Le «  sommet des démocraties  » de Biden ne fonctionnera pas

Shada Islam est un commentateur basé à Bruxelles sur les affaires européennes. Elle dirige le projet New Horizons, une société de stratégie, d’analyse et de conseil.

Il y a beaucoup à célébrer dans les nouvelles initiatives de politique étrangère planifiées par le président élu américain Joe Biden et son équipe. Le projet de convoquer un sommet mondial des démocraties n’en fait pas partie.

Les décideurs politiques de l’UE n’ont pas tardé à promettre leur soutien à un tel rassemblement. Au lieu de cela, ils devraient fortement le déconseiller.

Le plan a du sens sur le papier. Pourquoi ne pas aimer les bons gars du monde qui travaillent ensemble pour se débarrasser des méchants despotes?

À quelques exceptions louables, la démocratie et le pluralisme sont menacés presque partout. Les populistes auto-importants et les «hommes forts» ont eu une journée sur le terrain pendant que Donald Trump était au pouvoir.

De nombreux dirigeants librement élus – dont plusieurs européens – ont également excellé en bafouant l’état de droit, en réprimant les juges et les journalistes et en méconnaissant les droits des critiques et des minorités.

Une telle érosion de la démocratie doit certainement être combattue. Les démocrates, les progressistes et les courageux défenseurs des droits humains qui tiennent tête aux autocrates du monde entier ont besoin de soutien, tout comme les minorités assiégées, les femmes et les communautés LGBTQ.

Mais créer un club de démocraties pour conjurer le fluage autocratique n’est pas la bonne réponse, pour trois raisons simples.

Premièrement, Biden interprète mal la pièce. Le moment unipolaire et le «monde ordonné» dans lequel les Américains et les Européens se sont délectés pendant si longtemps – et dont ils rêvent toujours – est révolu. Le monde a changé.

Le nouveau méga accord commercial conclu le mois dernier entre 15 économies asiatiques, le Partenariat économique régional global (RCEP), est une illustration très visible des nombreuses façons dont les politiques «America First» ont accéléré la transformation.

Alors qu’il essaie de «diriger le monde», Biden constatera que loin de pleurer la retraite des États-Unis, la demande de leadership américain à l’ancienne et universelle est rare, y compris dans certaines parties de l’Europe.

Deuxièmement, de simples distinctions binaires entre gentil et méchant se situent maladroitement dans un monde en désordre où le bon, le mauvais et le laid sont de plus en plus enchevêtrés, interconnectés et interdépendants.

Des ministres douteux, des politiciens rivaux, des politiques chaotiques, une mauvaise gouvernance, une mauvaise gestion pandémique, le mauvais traitement des minorités et le majoritarisme – pour ne citer que quelques échecs récents – ont entamé la haute moralité de nombreuses démocraties.

C’est malheureux. Mais cela signifie que les membres d’un futur club de démocrates qui vivent dans des maisons de verre devront faire preuve de prudence avant de lancer des pierres sur les autres.

En outre, un amour libéral permanent ne peut être garanti. Les valeurs partagées, lorsqu’elles existent, ne signifient pas automatiquement des intérêts communs, et elles ne peuvent pas non plus ignorer l’impact de la géographie, de l’histoire et de l’économie sur les préoccupations et les priorités nationales.

La coopération transatlantique coexiste avec la concurrence et la rivalité. Cela est vrai pour les liens entre le Canada et les États-Unis ainsi qu’entre l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Cela sera également vrai pour les relations de la Grande-Bretagne après le Brexit avec ses anciens partenaires de l’UE.

Troisièmement, et c’est le plus important, relever certains des plus grands défis mondiaux nécessite de travailler avec des non-démocraties. C’est pourquoi le G7 a été un crachat humide dans ses futiles marmonnements géopolitiques et économiques et pourquoi, lorsque les choses sont devenues vraiment difficiles pendant la crise économique de 2008, le sommet plus inclusif du G20 a été celui qui a calmé la nervosité mondiale.

Aujourd’hui, il ne peut y avoir de reprise économique mondiale sans la participation active de la Chine. Des leçons sur la gestion des futures pandémies peuvent être tirées de la Corée du Sud et de Taiwan, mais aussi de Singapour.

La lutte contre le changement climatique exige que le Japon et l’Inde participent, mais la façon dont la Chine agit importera beaucoup plus. Avec le ralentissement des flux d’aide traditionnels, la lutte contre la pauvreté dans le monde exige que Pékin et Moscou s’engagent à alléger la dette autant que les États-Unis et l’UE.

La diplomatie ne consiste pas seulement à travailler avec des «partageant les mêmes idées», mais avec ceux qui pensent et agissent différemment. Toute tentative de se réengager avec l’Iran, une priorité absolue pour Biden, nécessitera une coordination étroite avec la Russie et la Chine. La stabilisation de la Syrie sera un exercice multi-pays tout aussi compliqué que tout effort visant à réinitialiser les négociations entre Israéliens et Palestiniens.

Enfin, si l’UE et les États-Unis souhaitent sérieusement forger un nouveau partenariat avec l’Afrique, ils devront écouter les dirigeants africains qui disent que les investisseurs et les donateurs doivent coopérer et non se concurrencer.

Cela ne veut pas dire qu’il n’y a aucune possibilité pour les démocraties de travailler ensemble, ou qu’elles devraient se tenir à l’écart et permettre aux autocrates de régner. Pour avoir un impact réel, cependant, les vrais partisans de la démocratie et de la liberté doivent choisir leurs combats avec soin.

L’intelligence artificielle est un domaine important dans lequel les libéraux devraient cesser de se chamailler et agir rapidement pour s’entendre sur de nouvelles règles et normes avant que la Chine n’attire encore plus d’adhérents sur son orbite numérique fortement contrôlée. Et un plan d’action de l’UE sur les droits de l’homme et la démocratie récemment adopté fournit une bonne orientation sur la manière dont les démocraties peuvent travailler ensemble pour protéger les défenseurs des droits de l’homme, autonomiser les femmes et impliquer la société civile locale dans la lutte pour garantir les droits fondamentaux et l’état de droit.

La mise en place d’un nouveau D-10 – un club exclusif de démocraties – peut sembler la solution parfaite pour une nouvelle administration Biden soucieuse de se distinguer rapidement de son prédécesseur. Mais créer de nouvelles lignes de fracture dans un monde déjà divisé n’est guère la voie à suivre.

Aussi désordonnées et compliquées qu’elles étaient, les élections américaines témoignent du pouvoir durable de la démocratie. L’élection de Biden en dit plus sur la force des démocraties que n’importe quel communiqué publié après une réunion du D-10.

  • Denon PMA-800NE Noir
    L’amplificateur intégré PMA-800NE de Denon hisse la performance audio haut de gamme vers de nouveaux sommets avec ses entrées numériques et son…
  • Denon PMA-800NE Argent
    L’amplificateur intégré PMA-800NE de Denon hisse la performance audio haut de gamme vers de nouveaux sommets avec ses entrées numériques et son égaliseur…
  • Denon pma-800ne silver - PRIX A NÉGOCIER SUR LE SITE
    Amplificateurs intégrés Denon PMA-800NE Amplificateur intégré d’une puissance de 85W par canal. L’amplificateur intégré PMA-800NE de Denon hisse la performance audio haut de gamme vers de nouveaux sommets avec ses entrées numériques et son égaliseur phono intégré. Savourez votre contenu audio haute résolution

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *