L’hôpital de Dublin a donné les vaccins restants à 16 proches du personnel

Le maître de la maternité de Coombe à Dublin s’est excusé après qu’il soit apparu que l’hôpital avait donné des vaccins Covid-19 à 16 membres de la famille du personnel.

Le professeur Michael O’Connell, directeur de l’hôpital, a déclaré qu’il regrettait maintenant que les proches des employés de l’hôpital aient été vaccinés avec les doses restantes le vendredi 8 janvier après que plus de 1100 doses aient été administrées au personnel de première ligne, aux médecins généralistes et aux agents de santé communautaires locaux.

Deux des bénéficiaires seraient les enfants du Dr O’Connell, dont l’un est en âge d’aller à l’université, et est un travailleur à temps partiel rémunéré dans son cabinet médical privé. L’autre travaille par intermittence à l’hôpital en tant que travailleur non rémunéré.

En réponse aux questions soumises par The europe-infos.fr, l’obstétricien et gynécologue consultant a déclaré dans un communiqué que la décision d’utiliser les doses déjà constituées dans le cadre du déploiement des vaccins à l’hôpital ce jour-là avait été prise pour garantir qu’aucun vaccin « n’était perdu ».

«S’ils n’avaient pas été utilisés, ils auraient été jetés. J’étais parfaitement conscient de cela et tout au long de la soirée et à partir de 21h30, j’ai personnellement fait tout mon possible pour prioriser et identifier des travailleurs de première ligne supplémentaires et j’ai suivi toutes les mesures qui étaient à ma disposition à l’époque », a-t-il déclaré.

«Avec le recul, en tant que Maître, je regrette profondément que les membres de la famille des employés aient été vaccinés et je m’en excuse de tout cœur.

L’hôpital a déclaré que parmi les 16 bénéficiaires, neuf avaient plus de 70 ans et les sept autres étaient «d’âge variable». Cela n’identifierait pas les individus.

Priorisation

Le Health Service Executive donne actuellement la priorité aux personnes âgées de 65 ans et plus dans les maisons de soins infirmiers et autres établissements de soins et aux travailleurs de la santé de première ligne en raison de l’offre limitée de vaccins disponibles.

Le Coombe a déclaré qu’il était en mesure de produire plus de 120 vaccins supplémentaires, au-delà de ce qui était prévu, à partir de sa fourniture de flacons du vaccin Pfizer-BioNTech le 8 janvier.

L’hôpital a déclaré que le système de réservation des vaccins HSE n’était pas opérationnel avant le lendemain et qu’il n’était donc pas possible de pré-réserver les vaccinations et d’être certain des doses requises.

«L’équipe de l’hôpital a contacté de manière proactive le HSE pour les informer des doses supplémentaires disponibles et a activement recherché des travailleurs de première ligne pour vacciner», a-t-il déclaré.

Le Coombe a déclaré qu’il suivait les directives du gouvernement ce jour-là et se concentrait sur les deux groupes prioritaires actuels.

«Ce soir-là, 16 doses de vaccin avaient été constituées [reconstituted] sont restés, et pour s’assurer que les vaccins n’étaient pas gaspillés, ils ont été administrés aux membres de la famille des employés de l’hôpital », a-t-il indiqué.

Un membre du personnel a déclaré: «C’est honteux que le maître de l’hôpital ait organisé pour que ses enfants reçoivent le vaccin.»

Le ministre de la Santé, Stephen Donnelly, a déclaré qu’il demanderait au président du conseil d’administration de l’hôpital un compte rendu complet de ce qui s’est passé avec le déploiement du vaccin au Coombe.

M. Donnelly a déclaré qu’il avait été mis au courant du problème pour la première fois dimanche soir.

«La confiance dans le programme de vaccination est d’une importance cruciale et ce qui s’est passé n’aurait pas dû se produire», a-t-il déclaré.

«Notre stratégie d’attribution des vaccins établit clairement une liste de priorités pour la vaccination – et c’est actuellement pour les travailleurs de la santé de première ligne, les résidents et le personnel de nos établissements de soins de longue durée.

«Cela n’inclut pas les membres de la famille des travailleurs de la santé.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *