La rapidité du déploiement du vaccin Covid décidera de notre sort économique en 2021

La masse continentale maintenant connue sous le nom de Grande-Bretagne s’est d’abord déconnectée du continent entre 6000 et 5500 avant JC. Les descriptions populaires, sinon populistes, de ce qui s’est passé ensuite sont exprimées en termes de coupure de la Grande-Bretagne. Les nationalistes sont fiers et réconfortés par le long isolement physique de la Grande-Bretagne et sont ravis de la dernière itération, la séparation la plus récente.

Pas pour la première fois, cela déforme l’histoire. Oui, c’était un cisaillement physique de la masse continentale. Mais les conséquences sont exagérées. Vous ne pouviez pas vous rendre là où vous deviez aller, mais cela ne signifiait pas nécessairement que vous ne pouviez pas y arriver.

Les prévisionnistes de l’âge de pierre ont prédit que le contact humain entre «La Grande Ile» et le continent diminuerait une fois que le pont terrestre serait submergé. C’est exactement le contraire qui s’est produit.

Des deux côtés de ce chenal étroit, les gens ont appris à construire des bateaux. Par conséquent, se rendre en France est devenu plus rapide – la navigation était plus rapide que la marche précédente. Communautés côtières adaptées à la vie marine. Contrairement aux humains, les animaux ne peuvent pas naviguer, donc les espèces qui dépendaient d’une connexion terrestre pour la migration se sont adaptées ou ont disparu. Privé de la connexion dont il avait besoin, l’élan, par exemple, a disparu de Grande-Bretagne.

L’utilisation de noms modernes comme la Grande-Bretagne et la France de cette manière est anachronique. L’historien Norman Davies soutient que c’est pire que la simple inexactitude: donner des noms de lieux modernes aux masses terrestres de l’âge de pierre est problématique, en particulier lorsqu’on leur donne une tournure nationaliste.

Le Brexit a souvent été décrit en termes d’histoire imaginaire, une volonté de revenir à un âge d’or qui n’existe que dans le fantasme. La mémoire est un compagnon peu fiable dans le meilleur des cas. En partie, le Brexit était une aspiration à quelque chose qui ne l’a jamais été. Une confusion sur le passé. Nous, Britanniques, parlons de l’histoire ininterrompue de notre race insulaire. Mais seulement une île pendant moins de 1% du temps où les humains ont habité l’Europe.

On imagine que l’Angleterre a duré éternellement, certainement bien avant son anniversaire réel au dixième siècle. Trop de gens confondent la Grande-Bretagne, l’Angleterre et le Royaume-Uni. Relativement peu d’entre nous savent que le Royaume-Uni ne remonte qu’à 1707 et a été fondamentalement redéfini deux fois depuis. Mais personne n’a pris la peine de changer le nom même lorsqu’un changement radical a été effectué sur ce que ce nom représentait.

Comme le dit l’économiste Chris Dillow, le Brexit était surtout souhaité pour lui-même: un bien intrinsèque (ou un mauvais, selon votre silo). C’est fait. Ainsi Farage peut dire «la guerre est finie». Le président de l’ERG, Mark François, peut dire «il est temps d’abaisser nos lances». Curieusement, Tom Tugendhat, président de la commission des affaires étrangères, déclare: «il est temps de mettre fin au Kama Sutra constitutionnel».

Se demander si le Brexit sera un succès, c’est passer à côté: le succès est défini par l’existence du Brexit. C’est ça. Mais ce qui se passe ensuite n’est pas prédestiné: cela dépend du fait que de nouvelles façons de se connecter sont établies et entretenues ou non. C’est un choix.

Les relations de la Grande-Bretagne

L’avenir sera façonné par la compétition entre ceux qui veulent améliorer les connexions de la Grande-Bretagne et ceux qui ne le veulent pas. Les problèmes économiques de la Grande-Bretagne pouvaient être résolus en tant que membre de l’UE et le sont encore aujourd’hui. Réglez les cadrans politiques pour une croissance maximale et une inégalité minimale: plus facile à dire qu’à faire mais possible. Le sort de l’élan attend ceux qui ne souhaitent rien de moins.

Un cadran politique clé est une connexion marquée, qui représente le contraire du nationalisme. Mettez la connexion à zéro et vous obtenez la Corée du Nord. En plein volume, vous obtenez l’Irlande moderne, l’un des pays les plus connectés et les plus prospères du monde. Les choix conjonctifs de la Grande-Bretagne détermineront son sort économique.

Les nationalistes, y compris les irlandais, détestent les relations. Le nationaliste affirme que les problèmes sont la faute de l’autre et qu’ils sont faciles à résoudre. Les nationalistes savent que cette connexion révèle la vérité sur la complexité et l’universalité de nos défis. Adoptez la simplicité nationaliste, l’isolement mental et physique nationaliste, et l’avenir est plus sombre. Vous savez de qui je parle. Comme l’a dit François Mitterrand, le nationalisme est la guerre.

C’est ce qui se passe ensuite qui compte. Si j’étais un bookmaker, j’arrêterais de parier sur les chances du Royaume-Uni d’une troisième transformation. L’Écosse suivra tôt ou tard son propre chemin (retour dans l’UE) et l’Irlande doit commencer à économiser pour les coûts de la réunification. C’est maintenant ce que veulent les nationalistes anglais.

Toutes les prévisions sont accompagnées d’un avertissement de santé. Cette histoire sur la montée des marins experts est celle à garder à l’esprit. Cela nous rappelle le manque de fiabilité des boules de cristal. Et il contient une autre leçon plus profonde: les personnes nouvellement séparées peuvent, parfois, choisir de travailler dur pour maintenir et améliorer la connexion. Cela génère un bien-être économique et personnel. L’autre voie mène au culte du cargo.

L’histoire regorge d’exemples de sociétés qui se retrouvent en difficulté, ou même disparaissent, lorsque la coopération coopérative est restreinte. Les économies sont améliorées par la connexion – de même, la santé et le bien-être individuels sont améliorés avec la connexion. Certaines vies sont sauvées par les verrouillages, mais nos économies et nos vies sont diminuées par la séparation.

Les choix politiques comptent, ils ont toujours des conséquences. L’Organisation mondiale de la santé nous a dit que le blocage progressif en attendant un vaccin était le pire choix possible. Pourtant, nous avons fait ce choix. Nous choisissons désormais de déployer les vaccins rapidement ou lentement: ce choix déterminera notre résultat économique 2021. À plus long terme, la manière dont nous choisissons de nous reconnecter à nos économies compte avant tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *