Brexit Bretagne: ça sent l’esprit adolescent

Paul Taylor, rédacteur en chef de POLITICO, écrit la colonne Europe At Large.

PARIS – Il est temps pour le Royaume-Uni et l’UE de respirer profondément et de compter jusqu’à 100.

Depuis le début de l’année, le Royaume-Uni se comporte comme un adolescent maussade avec une ruée vers la testostérone, déterminé à montrer à ses parents perplexes qu’il est totalement indépendant et n’a pas besoin de leur aide ou de leurs conseils, voire de partager régulièrement des repas avec eux.

Pour aggraver le problème, la Commission européenne vient d’agir comme un parent abusif dans sa panique face à la lenteur des livraisons de vaccins, menaçant de frapper un enfant rebelle pour dissimuler ses propres insuffisances.

La tentative du gouvernement britannique de déclasser le statut d’ambassadeur de l’UE à Londres moins d’un mois après la fin de la transition du Brexit – reclassant le syndicat comme une autre organisation internationale – était un symptôme classique d’une crise des adolescents. Cela avait plus à voir avec la psychiatrie que la diplomatie.

Quelqu’un à Whitehall pensait avoir espionné une victoire rapide dans la course pour fléchir le doigt du milieu nouvellement souverain du Royaume-Uni. Cet acte mineur de dépit idéologique n’a probablement pas été bien pensé – à moins bien sûr, à moins, bien sûr, que le Bureau des affaires étrangères, du Commonwealth et du développement de Sa Majesté ne veuille délibérément empoisonner l’atmosphère de la nouvelle relation transmanche dès le départ.

Le geste pétulant se retourne déjà contre Londres, dont le nouvel envoyé à Bruxelles aura probablement beaucoup de temps libre jusqu’à ce que le Royaume-Uni recule. C’était tout à fait prévisible. En 2019, l’administration du président américain Donald Trump a annulé une tentative similaire de rétrograder l’ambassadeur de l’UE à Washington après le gel de l’homme de la Maison Blanche à Bruxelles.

Les parents d’adolescents difficiles seront familiers avec ce modèle de comportement, souvent accompagné par des explosions de musique heavy metal et un manque d’hygiène intime.

Au cours des deux prochaines années, la Grande-Bretagne sera impatiente de démontrer pour des raisons de politique intérieure que presque tout le monde dans son univers souverain et indépendant est plus important que l’UE. La nomination de l’ancien négociateur intransigeant du Brexit David Frost au poste de conseiller spécial du Premier ministre Boris Johnson sur le Brexit et la politique internationale a souligné le message selon lequel le Royaume-Uni recherchera de nouveaux partenaires partout, sauf à Bruxelles.

«Frost ne cherchera pas à construire des ponts avec Bruxelles pendant plusieurs années», a déclaré un haut fonctionnaire du gouvernement à Cristina Gallardo de POLITICO. L’illustration la plus récente de cette approche: la Grande-Bretagne demande à rejoindre une communauté commerciale d’Asie de l’Est à l’autre bout du monde avec laquelle elle fait une fraction des affaires qui sont maintenant à risque avec l’Europe en raison de la paperasse induite par le Brexit.

Alors, que devraient faire les adultes de l’UE? L’expérience suggère de rester calme, patient et ferme, de se concentrer sur une politique étrangère et de défense européenne beaucoup plus efficace qu’elle ne l’est actuellement et d’attendre une pause dans les nuages. Cela peut arriver plus tôt qu’on ne l’imaginait si, par exemple, une nouvelle crise survenait avec la Russie, la Turquie ou la Chine nécessitant des sanctions coordonnées. Le coup d’État militaire de cette semaine au Myanmar pourrait être un tel événement.

Ce n’est pas le moment d’offrir à Londres un partenariat global et structuré sur la politique étrangère et de défense, comme le négociateur de l’UE sur le Brexit, Michel Barnier, avait initialement cherché à le faire. Ce n’est pas non plus le moment de convaincre Londres de rejoindre un Conseil de sécurité européen, car la France et l’Allemagne ont lancé un forum pour une consultation transmanche régulière.

Johnson signale très clairement que la Grande-Bretagne veut mener des opérations de politique étrangère et de défense en Europe soit par le biais de l’OTAN, où elle espère tirer parti de ses relations étroites avec les États-Unis comme contrepoids à l’UE, soit bilatéralement ou trilatéralement avec les autres «big boys». – Paris et Berlin.

L’examen intégré de la politique étrangère, de sécurité et de défense du Royaume-Uni, attendu depuis mars, devrait signaler que le partenariat euro-atlantique par le biais de l’OTAN est la priorité absolue de la Grande-Bretagne après le Brexit. Les initiés disent que le document de politique reconnaîtra l’UE comme un partenaire important de la politique étrangère sans chercher à codifier cela dans une relation formelle – le libellé final est toujours en train de faire l’objet de discussions – et appellera à un plus grand engagement dans la région indo-pacifique.

Des diplomates vétérans tels que l’ancien conseiller à la sécurité nationale Lord Peter Ricketts soutiennent qu’il serait beaucoup plus efficace pour le Royaume-Uni de parler régulièrement avec l’UE que de devoir faire pression sur 27 pays membres de manière bilatérale sur chaque question internationale d’intérêt commun. Mais une telle pensée pragmatique est profondément démodée dans les couloirs du pouvoir.

La Grande-Bretagne a au moins convenu de procédures d’échange d’informations confidentielles avec l’UE, première pierre angulaire de toute discussion future sur des questions telles que la politique de sanctions.

Dans l’année qui a suivi son départ du syndicat, des diplomates affirment qu’un dialogue triangulaire du soi-disant E3 – Royaume-Uni, France et Allemagne – a été discrètement mis en place à l’initiative de Berlin. Il y a eu des réunions au niveau ministériel et des hauts fonctionnaires, y compris une vidéoconférence mensuelle sécurisée des responsables de la politique de défense.

Les diplomates britanniques espèrent que le dialogue permettra à Londres d’influencer la politique de l’UE même si la Grande-Bretagne n’est plus à la table, en partant du principe que Paris et Berlin peuvent «livrer» les autres pays membres. Cela pourrait susciter des doutes à Paris et du ressentiment parmi les petits pays de l’UE.

Ce qui est important maintenant, c’est que le Royaume-Uni et l’UE apprennent à vivre ensemble. Heureusement, leur longue histoire de cohabitation leur donne de quoi bâtir.

Il est peu probable que la Grande-Bretagne participe à des opérations de gestion de crise dans le cadre de la politique de sécurité et de défense commune de l’UE, car elle n’aurait pas son mot à dire en amont dans la planification et la prise de décision. Cependant, il continuera à soutenir les forces françaises et européennes au Sahel, en fournissant trois hélicoptères de transport et des équipages pour l’opération antiterroriste Barkhane et un contingent de soldats de la force de stabilisation de l’ONU au Mali.

Les entreprises de défense britanniques restent impliquées avec des partenaires européens dans des projets d’armement communs, y compris une nouvelle génération de missiles en cours de développement par MBDA, une société intégrée détenue conjointement par le géant aérospatial européen Airbus, le britannique BAE Systems et l’italien Leonardo.

Reste à voir si le Royaume-Uni rejoindra éventuellement certains projets de la coopération structurée permanente de l’UE dans le domaine de la défense. Un test sera de savoir s’il recherche un arrangement administratif pour collaborer avec l’Agence européenne de défense, comme l’ont fait la Norvège, la Suisse, l’Ukraine et la Serbie non membres de l’UE.

À court terme, on peut peut-être s’attendre à une période de réflexion pendant laquelle aucune des deux parties ne nourrit l’hostilité trans-Manche.

Bruxelles ne s’est certainement pas comportée comme l’adulte dans la pièce lorsqu’elle a décidé, sans consulter Londres ou Dublin, d’invoquer une clause d’urgence pour éviter que des vaccins ne soient hypothétiquement exportés vers le Royaume-Uni via l’Irlande du Nord.

Cette décision stupide a été annulée avant même d’être mise en œuvre, mais beaucoup de dégâts politiques ont été causés. Si les choses ne doivent pas se détériorer rapidement, les deux parties devront rapidement apprendre à se comporter comme des adultes.

  • Esprit Demeures de l'esprit : Grande-bretagne i - Renaud Camus - Livre
    Architecture - Occasion - Très Bon Etat - Fayard GF - Grand Format - Structure Coopérative d'insertion à but non lucratif.
  • le labo Gel Douche Baie 19 - gel douche -
    La baie 19 aurait dû s'appeler Water 19. Non pas que ça ne sente rien (même si ça ne sent pas non plus rien d'autre), mais ça a cet effet frais, humide et trempé que l'eau donne à la terre après la pluie. Il y a un mot pour cela: «petrichor». La sensation magique d'une forte averse de pluie après une vague de
  • le labo Lotion pour le corps Baie 19 - lotion pour les mains et le corps -
    La baie 19 aurait dû s'appeler Water 19. Non pas que ça ne sente rien (même si ça ne sent pas non plus rien d'autre), mais ça a cet effet frais, humide et trempé que l'eau donne à la terre après la pluie. Il y a un mot pour cela: «petrichor». La sensation magique d'une forte averse de pluie après une vague de

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *