson que nous voulons, pas de l’argent. C’est la capacité de pêcher, de conserver nos quotas et la capacité de nos pêcheurs à pêcher qui sont une priorité clé », dit-il.

Préoccupé par l’incapacité des petites entreprises à se préparer au Brexit et le flot de nouvelles déclarations en douane requises pour l’expédition de marchandises à destination, en provenance et à travers la Grande-Bretagne, Martin dit que même avec un «Brexit bénin», il y aura un changement «très important» des niveaux bureaucratie.

«Ce sera un fardeau très important pour les entreprises et il y aura des retards au début – je prévois des retards en janvier et février dans nos ports», dit-il.

«L’objectif de toutes nos agences est de le rendre aussi fluide que possible et je pense que les retards sont probablement plus probables du côté de la nourriture que des autres.»

La pandémie de Covid-19, quatre ans de «l’histoire du Brexit» avec «divers chapitres» et le sentiment que «tout ira bien dans la nuit» a laissé certaines entreprises au dépourvu, dit Martin. Son message à eux est de «se préparer» pour les millions de déclarations en douane requises pour le commerce avec la Grande-Bretagne à partir de janvier.

«Ce sera d’un ordre beaucoup plus élevé que tout ce que vous avez vécu auparavant», dit-il.

Inquiet des retards potentiels au port de Dublin, Martin note des discussions entre les autorités portuaires et les compagnies maritimes pour voir si les arrivées des ferries peuvent être échelonnées pour éviter les embouteillages.

«Cela va créer un changement difficile pour les gens. Cela prendra un certain temps pour travailler », dit-il.

«  Couper le moral des gens  »

Si un accord commercial est conclu, l’UE et le Royaume-Uni pourront peut-être faire preuve de flexibilité pour faciliter l’application des règles de l’UE avec des contrôles de santé des aliments et des animaux aux frontières au début de l’année prochaine.

«Les gens peuvent être dans un état d’esprit différent en ce qui concerne la réduction des effectifs en termes de protection du marché unique et tout cela», dit-il.

Le Taoiseach n’est pas nerveux à l’approche de janvier, mais espère qu’il y aura un accord en raison des dommages économiques causés par un Brexit sans accord.

«Un non-accord en plus de Covid serait très grave pour l’économie, pour les régions et pour l’industrie agroalimentaire en particulier dans les comtés frontaliers», dit-il.

Il espère beaucoup pour «réinitialiser» l’agenda et ouvrir la voie à une nouvelle relation stratégique entre l’Irlande et la Grande-Bretagne.

«Il doit être bien ancré et fermement dans l’avenir. Cela m’inquiète beaucoup. Je ne veux pas que le Brexit sape cette relation », dit-il.

Et avec les vaccins Covid-19 à l’horizon pour échapper à «cette mainmise Covid», Martin dit qu’il attend avec impatience 2021 «plus dans l’espoir que dans la nervosité».

  • BiBo ViNo 1 ou 2 assiettes gourmandes et 1 ou 2 verres de vin au choix en semaine ou le week-end pour 1 ou 2 au BiBo ViNo
    Pause gourmande autour d’une assiette de tapas d’un verre de vin à déguster en solo ou en duo
  • K Music Bar Karaoké box de 2h jusqu'à 12 personnes en semaine ou le week-end chez K Music Bar
    Profiter d’une sortie entre amis ou en famille (jusqu’à 12 personnes) dans un karaoké bar
  • Le rendez-vous de Mougins Menu "Saveur et Tradition" ou "Épicurien" pour 2 personnes en semaine ou weekend au restaurant Le rendez-vous de Mougins
    Escapade gourmande en duo dans les Alpes-maritimes à la découverte de plats traditionnels

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *