L’UE va reformuler les mesures visant à empêcher l’Irlande du Nord d’être utilisée comme porte dérobée de vaccins vers la Grande-Bretagne

La Commission européenne doit reformuler les mesures de contrôle des exportations de vaccins après avoir déclenché un tollé politique avec ses plans pour bloquer la fourniture de vaccins contre le Covid-19 en Irlande du Nord.

Il a activé l’article 16 du protocole de l’Irlande du Nord qui permet de suspendre certaines parties du régime spécial permettant la libre circulation des produits de l’UE vers l’Irlande du Nord.

Cette décision, qui aurait frustré tout effort visant à utiliser l’Irlande du Nord comme porte dérobée pour amener des vaccins de l’UE en Grande-Bretagne, a provoqué de vives réactions de Dublin, Belfast et Londres.

Il est entendu que la Commission publiera dans la matinée une nouvelle version de son règlement sur le contrôle des exportations de vaccins.

Cette décision intervient au milieu d’une dispute croissante sur l’attribution du vaccin Oxford / AstraZeneca après que la société a annoncé des retards dans ses opérations dans l’UE.

Le Taoiseach Micheál Martin s’est entretenu directement avec la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, à ce sujet.

Une source gouvernementale a décrit le profond mécontentement dans les bâtiments gouvernementaux à propos de ce déménagement, le décrivant comme «totalement inutile» avec le potentiel «d’implications politiques explosives».

La première ministre d’Irlande du Nord, Arlene Foster, a qualifié le déclenchement de l’article 16 par l’UE d’un «acte d’hostilité incroyable» tandis que la dirigeante du Sinn Féin, Mary Lou McDonald, l’a qualifié de «grave erreur».

Le Taoiseach s’est également entretenu avec le Premier ministre britannique Boris Johnson.

Un porte-parole du n ° 10 a déclaré: «Le Premier ministre a souligné l’engagement durable du Royaume-Uni en faveur de l’accord Belfast / Vendredi saint et a déclaré que l’UE devait clarifier d’urgence ses intentions et les mesures qu’elle prévoit de prendre pour garantir que ses propres engagements concernant l’Irlande du Nord soient pleinement respectés . »

M. Johnson a également exprimé ses «graves préoccupations» à Mme von der Leyen, sa porte-parole. «Il a exprimé ses graves préoccupations quant à l’impact potentiel que les mesures que l’UE a prises aujourd’hui sur les exportations de vaccins pourraient avoir.»

Mme Foster s’est également entretenue avec M. Johnson et le ministre du Cabinet, Michael Gove, sur la question et a appelé à une «réponse solide» de Downing Street.

L’article 16, qui permet que des mesures de sauvegarde spéciales soient prises par l’UE ou par le Royaume-Uni dans des circonstances exceptionnelles, a fait l’objet de demandes de suspension du protocole par ceux qui s’y opposent.

Mouvement libre

Le protocole, qui fait partie de l’accord de retrait du Brexit, permet normalement la libre circulation des marchandises de l’UE vers l’Irlande du Nord.

Selon les termes du protocole, les marchandises devraient pouvoir circuler librement entre l’UE et l’Irlande du Nord, la région restant dans le marché unique des marchandises et fonctionnant toujours selon les règles douanières de l’UE.

La nouvelle mesure aurait signifié que l’Irlande du Nord serait considérée comme un territoire d’exportation aux fins des vaccins envoyés depuis l’UE, y compris la République d’Irlande.

Les vaccins d’Irlande du Nord arrivent actuellement du reste du Royaume-Uni, donc ceux-ci n’auraient pas été affectés.

Méprisable

Mme Foster a déclaré: «En déclenchant l’article 16 de cette manière, l’Union européenne a une fois de plus montré qu’elle était prête à utiliser l’Irlande du Nord quand cela convenait à ses intérêts, mais de la manière la plus méprisable – sur la fourniture d’un vaccin qui vise à sauver vies.

«À la première occasion, l’UE a placé une frontière dure entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande sur la chaîne d’approvisionnement du vaccin contre le coronavirus.»

Le dirigeant du DUP a ajouté: «L’Union européenne utilisant l’article 16 d’une manière aussi agressive et honteuse, il est maintenant temps que notre gouvernement intervienne.

«J’exhorterai le Premier ministre à agir et à utiliser des mesures solides, y compris l’article 16, pour promouvoir les intérêts de l’Irlande du Nord et du reste du Royaume-Uni.»

La dirigeante du Sinn Féin, Mary Lou McDonald, a tweeté: «L’utilisation de l’article 16 est une grave erreur. Nos citoyens ont besoin d’un accès rapide à des vaccins vitaux et non à des conflits commerciaux. Le moment est venu pour la tête froide et la solidarité. »

La vice-première ministre d’Irlande du Nord, la vice-présidente du Sinn Féin, Michelle O’Neill, a déclaré qu’elle s’était entretenue avec le gouvernement à Dublin sur la question. «Je viens de parler avec le gouvernement irlandais pour lui faire part de mes très sérieuses préoccupations concernant l’invocation de l’art. 16 ans », a-t-elle tweeté. «C’est une décision totalement mal jugée de la part de l’UE et n’aurait pas dû être déclenchée. Les têtes calmes doivent prévaloir, cela doit être réglé de toute urgence.

Le ministre des Affaires étrangères, Simon Coveney, a tweeté: «Nous travaillons avec la Commission européenne pour essayer de résoudre ce problème et protéger l’intégrité et le fonctionnement du protocole NI.»

M. Gove s’est entretenu avec la Commission européenne, Maros Sefcovic, pour «exprimer la préoccupation du Royaume-Uni face à l’absence de notification» dans son utilisation de l’article 16, et le gouvernement «examine maintenant attentivement les prochaines étapes», a déclaré un porte-parole.

.

Embarrassé

Le député du SDLP, Colum Eastwood, a déclaré que cette décision compromettait les progrès accomplis pour défendre les intérêts de l’île.

«La décision disproportionnée d’invoquer l’article 16 du protocole de l’Irlande par la Commission européenne est une grave erreur de jugement qui sape le travail qui a eu lieu au cours des cinq dernières années pour défendre les intérêts des habitants de cette île.

«Nous sommes confrontés à une menace commune. Notre réponse à ce virus et à la fourniture de vaccins doit être caractérisée par nos valeurs communes. »

Le chef de l’UUP, Steve Aiken, a déclaré que le secrétaire d’Irlande du Nord, Brandon Lewis, devrait être embarrassé. «L’UE invoque unilatéralement l’article 16 pour protéger ses propres intérêts et il est grand temps que le gouvernement britannique fasse de même au lieu d’être les principaux acteurs dans une mascarade ridicule selon laquelle il n’y a pas de frontière dans la mer d’Irlande et que l’article 16 ne peut pas être invoqué. . »

Le chef de la Voix unioniste traditionnelle, Jim Allister, a déclaré que l’UE montrait ses vraies couleurs «insensibles».

«L’invocation cet après-midi de l’article 16 du protocole pour inhiber les exportations de vaccins Covid de l’UE vers l’Irlande du Nord est l’illustration la plus révélatrice que l’on puisse imaginer que pour l’UE, le protocole est un jouet à exploiter quand il convient à ses intérêts égoïstes.

«L’idée que l’UE se soucie de quoi que ce soit pour l’Irlande du Nord ou ses habitants est dénoncée comme totalement fausse.

«La réglementation d’aujourd’hui a pour effet de désavouer le libre-échange tant vanté de l’UE vers l’Irlande du Nord dans le cadre de son marché unique et de traiter plutôt les livraisons de vaccins de l’UE vers l’Irlande du Nord comme des« exportations », qu’elles peuvent ensuite restreindre, de peur que de tels vaccins ne parviennent en Grande-Bretagne. – Reporting supplémentaire: PA

  • Nord Bien Être Détente Modelage bien-être d'une heure du dos à l'institut Nord Bien Être Détente
    Une parenthèse de détente avec un modelage du dos et de l’arrière des jambes visant à prendre soin de son corps et retrouver sa légèreté
  • Nord Bien Être Détente Une séance de reiki d'1h à l'établissement Nord Bien Être Détente
    Une prestation visant à procurer détente, confort et relaxation au lâcher prise pour le bien-être dans un établissement à Pecquencourt
  • Studio Dalydermo Soin du visage “Expert Skin Eclipse”, “Expert anti-âge” ou sur mesure à l'institut Studio Dalydermo
    Un soin du visage au choix visant à redonner à la peau tout son éclat dans un institut situé à Antibes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *