L’Europe doit se tenir aux côtés des démocrates du Venezuela

Isadora Zubillaga est le vice-ministre des Affaires étrangères du gouvernement intérimaire du Venezuela, reconnu par plus de 50 pays, dont les États-Unis, le Royaume-Uni, le Brésil, le Canada et la plupart des pays membres de l’UE.

Alors que le rideau est tombé en 2020, la situation politique au Venezuela a pris un tournant majeur pour le pire. Les élections législatives fictives de décembre ont vu le dictateur de mon pays, Nicolas Maduro, installer une fausse assemblée nationale qui manque de légitimité.

La réponse internationale a été rapide et claire. L’Union européenne a condamné à juste titre les élections pour ne pas avoir «respecté les normes internationales minimales pour un processus crédible» et a déclaré qu’elle n’en reconnaîtrait pas les résultats.

Mais au cours des dernières semaines, la position de l’UE est devenue de plus en plus confuse. Bien qu’il n’ait pas reconnu l’assemblée nationale frauduleuse du Venezuela, sa position sur le gouvernement intérimaire – la seule institution démocratiquement élue dans le pays – est honteusement ambiguë.

Dans une déclaration récente, le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, a qualifié Juan Guaidó, le véritable président du pays, de l’un des nombreux «représentants de l’Assemblée nationale sortante».

La phrase peut sembler sans importance, mais en réalité, elle sape la volonté du peuple vénézuélien et délégitime les procédures de la constitution du Venezuela. Cela envoie également le mauvais message à Maduro et à ses soutiens.

Après une élection manifestement non libre en 2019, Guaidó – alors président de l’Assemblée nationale – a prêté serment en tant que président par intérim, en vertu d’une disposition de la constitution vénézuélienne. Sa légitimité a été reconnue par plus de 50 gouvernements dans le monde, y compris les États-Unis et la plupart des pays membres de l’UE. La déclaration de Borrell a pour conséquence malheureuse de mettre en doute cette reconnaissance.

Ce n’est pas le moment pour l’Europe de tourner le dos à la démocratie vénézuélienne. Au lieu de cela, l’UE devrait continuer à reconnaître le mandat de l’Assemblée nationale légitime (comme le Parlement européen vient de le faire dans une résolution). Il doit rester ferme dans ses politiques et déclarations opposées qui renforcent les affirmations de Maduro et sapent la perspective d’une élection présidentielle et parlementaire véritablement libre et juste dans l’année à venir – ce qui reste le meilleur et le seul espoir de notre pays.

Il ne s’agit pas de Guaidó ou du gouvernement intérimaire. Il s’agit de créer un avenir durable pour le Venezuela qui ne fera que devenir plus désespéré sous le règne de Maduro.

Ces dernières semaines ont vu une vague de violence et d’insécurité parrainées par l’État à travers le Venezuela. La semaine dernière, les forces spéciales ont massacré au moins 23 personnes dans un acte effronté de meurtre extrajudiciaire. Alors que les besoins de notre peuple montent en flèche face à une pandémie mondiale, les travailleurs humanitaires ont été détenus, harcelés et poursuivis par les copains de Maduro. Sous sa direction, un nombre croissant de Vénézuéliens entrent dans les rangs des pauvres, les inégalités et la faim atteignant des sommets autrefois inimaginables.

La situation à l’intérieur du Venezuela est intenable. Une solution politique est nécessaire de toute urgence, et l’UE a un rôle essentiel à jouer pour y parvenir.

En tant que militante vénézuélienne et mère de deux enfants exilée dont le seul rêve est de rentrer dans leur pays d’origine, et en tant que vice-ministre des Affaires étrangères du gouvernement par intérim, j’exhorte l’UE à prendre les mesures suivantes pour jeter les bases d’une solution politique au Venezuela.

Tout d’abord, soutenez une solution menée par le Venezuela. Il ne fait aucun doute qu’une solution durable à la crise vénézuélienne commence et se termine au Venezuela. Seul le peuple vénézuélien devrait avoir le dernier mot sur l’avenir de notre pays et sa place dans le monde.

C’est précisément parce que les Vénézuéliens méritent que nos voix – et nos votes – soient respectés, qu’il est essentiel que l’UE soutienne activement le gouvernement intérimaire jusqu’à la tenue d’élections présidentielles et parlementaires libres et régulières.

Ce n’est un secret pour personne que le gouvernement intérimaire a fait face à une bataille difficile. Nous sommes imparfaits. Forgé ensemble face à un tyran brutal, nous reflétons le large éventail de philosophies politiques et économiques et sommes en désaccord sur de nombreuses questions.

Et pourtant, nous sommes unis sur le plus important de tous: notre avenir est la démocratie. Personne ne devrait être au-dessus des lois. Personne ne devrait dicter qui vit et qui meurt, qui a accès à une aide vitale et qui peut parler ou être réduit au silence.

Le gouvernement intérimaire est la seule institution démocratiquement élue de notre pays. Nous sommes la dernière pierre angulaire de la démocratie de notre pays et nous travaillons sans relâche pour faire en sorte que notre peuple ait la possibilité de déterminer son propre avenir.

Deuxièmement, synchronisez le soutien avec les Amériques. Tous les regards sont désormais tournés vers l’administration du président américain Joe Biden, pour qui la démocratie vénézuélienne restera une priorité absolue.

Les États-Unis et l’UE n’ont pas toujours été sur la même longueur d’onde en ce qui concerne le Venezuela, empêchant un progrès efficace et bloquant. L’UE devrait rapidement aligner sa politique sur celle de Washington afin de forger une politique mondiale cohérente qui soutienne une transition démocratique grâce à des élections crédibles.

Troisièmement, mélangez la pression et les incitations pour lancer les négociations. La seule voie à suivre pour le Venezuela est celle d’élections présidentielles libres, justes et inclusives en 2021. Laissé à lui-même, Maduro n’acceptera pas cela. La seule façon de faire basculer le calcul de Maduro en faveur de la transition est de déployer un mélange de carottes et de bâtons qui l’amènera à la table.

Les États-Unis, le Canada et le Royaume-Uni ont déjà imposé un ensemble plus fort de sanctions individuelles ciblées contre Maduro et ses alliés. Si Maduro refuse d’accepter des élections, ces sanctions devraient être alignées sur l’UE.

Les échappatoires financières de l’Europe – qui se sont révélées si lucratives pour ceux qui cherchent à blanchir de l’argent – doivent être comblées. Si Maduro et les autres membres du régime se conformaient à une transition politique et acceptaient un processus électoral libre et équitable, ces sanctions pourraient être assouplies.

En outre, l’UE devrait mettre son énergie au service des processus internationaux de responsabilisation qui peuvent tenir les criminels vénézuéliens responsables de leurs violations des droits de l’homme. Cela comprend le soutien aux efforts de la Cour internationale de justice, du Conseil des droits de l’homme et des tribunaux nationaux utilisant la compétence universelle pour garantir que les escadrons de la mort errant dans les rues du Venezuela soient tenus de rendre des comptes.

Et enfin, l’Europe doit se faire le champion d’une solution inclusive de cette crise politique qui englobe toute la diversité du peuple vénézuélien. Cela signifie soutenir les innombrables organisations de la société civile qui fournissent courageusement une aide humanitaire et défendent les valeurs démocratiques face à de graves dangers. Cela signifie donner aux femmes et aux jeunes vénézuéliens les ressources dont ils ont besoin pour pousser à un changement significatif.

Le gouvernement intérimaire reconnaît qu’il n’est aussi puissant que les gens qu’il représente. Notre mandat vient des millions de Vénézuéliens qui ont résisté à la tyrannie et qui continuent de risquer leur vie pour appliquer les pratiques démocratiques que beaucoup tiennent pour acquises.

Il est essentiel que l’UE se joigne à nous et nous soutienne pour créer le changement dont le peuple vénézuélien a besoin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *