5 raisons pour lesquelles Bucarest a remporté la course aux cybercentres de l’UE

Appuyez sur play pour écouter cet article

Bucarest, la capitale de la Roumanie, est sortie victorieuse cette semaine d’une course serrée pour accueillir un centre de recherche appelé European Cybersecurity Competence Center.

Alors qu’est-ce que le truc?

La Roumanie est un pays féru de technologie qui a tiré parti de sa réputation et a poussé l’idée que la puissance de l’UE ne devrait pas être concentrée à Bruxelles, la ville qu’elle a placée en tête.

Le centre, qui gérera des milliards de fonds de recherche de l’Union européenne sur des sujets tels que le cryptage et la sécurité des réseaux, était initialement prévu pour être basé à Bruxelles, à proximité des principales institutions de l’UE. Mais une lutte de pouvoir entre la Commission et les pays membres a ouvert la course à d’autres villes pour présenter des propositions.

Sept l’ont fait – Bruxelles, Bucarest, Vilnius, Luxembourg, Varsovie, León et Munich. Lors d’un vote serré mercredi soir, les diplomates nationaux ont choisi Bucarest, exprimant 15 voix en sa faveur au deuxième tour.

La ville accueillera une trentaine de fonctionnaires pour démarrer et jusqu’à 80 plus tard pour financer et superviser des projets de recherche sur la cybersécurité. Vendredi, les négociateurs de l’UE ont conclu un accord sur le fonctionnement du centre. Une fois ce texte approuvé par le Parlement et le Conseil de l’UE, le centre de Bucarest pourra être lancé, probablement au début de l’année prochaine.

Voici comment la capitale roumaine a remporté l’appel d’offres:

Il a des compétences

La Roumanie s’est bâtie une réputation en matière de cybersécurité en renforçant les capacités nationales.

La Roumanie se présente comme un expert en informatique et obtient de bons résultats dans les classements des compétences numériques et de l’éducation. Son offre a montré qu’elle occupe la troisième place dans les statistiques de l’UE sur les femmes employées dans la technologie. C’est un acteur solide dans les classements de la vitesse Internet à large bande et a fait ses preuves dans la production d’entreprises technologiques prospères.

Le vivier de talents du pays « est l’un des atouts les plus importants. Ce capital humain en informatique est l’un des meilleurs d’Europe », a déclaré un diplomate roumain de haut niveau qui a demandé à rester anonyme.

Ce talent peut aussi avoir un côté sombre. La Roumanie a une vaste scène clandestine de cybercriminels qui entache parfois sa réputation – mais pas assez pour avoir fait basculer le vote. Une ville s’est méritée le surnom de «Hackerville». Des hackers roumains de premier plan ont été extradés vers les États-Unis, poursuivis et condamnés ces dernières années – y compris «Guccifer», le hacker qui a aidé à dénoncer l’utilisation par Hillary Clinton d’un domaine de messagerie privé alors qu’elle était secrétaire d’État.

Ce n’est pas Bruxelles

Bucarest a battu la capitale belge Bruxelles par seulement trois voix au deuxième tour mercredi.

Cela a été une autre démonstration de la façon dont les gouvernements de toute l’Europe se sentent encore un peu mal à l’aise lorsqu’il s’agit de partager le pouvoir sur des questions de sécurité nationale, souvent étroitement liées à la cybersécurité.

Au cours de longues négociations sur le fonctionnement du centre, la Commission s’est heurtée à des diplomates nationaux pour savoir qui devrait détenir le pouvoir de décision, y compris les droits de vote sur la gouvernance du centre.

« Le problème avec la candidature de Bruxelles, c’est que c’est un peu ennuyeux, c’est à nouveau à Bruxelles et donc ça n’a pas été une candidature très sexy », a déclaré un responsable d’un Etat membre, demandant à ne pas être nommé en raison de la sensibilité de la procédure de sélection.

Il n’a pas d’agence européenne

Jusqu’à présent, la Roumanie a échoué dans ses offres pour accueillir des organisations de l’UE. Le pays n’héberge pas encore d’agence officielle de l’UE (il y en a des dizaines réparties à travers l’Europe).

« L’UE n’a pas une seule capitale, elle a 27 capitales, et nous devons rapprocher l’UE des citoyens où qu’ils se trouvent », a déclaré le diplomate roumain.

En 2017, dix ans après son adhésion à l’UE, la Roumanie faisait partie d’une poignée de villes qui souhaitaient accueillir l’une des deux agences de l’UE qui ont quitté la Grande-Bretagne à cause du Brexit. Malgré la candidature de Bucarest, les électeurs ont choisi Amsterdam et Paris pour accueillir l’Agence européenne des médicaments et l’Autorité bancaire européenne dans une procédure de sélection tendue.

Le processus a mis à nu une scission entre les anciens membres occidentaux de l’Europe et ses nouveaux membres, à la frustration de ces derniers.

La Roumanie reçoit maintenant une petite consolation. Le Centre de compétences en cybersécurité n’est pas une «agence» officielle; c’est un organisme de l’UE similaire aux projets de recherche structurelle que l’UE a lancés dans le passé, mais il est toujours doté de dizaines d’emplois et d’un budget de milliards d’euros.

Ses réseaux sont sécurisés

Le chef du marché intérieur de la Commission européenne, Thierry Breton, a déclaré en juin aux ministres nationaux des télécommunications qu’il est «essentiel» que le centre «devra s’appuyer sur des réseaux sécurisés … en particulier en ce qui concerne les opérateurs de télécommunications», dans une tentative d’inciter les pays à accélérer la mise en œuvre des mesures de sécurité 5G proposées par l’UE.

La Roumanie a affirmé qu’elle pouvait cocher cette case. Il a été l’un des rares pays à avoir mis tout en œuvre pour rédiger de nouvelles politiques plus strictes pour les opérateurs de télécommunications afin de réduire la dépendance à l’égard des équipements 5G chinois.

Il a été le premier pays de l’UE à signer un «protocole d’accord» avec l’administration Trump l’année dernière pour expulser les fournisseurs 5G dits «à haut risque». Le gouvernement roumain a même lancé des menaces de poursuites judiciaires par le géant chinois Huawei pour contester ses lois nationales.

C’est modeste

L’emplacement proposé par Bucarest n’a pas le flash du bâtiment Spire de Varsovie. Il n’avait pas non plus la signification historique de la tour de télévision emblématique de Vilnius, ni l’élégance de León.

Mais l’offre de la Roumanie d’un emplacement modeste, où la vie est bon marché et le travail est facile, a toujours plu au panel de diplomates nationaux.

Le gouvernement a proposé trois emplacements potentiels, l’un dans une villa néoclassique rénovée, l’autre dans un immeuble de bureaux moderne et le troisième dans un immeuble de huit étages entre deux guerres.

Leonie Cater, Carmen Paun, Matei Rosca et Vincent Manancourt ont contribué au reportage.

Vous voulez plus d’analyse de POLITICO? POLITICO Pro est notre service de renseignement premium pour les professionnels. Des services financiers au commerce, en passant par la technologie, la cybersécurité et plus encore, Pro fournit des informations en temps réel, des informations approfondies et des scoops dont vous avez besoin pour garder une longueur d’avance. Email [email protected] pour demander un essai gratuit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *