Les personnes nées dans les foyers pour mères et bébés devraient avoir droit à des certificats de naissance et à une réparation

Les personnes nées dans les foyers irlandais pour mères et bébés devraient avoir le droit d’accéder à leur certificat de naissance original et aux informations sur leurs parents biologiques, a recommandé une commission d’enquête.

Une compensation devrait également être versée à certaines femmes qui étaient dans les maisons et sont encore en vie; avec les enfants qui y ont passé du temps – sur le modèle du système mis en place pour les survivants de Magdalene Laundries, déclare la Commission.

Un référendum constitutionnel devra probablement être organisé pour conférer ces droits, souligne la Commission dans l’une de ses principales recommandations après des années de travail.

Il «devrait y avoir un tel droit», a-t-elle conclu, même si elle était «consciente des préoccupations exprimées par certaines mères biologiques à ce sujet» – parce que certaines mères ne veulent pas être contactées.

«Le droit d’une personne à son identité est un droit humain important et ne devrait être refusé que dans des circonstances très exceptionnelles», tandis que les dossiers médicaux et d’adoption devraient également être disponibles, selon le rapport.

Pour répondre aux préoccupations de certaines mères biologiques en matière de respect de la vie privée, l’État devrait mettre en place un système permettant à une mère de s’opposer à une demande d’informations au motif que son droit à la vie privée est en train de s’éroder.

«Cela pourrait se faire par le biais de procédures à huis clos devant la Circuit Court. Le (s) parent (s) biologique (s) et la personne adoptée devraient avoir le droit d’être représentés par un avocat et une assistance juridique devrait être fournie à toutes les parties si nécessaire.  »

Il recommande de créer un registre central de toutes les informations sur les personnes admises ou détenues dans les foyers pour mères et bébés, ou par les sociétés d’adoption.

La base de données électronique de la Commission, disponible à Tusla pour faciliter les informations et le traçage, comprenait des «informations personnelles sensibles» qui, dans certains cas, «ne sont même pas disponibles pour les personnes elles-mêmes».

Ces informations «devraient être disponibles pour les individus», a-t-il déclaré, notant que les anciens résidents des institutions sous enquête avaient été «très critiques» des informations et des arrangements de traçage en place avec «des critiques assez vitrioliques» de Tusla. « Cette critique est injuste et déplacée », a déclaré la Commission, « Tusla met en œuvre la loi et n’a pas le choix de le faire. »

En ce qui concerne l’indemnisation des personnes qui se trouvaient à domicile, la Commission a constaté qu’il était remarquable que certaines institutions faisant l’objet d’une enquête n’aient pas été incluses dans le programme de réparation des établissements résidentiels qui a fait rapport en 2009.

Il a été créé pour aider les personnes qui, enfants, avaient été dans des orphelinats, des maisons de correction et des écoles industrielles étudiées par la Commission Ryan. Il a fait rapport en mai 2009.

L’exclusion des enfants du foyer Tuam de ce système de réparation était «des plus flagrants», car c’était un foyer d’autorité locale où «de nombreux enfants» restaient jusqu’à l’âge de sept ans ou plus. »

Le critère d’inclusion dans ce mécanisme de recours était «si un organisme public avait ou non une fonction de réglementation ou d’inspection à l’égard de cette institution». La Commission a déclaré qu’il était «tout à fait clair» que toutes les institutions sur lesquelles elle avait enquêté «remplissaient ce critère».

Des recours devraient désormais être également disponibles pour les femmes qui avaient moins de 18 ans lorsqu’elles sont entrées dans les maisons et pour celles qui résidaient à Westbank à Bray, qui était «injustement exclue du régime».

Les enfants qui avaient passé du temps à Tuam, Bessborough à Cork, Castlepollard à Westmeath, Sean Ross à Tipperary, les maisons Bethany et Denny à Dublin «devraient tous être éligibles». Il a toutefois ajouté que ceux qui ont passé de très courtes périodes dans les institutions «auraient beaucoup de mal à établir qu’ils avaient été maltraités».

La Commission d’enquête sur les maisons mères et bébés a conclu qu’il n’y avait aucune preuve d’abus sexuel dans l’un des établissements sur lesquels elle avait enquêté, mais qu’il y avait des preuves d’abus physique et émotionnel.

Tous ceux qui étaient des enfants dans les quatre foyers de comté sur lesquels l’enquête a porté devraient également avoir droit à une indemnisation de l’État, a-t-il déclaré, y compris les enfants handicapés.

Cependant, la réparation ne serait pas étendue à la maison Pelletstown à Dublin, car elle avait déjà été incluse dans le système de réparation initial, ou à ceux qui avaient été dans les maisons Belmont, Miss Carr ou Regina Coeli à Dublin, The Castle Home à Donegal ou la maison Dunboyne à Co Meath.

Les enfants de ces maisons «ne résidaient pas sans leur mère». À Dunboyne, il n’y avait aucune preuve d’abus et les bébés sont restés si peu de temps «une allégation d’abus serait impossible à soutenir».

La Commission a également recommandé que les femmes qui se trouvaient dans des foyers de comté «où elles effectuaient un travail non rémunéré pour le compte de l’autorité locale» soient éligibles à ce mécanisme de réparation, de même que les femmes qui avaient séjourné au foyer Tuam et les femmes qui avaient travaillé à l’extérieur. des maisons sans salaire, comme celles de Sean Ross qui avait travaillé à l’hôpital de district local.

«Les femmes qui ont passé de longues périodes (par exemple, plus de six mois) dans les foyers de la mère et de l’enfant avant 1974 devraient également être envisagées pour obtenir réparation dans le sens du paiement de base de la Madeleine lié au temps passé. Six mois était la durée moyenne que les femmes passaient dans les foyers pour mères et bébés à l’étranger.

Cependant, la Commission a conclu que «les femmes qui sont entrées dans les foyers pour mères et bébés après 1973 n’ont pas de demande de réparation financière». L’allocation pour mère non mariée a été introduite en 1973.

Concernant l’inhumation des enfants à domicile, la Commission a estimé que «le droit à l’information de cette nature devrait être réservé aux parents et aux frères et sœurs».

Il a réitéré sa frustration face à l’absence de registres d’inhumation dans certaines maisons, comme il l’a également exprimé dans son cinquième rapport intérimaire. Il a trouvé «très difficile de comprendre l’incapacité apparente de la Congrégation des Sacrés Cœurs de Jésus et de Marie à aider à localiser les lieux de sépulture des enfants décédés à Bessborough. Il considère également qu’il y aura probablement plus de connaissances locales sur les sépultures de Tuam que ce qui a été à venir.

«Aucun progrès n’a été réalisé à Tuam, où des restes humains ont été découverts en 2016», ce qui «souligne les énormes difficultés pratiques à déterminer exactement qui est enterré là-bas», a-t-il constaté.

Un petit nombre d’enfants qui avaient été placés en famille d’accueil «héritaient de la ferme de leurs parents d’accueil, mais ils devaient payer des impôts dont les enfants biologiques ou adoptés n’étaient pas redevables». La Commission a recommandé qu’ils reçoivent un paiement à titre gracieux pour compenser cette situation.

Elle s’est opposée à l’expression «adoption forcée», privilégiée par certains anciens résidents et groupes, car elle «n’a trouvé que peu de preuves que des enfants étaient enlevés de force à leur mère» tout en acceptant «que les mères n’avaient pas beaucoup de choix». Ils ont cependant «eu le temps après le placement initial pour adoption pour réévaluer la situation».

Il a également estimé qu’il fallait veiller à ce que les familles qui ont adopté, ou les enfants adoptés, «ne soient en aucune façon dénigrés et que le terme« adoption »ne soit pas révisé pour montrer que toutes, voire la plupart, les adoptions ont été forcé ou illégal. »

La plupart des familles qui ont adopté des enfants «pensaient que c’était dans le meilleur intérêt de l’enfant» et l’adoption était «un résultat bien meilleur pour les enfants» que les arrangements en place avant la loi sur l’adoption de 1952, selon le rapport.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *