Le registre des lobbies de l’UE ne répond pas aux exigences de transparence

Appuyez sur play pour écouter cet article

Cela a été salué comme une victoire cette semaine lorsque les négociateurs du Parlement européen, de la Commission et du Conseil ont trouvé un compromis sur l’établissement d’un registre commun des lobbyistes obligatoire – mais la définition du terme «obligatoire» reste à voir.

L’accord provisoire – qui doit encore être approuvé par les institutions respectives et inclut notamment le Conseil pour la première fois – vise à rendre obligatoire l’inscription des lobbyistes dans le registre de transparence de l’UE afin de mener certaines activités comme rencontrer top fonctionnaires.

Le seul problème est qu’il n’y a rien d’explicitement obligatoire dans le texte de compromis, vu par POLITICO et confirmé par d’autres familiarisés avec les négociations.

Au lieu de cela, il donne à chaque institution la licence d’interpréter individuellement ce que cela signifie, «et de définir les activités qu’ils décident de subordonner à l’inscription au registre», lit-on dans le compromis daté du 7 décembre. Désormais, chaque institution doit exposer son point de vue dans une prochaine déclaration politique commune.

Le document décrit un effort pour créer «une culture commune de la transparence», mais la bataille pour un tel accord (en cours depuis 2016) et son manque ultime de mordant, souligne la difficulté de combler les lacunes à Bruxelles – même sur quelque chose d’aussi vertueux comme transparence.

«Au cours des dernières années, il y a eu de bons progrès, mais à ce stade, nous payons le prix très élevé de l’absence de mouvement pour l’adhésion symbolique au Conseil», a déclaré Daniel Freund, député européen allemand et ancien défenseur de la transparence de l’UE.

Bien qu’il n’ait pas levé le couvercle sur le lobbying de la manière espérée par les militants pour la transparence, le compromis comprend des améliorations de la manière dont l’influence à Bruxelles est contrôlée. Le compromis améliore la structure et les ressources nécessaires pour financer et tenir à jour le registre de transparence, ce qui est essentiel pour garder ses données exactes et à jour. Il élargit également son champ d’application pour inclure le lobbying exercé au nom de pays tiers «par des entités juridiques, des bureaux et des réseaux» les représentant.

‘Boîte noire’

Le Parlement et la Commission gèrent conjointement le registre de transparence de l’UE depuis 2011, où plus de 12 000 organisations et leurs lobbyistes respectifs sont répertoriés.

Les négociations visant à intégrer le Conseil – qualifié de «boîte noire» par les défenseurs de la transparence – ont été relancées plus tôt cette année avec de nouveaux visages autour de la table des négociations, notamment la vice-présidente de la Commission pour les valeurs et la transparence, Věra Jourová, et maintenant une présidence allemande du Conseil désireux de clore l’affaire.

Le principal point de friction a été la conditionnalité – essentiellement la question de savoir si quelqu’un doit être enregistré pour exercer certaines activités de lobbying. En fin de compte, les négociateurs ont obtenu leur compromis en supprimant les détails. Au lieu de cela, ils ont opté pour un accord général qui permet à chaque institution de décider de son propre chef comment s’engager à respecter ce principe de conditionnalité, en promettant de publier ces informations sur le site Web du registre de transparence.

Dans l’état actuel des choses, les membres du Parlement européen qui assument le rôle de président de commission, de rapporteurs et de rapporteurs fictifs sont déjà obligés de publier leurs réunions de lobby concernant la législation sur laquelle ils travaillent. Watchdogs espérait étendre cela à tous les députés européens (dont certains publient déjà leurs réunions) et à d’autres postes administratifs.

Cette formulation a été supprimée du compromis et ne figurera probablement pas dans la prochaine contribution du Parlement à la déclaration politique. « Ce qui, exactement, fera partie de cette conditionnalité est maintenant à débattre », a déclaré Freund.

Les dispositions spécifiques au Conseil dans le projet sont également édulcorées. Le projet de compromis précédent prévoyait que les lobbyistes seraient tenus de s’enregistrer pour rencontrer l’ambassadeur de la présidence actuelle ou à venir ainsi que leurs adjoints au Comité des représentants permanents (Coreper), le secrétaire général du Conseil et les directeurs généraux. . Cela aussi a été supprimé et devrait faire face à la répression de certains pays membres.

La Commission exige déjà que les lobbyistes soient enregistrés avant de rencontrer les commissaires, les membres du Cabinet et les directeurs généraux. Les défenseurs de la transparence espéraient élargir cette liste plus bas dans la chaîne de commandement, mais aucun plan pour le faire n’est en cours.

«Ce que nous devons voir ensuite, c’est un engagement clair de la part des trois institutions d’accepter, d’une part, uniquement les réunions avec les lobbyistes enregistrés et, d’autre part, de publier toutes les réunions de lobbying sur un site Web central lié au registre commun de transparence», a déclaré Vitor Teixeira, responsable des politiques. responsable de Transparency International EU.

  • Clarins Crème Haute Exigence Jour Multi-Intensive Peaux Très Sèches
    Cette Crème Redensifiante Anti-Taches répond aux hautes exigences des peaux fragilisées par les modifications hormonales liées à l'âge. Un extrait exclusif d'harungana bio, arbre guérisseur malgache, redensifie la peau à tous les niveaux*, tandis qu'un prodigieux extrait végétal, le ciste de Montpellier bio,
  • Clarins Multi-Intensive Crème Haute Exigence Nuit Toutes Peaux
    Cette Crème Redensifiante Anti-Taches répond aux hautes exigences des peaux fragilisées par les modifications hormonales liées à l'âge. Un extrait exclusif d'harungana bio, arbre guérisseur malgache, redensifie la peau à tous les niveaux*, tandis qu'un prodigieux extrait végétal, le ciste de Montpellier bio,
  • Clarins Multi-Intensive Crème Haute Exigence Nuit Peaux Très Sè
    Cette Crème Redensifiante Anti-Taches répond aux hautes exigences des peaux fragilisées par les modifications hormonales liées à l'âge. Un extrait exclusif d'harungana bio, arbre guérisseur malgache, redensifie la peau à tous les niveaux*, tandis qu'un prodigieux extrait végétal, le ciste de Montpellier bio,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *