La police russe arrête la femme de Navalny et plus de 2500 partisans lors de rassemblements nationaux

La police a arrêté plus de 2500 personnes dans toute la Russie samedi et a utilisé la force pour disperser des rassemblements dans tout le pays alors que des dizaines de milliers de manifestants exigeaient la libération du critique du Kremlin Alexei Navalny, dont l’épouse faisait partie des détenus.

M. Navalny avait appelé ses partisans à manifester après avoir été arrêté le week-end dernier alors qu’il rentrait d’Allemagne en Russie pour la première fois depuis qu’il avait été empoisonné avec un agent neurotoxique qui, selon lui, avait été appliqué sur son caleçon par des agents de sécurité de l’État en août.

Les autorités avaient averti les gens de rester à l’écart des manifestations de samedi, affirmant qu’ils risquaient d’attraper Covid-19 ainsi que des poursuites et une éventuelle peine de prison pour avoir assisté à un événement non autorisé.

Mais les manifestants ont défié l’interdiction et le froid glacial et se sont révélés en force.

Dans le centre de Moscou, où les journalistes de Reuters ont estimé qu’au moins 40000 personnes s’étaient rassemblées dans l’un des plus grands rassemblements non autorisés depuis des années, la police a été vue en train d’arrêter des personnes, les regroupant dans des fourgons à proximité.

Les autorités ont déclaré que seulement 4 000 personnes s’étaient présentées. Ivan Zhdanov, un allié de Navalny, a estimé le taux de participation dans la capitale à 50 000, a rapporté le média Proekt.

Certains manifestants ont scandé «Poutine est un voleur», «Disgrâce» et «Liberté pour Navalny!»

Alexei Navalny et Yulia Navalnaya avant leur vol à l'aéroport international de Berlin Brandenburg BER à Schoenefeld, Allemagne, le 17 janvier.  Photographie: Alexi Navalnaya Instagram / EPA

Alexei Navalny et Yulia Navalnaya avant leur vol à l’aéroport international de Berlin Brandenburg BER à Schoenefeld, Allemagne, le 17 janvier. Photographie: Alexi Navalnaya Instagram / EPA

L’épouse de M. Navalny, Yulia, a été brièvement détenue lors du rassemblement avant d’être libérée. La mère de Mme Navalny, Ludmila, était également présente à la manifestation.

Certains des alliés politiques de M. Navalny ont été détenus dans les jours précédant la manifestation; d’autres le jour même.

Le groupe de surveillance des manifestations OVD-Info a déclaré qu’au moins 2 509 personnes, dont 952 à Moscou et 374 à Saint-Pétersbourg, avaient été arrêtées lors de rassemblements dans une centaine de villes.

M. Navalny, un avocat de 44 ans, est incarcéré dans une prison de Moscou en attendant le résultat de quatre affaires juridiques qu’il décrit comme forgées de toutes pièces. Il accuse le président Vladimir Poutine d’avoir ordonné sa tentative de meurtre. M. Poutine a rejeté cela, alléguant que M. Navalny faisait partie d’une campagne de sales tours soutenue par les États-Unis pour le discréditer.

Un manifestant de Moscou, Sergei Radchenko (53 ans), a déclaré: «Je suis fatigué d’avoir peur. Je ne suis pas seulement venu pour moi et Navalny, mais pour mon fils parce qu’il n’y a pas d’avenir dans ce pays.

Il a ajouté qu’il était effrayé mais qu’il ressentait fortement ce qu’il appelait un système judiciaire incontrôlable.

‘Palais de Poutine’

Il n’y a eu aucun commentaire immédiat de la part du Kremlin, qui avait auparavant qualifié les manifestations d’illégales et le travail de «provocateurs».

Des séquences vidéo de l’Extrême-Orient russe montraient des policiers anti-émeute à Vladivostok chassant un groupe de manifestants dans la rue, tandis que des manifestants à Khabarovsk, bravant des températures d’environ -14 degrés, scandaient « Bandits! »

La police de Yakoutsk en Sibérie, l’une des villes les plus froides du monde, où la température était de -52 degrés samedi, a attrapé un manifestant par les bras et les jambes et l’a traîné dans une camionnette, selon des images vidéo.

Le politicien de l’opposition Dmitri Gudkov a déclaré que l’ampleur des manifestations dans les régions était inhabituelle.

«Tout le monde doit vraiment en avoir assez des vols et des mensonges si les régions se sont soulevées ainsi», a-t-il écrit sur Twitter.

Les services de téléphonie mobile et Internet ont subi des pannes samedi, a montré le site de surveillance downdetector.ru, une tactique parfois utilisée par les autorités pour empêcher les manifestants de communiquer entre eux et de partager des séquences vidéo en ligne.

La police a arrêté un homme lors d'un rassemblement de soutien au chef de l'opposition emprisonné Alexei Navalny samedi à Moscou.  Photographie: KIRILL KUDRYAVTSEV / AFP via Getty Images

La police a arrêté un homme lors d’un rassemblement de soutien au chef de l’opposition emprisonné Alexei Navalny samedi à Moscou. Photographie: KIRILL KUDRYAVTSEV / AFP via Getty Images

Dans le but de galvaniser le soutien avant les manifestations, l’équipe de M. Navalny a publié une vidéo sur un palais opulent sur la mer Noire qui, selon elle, appartenait à M. Poutine, ce que le Kremlin a nié. Samedi, le clip avait été visionné plus de 68 millions de fois.

Les alliés de M. Navalny espèrent tirer parti de ce que les sondages qualifient de frustrations refoulées parmi le public après des années de baisse des salaires et de retombées économiques de la pandémie.

Mais l’emprise de M. Poutine sur le pouvoir semble inattaquable pour le moment et le président de 68 ans enregistre régulièrement un taux d’approbation de plus de 60% beaucoup plus élevé que celui de M. Navalny.

A Berlin, Hambourg et Munich, près de 1 000 personnes ont manifesté contre l’arrestation de M. Navalny. De petites manifestations ont également eu lieu en Bulgarie et environ 200 à 300 personnes ont manifesté à Paris. –Reuters

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *