La Hongrie ressent la chaleur lors d’une audience devant le tribunal de l’UE

LUXEMBOURG – La Hongrie a fait face à un lundi grillé alors que la plus haute cour de l’UE a entendu une affaire concernant des armes à feu, des allégations d’ingérence politique et des critiques du système judiciaire du pays.

Au cours d’une audition de plus de deux heures à la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE), Miklós Fehér, haut fonctionnaire du ministère hongrois de la Justice, a été interrogé par des juges en robe rouge sur des allégations que le pays avait tenté de museler. un juge critique pour le gouvernement. La critique a été amplifiée par les gouvernements des Pays-Bas et de la Suède, qui se sont joints à eux pour exprimer leurs inquiétudes concernant l’état de droit en Hongrie.

La Hongrie est accusée depuis plusieurs années de porter atteinte à l’indépendance de son appareil judiciaire et de revenir sur l’état de droit.

La Commission européenne a lancé plusieurs procédures d’infraction contre Budapest – la dernière en octobre sur les politiques d’asile – et le Parlement européen a adopté une résolution en 2018 déclenchant une procédure disciplinaire au titre de l’article 7 (qui est bloquée au Conseil de l’UE, où certains pays ont fait preuve de réticence prendre des mesures pouvant entraîner des sanctions).

L’affaire entendue lundi est l’une des nombreuses procédures sensibles sur lesquelles la plus haute juridiction de l’UE devra se prononcer cette année, lui donnant un mot potentiellement important dans l’intensification de la bataille de l’Etat de droit.

L’affaire concerne un citoyen suédois qui a été accusé d’abus d’armes à feu et de munitions en Hongrie et dont l’avocat s’est plaint que le procès à Budapest n’était pas équitable parce que l’accusé n’avait pas eu pleinement accès à l’interprétation en suédois.

Cela s’est transformé en une affaire hautement politique lorsque le juge du tribunal de Budapest, Csaba Vasvári, a soumis la plainte à la plus haute juridiction de l’UE en même temps que ses propres questions sur l’indépendance de la justice hongroise. Vasvári a demandé si le président de l’Office national de la magistrature – un proche allié du Premier ministre Viktor Orbán – devrait être autorisé à avoir des pouvoirs étendus sur les tribunaux, et si le salaire prétendument bas des juges hongrois – qui peut être complété par des primes. à la discrétion du président du bureau judiciaire – pourrait les rendre réceptifs à l’ingérence politique.

La Cour suprême hongroise a jugé que la soumission de Vasvári à la CJUE était illégale et Vasvári a ensuite été menacé de mesures disciplinaires. Bien que le gouvernement hongrois affirme que les mesures disciplinaires n’ont jamais été officiellement lancées, les critiques ont déclaré que la menace à elle seule pourrait décourager d’autres juges de s’exprimer.

«Nous devons bannir tout risque que les procédures disciplinaires soient utilisées comme moyen d’exercer un contrôle politique sur le contenu des décisions judiciaires», a déclaré Jurian Langer, avocat du gouvernement néerlandais, à l’audience par liaison vidéo.

Mais le Hongrois Fehér, s’exprimant également par vidéo, a rejeté les critiques et a déclaré que la CJUE devrait rejeter les questions critiques sur l’état de droit car elles ne sont «en aucun cas liées» à l’affaire contre le citoyen suédois. « Ce sont des questions hypothétiques », a déclaré Fehér dans sa déclaration d’ouverture, qui a été lue par un interprète alors que le responsable du gouvernement hongrois se débattait avec des problèmes de connexion au début de l’audience.

Une question d’admission

On ne sait toujours pas si la CJUE autorisera les questions critiques soulevées par le juge Vasvári à faire partie de l’affaire. Si tel est le cas, les juges devront se prononcer sur des questions très sensibles de l’état de droit, comme ils devront également le faire cette année dans une autre affaire impliquant l’indépendance des juges polonais.

L’avocate du gouvernement suédois Hanna Shev a exhorté le tribunal à ne pas rejeter les questions. «Il y a des raisons qui indiquent que toutes les questions évoquées dans cette affaire sont recevables», a-t-elle déclaré.

Cependant, la Commission européenne est venue à la défense de la Hongrie. S’exprimant en personne dans la salle d’audience lambrissée, Adrián Toká, du service juridique de la Commission, a déclaré que de nombreuses questions étaient «irrecevables» parce qu’elles n’étaient pas «nécessaires à la résolution du différend».

Cela ne veut pas dire que la Commission laisse la Hongrie s’en tirer. «La Commission continue de surveiller l’indépendance des tribunaux hongrois et a fait part de ses préoccupations concernant les pouvoirs et le fonctionnement du Bureau judiciaire national», a déclaré Toká.

Les 15 juges présents dans la salle d’audience, dirigés par le président du tribunal belge Koen Lenaerts, n’ont donné aucune indication sur leur réflexion mais ont profité de l’audience pour griller le Hongrois Fehér.

«J’essaie de comprendre quel est l’objectif» de l’intervention de la Cour suprême hongroise pour déclarer que le recours devant la CJUE était illégal, a demandé la juge croate Siniša Rodin.

«C’est une situation très particulière… C’est un cas atypique», a répondu Fehér.

La CJUE donnera une première indication de l’orientation de sa décision le 13 avril, lors de la publication d’un avis non contraignant d’un avocat général. Ces opinions reflètent souvent une décision finale du tribunal quelques mois plus tard.

Dans sa déclaration finale, l’avocat néerlandais Langer a exhorté les juges à ne pas perdre de vue la situation dans son ensemble: «Nous aimerions demander au tribunal d’examiner le contenu, l’objet de l’indépendance du pouvoir judiciaire en Hongrie.»

  • Pull irlandais col V - Bleu - Taille : L - Blancheporte
    L - Facile à porter, le pull col V offre une allure stylée. La maille irlandaise à 30% de laine : une chaleur agréable et facile d'entretien, lavable en machine. - Couleur bleu - Taille 97/106 - TAILLE • Longueur dos 73 cm env. COMPOSITION • Maille 70% acrylique, 30% laine DÉTAILS • Maille torsades devant •
  • Pull irlandais col V - Gris - Taille : L - Blancheporte
    L - Facile à porter, le pull col V offre une allure stylée. La maille irlandaise à 30% de laine : une chaleur agréable et facile d'entretien, lavable en machine. - Couleur gris - Taille 97/106 - TAILLE • Longueur dos 73 cm env. COMPOSITION • Maille 70% acrylique, 30% laine DÉTAILS • Maille torsades devant •
  • Sennecq Bonne Électrolyte Équin solution buvable 5L
    Sennecq Bonne Electrolyte Equin est une solution buvable permettant de compenser la perte d'électrolytes lors de p hase critique ou des périodes entraînant une perte d'eau. On l'utilise lors : Fortes Chaleurs, Avant et aprés les transports, Stress provoquant la sudation. Concours Stages intensifs Efforts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *