Les médias polonais suspendent leurs reportages pour protester contre une taxe prévue sur la publicité

VARSOVIE – Les médias indépendants polonais ont suspendu la couverture de l’actualité et les pages Web des principaux organes de presse du pays étaient vierges mercredi matin pour protester contre une nouvelle taxe publicitaire qui, selon les radiodiffuseurs et les éditeurs, ne vise pas à collecter des fonds mais à porter atteinte à la liberté de la presse.

«Il s’agit simplement d’extorsion», a déclaré une lettre ouverte adressée au Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki, signée par 43 organisations de médias, qui comprend les plus grands éditeurs de journaux et de magazines de Pologne ainsi que ses principaux réseaux de télévision indépendants. Parmi les signataires figurent Ringier Axel Springer Polska, une joint-venture suisse-allemande qui possède des propriétés médiatiques de premier plan en Pologne; L’Allemand Axel Springer est également copropriétaire de POLITICO Europe.

La nouvelle taxe sur les revenus publicitaires des entreprises, qui varie de 2% à 15% selon la taille de l’entreprise, est précipitée par le Parlement. Le gouvernement insiste sur le fait que c’est un moyen de réparer les finances publiques mises à rude épreuve par la pandémie, avec l’argent destiné aux soins de santé et à la culture, et c’est un effort pour forcer les grandes entreprises internationales à payer leur juste part d’impôts.

« Il est impossible que les pauvres deviennent plus pauvres et que les riches deviennent plus riches », a déclaré Morawiecki lors d’une conférence de presse mardi. Il a fait valoir que le projet de loi polonais est similaire aux prélèvements en France, en Italie et en Espagne.

Cependant, il a évité de répondre à la plainte principale des éditeurs, selon laquelle la taxe est un effort injuste pour extraire de l’argent des opérations médiatiques en grande partie polonaises, se concentrant plutôt sur la façon dont elle affectera les géants en ligne comme Facebook ou Google.

Les groupes de médias et l’opposition politique considèrent la taxe comme un effort pour vaincre la presse indépendante par le gouvernement dirigé par le parti nationaliste Droit et Justice (PiS).

«Ils copient plus ou moins l’approche hongroise – pour diminuer la viabilité des médias indépendants. Ils disent que le produit de la taxe est destiné à faire face à la pandémie, mais que l’argent ira uniquement à des opérations de propagande proches du PiS », a déclaré un responsable de médias privés à POLITICO.

Le radiodiffuseur public polonais, TVP, est également couvert par la taxe, mais il a reçu une énorme subvention de 2 milliards de zloty (440 millions d’euros) et est également financé par des frais d’utilisation obligatoires. Le TVP est étroitement contrôlé par le PiS et a été transformé en un média de propagande pro-gouvernemental – ce qui a valu à la Pologne des critiques internationales.

La nouvelle taxe est structurée de telle manière que de nombreux éditeurs pro-gouvernementaux de droite sont trop petits pour y être pris.

Adam Bodnar, médiateur polonais des droits de l’homme, tweeté: «Je ne doute pas que l’objectif soit de frapper les médias indépendants.»

Les recettes de la nouvelle taxe – appelée «contribution» par le gouvernement – iront au Fonds national de la santé de la Pologne ainsi qu’à la protection des monuments nationaux et à un fonds nouvellement créé pour soutenir «la culture et le patrimoine national dans les médias», selon le ministère des Finances dit la semaine dernière.

Dans leur lettre ouverte, les organisations médiatiques se plaignaient que les accusations extrêmement variées auxquelles étaient confrontées différentes entreprises étaient «scandaleuses» et que la modification des conditions des licences de diffusion existantes était inacceptable dans un pays régi par l’État de droit. Ils ont également déclaré que la taxe permettrait de lever au plus 100 millions de zloty auprès des géants mondiaux de l’internet, tandis que les entreprises de médias actives en Pologne paieraient 800 millions de zloty.

«Est-ce une somme significative?» demanda Morawiecki. «Non, c’est un pas dans le sens d’une égalisation des chances des acteurs nationaux dans diverses branches par rapport aux grands acteurs internationaux.

Les soupçons sur les motivations du gouvernement sont étayés par des commentaires fréquents de hauts fonctionnaires appelant à un plus grand contrôle des médias indépendants et se plaignant que les entreprises de médias étrangères, en particulier allemandes, jouent un rôle de premier plan en Pologne.

«Si ça passe, ce serait la dernière chose [PiS] besoin de contrôler les médias. Certains éditeurs ne survivront tout simplement pas, d’autres vendront simplement au gouvernement », a déclaré l’exécutif des médias.

Le raffineur contrôlé par le gouvernement PKN Orlen a récemment acheté l’un des plus grands groupes de journaux du pays à un éditeur allemand, faisant craindre qu’il ne vise à les placer sous le contrôle du parti au pouvoir.

Le gouvernement hongrois contrôle déjà la grande majorité des médias de ce pays; mardi, l’un des derniers radiodiffuseurs indépendants a été contraint de cesser ses ondes après que sa licence de diffusion n’ait pas été prolongée.

La Hongrie et la Pologne ont chuté dans le récent classement de la liberté de la presse par Reporters sans frontières, une ONG. La Pologne s’est classée 62e sur 180 pays en 2020; il était à la 18e place en 2015, année de l’arrivée au pouvoir du PiS. La Hongrie est à la 89e place.

  • Tapis sur mesure Vinyle pour les enfants Circuit - Les Rues de la Ville Verte
    Décoweb - Créez votre tapis, dimensions et finitions personnalisables, prix au m². Tapis vinyle, pour transformer la chambre de votre enfant en une salle de jeux de rêve ! Ce tapis vinyle au motif circuit de voiture qui lui garantira des heures de plaisir.
  • Les Milles Optiques Bon d'achat de au prix de 15 sur une monture optique ou solaire avec verres correcteurs chez Les Milles Optique
    Un bon d’achat pour s’offrir une nouvelle monture afin de se donner un nouveau style
  • Bee Boop beauté Pose de vernis semi-permanent sur les mains ou les pieds avec une beauté en option à l'institut Bee Boop beauté
    Des prestations effectuées dans un centre agréable et chaleureux doté de matériel moderne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *