Biden ramène l’UE vers le futur

Appuyez sur play pour écouter cet article

BERLIN – Joe Biden est peut-être très haut chez lui avec des cotes d’approbation dont Donald Trump ne pouvait que rêver, mais cela ne l’aidera probablement pas beaucoup cette semaine alors qu’il tente de gagner une circonscription notoirement ornée pour un président américain: l’Europe.

Biden s’adressera directement aux Européens pour la première fois depuis son entrée en fonction avec un discours d’ouverture prévu vendredi lors de la conférence de Munich sur la sécurité. Il aura beaucoup de choses à convaincre.

L’apparition virtuelle sera une sorte de retour aux sources pour Biden, qui depuis des décennies est un habitué de l’affaire annuelle – la réponse de la sécurité occidentale au Forum économique mondial de Davos.

«Je te promets… Nous reviendrons. Nous serons de retour », a déclaré Biden à la conférence il y a deux ans, prenant la parole après le vice-président de l’époque Mike Pence. Biden a été récompensé par une standing ovation, même si de nombreux spectateurs ont douté de lui.

Biden a peut-être prouvé que ses sceptiques avaient tort, mais les doutes demeurent. La plus grande crainte est que Trump soit également de retour.

«Qui peut dire que nous ne finirons pas là où nous en étions dans quatre ans?» a demandé un haut responsable de la défense allemande.

Des craintes comme celle-là sont apparentes depuis les élections de novembre qui ont amené le triomphe de Biden sur Trump.

Sous la pression de l’Allemagne, l’UE est allée de l’avant avec un accord d’investissement avec la Chine en décembre, ignorant les demandes de la nouvelle administration Biden d’attendre au moins quelques semaines jusqu’à ce qu’il soit opérationnel.

Le bloc a également poursuivi sa propre voie sur la Russie, dépêchant son chef de la politique étrangère à Moscou quelques jours à peine après que la Russie ait condamné le chef de l’opposition Alexey Navalny à près de trois ans dans une colonie pénale. Le voyage, qui s’est transformé en un désastre de relations publiques pour l’UE, est intervenu au moment où Biden voulait montrer que son administration pouvait construire un front occidental uni contre le dirigeant russe Vladimir Poutine.

L’aggravation de la dispute entre Washington et Berlin à propos de la poursuite par l’Allemagne du gazoduc controversé Nord Stream 2 couplée à l’initiative «Made In America» de Biden pour protéger l’industrie américaine des importations étrangères a également mis un frein aux relations entre la nouvelle administration et l’Europe.

Dans son discours de Munich, Biden, qui participera également à une vidéoconférence avec les dirigeants du G7 vendredi, tentera de faire sortir la relation transatlantique de la route rocailleuse dans laquelle elle a été et d’amadouer les Européens.

S’inquiéter d’un redux de Trump n’est pas la seule raison pour laquelle l’entreprise sera difficile.

Le monde a changé depuis que Biden était dernier au pouvoir en tant que vice-président du président de l’époque Barack Obama. L’Europe a, par exemple, approfondi sa dépendance à l’égard de la Chine, à un degré qui paraissait autrefois impensable. L’année dernière, la Chine a même dépassé les États-Unis en tant que premier partenaire commercial de l’UE (les États-Unis restent cependant le plus grand marché d’exportation d’Europe). Ces dernières semaines, les appels sont devenus plus forts dans de nombreux pays de l’UE pour que le bloc approuve le vaccin chinois contre le coronavirus, un autre signe que la confiance dans le pays autoritaire est en hausse à travers le continent.

En effet, s’il existe un consensus bipartisan aux États-Unis selon lequel la Chine représente une menace fondamentale pour la démocratie occidentale, les Européens sont beaucoup plus optimistes. Cela est dû en grande partie au désir de l’Europe de maintenir et d’étendre ses liens commerciaux avec la Chine.

L’Allemagne, avec ses secteurs de l’automobile et de l’ingénierie profondément investis dans le pays, est souvent le moteur de la poussée chinoise de l’Europe. Mais de nombreux petits pays sont heureux de faire le voyage, en particulier ceux d’Europe centrale et orientale, que Pékin a courtisés avec la promesse d’investissements.

Pourtant, ces mêmes pays sont partagés entre le désir d’explorer les opportunités économiques avec la Chine et leur dépendance à l’égard des États-Unis pour la sécurité. Ces intérêts concurrents ont été exposés la semaine dernière lors d’une réunion du soi-disant 17 + 1, un forum créé par Pékin pour nouer des liens avec 17 pays d’Europe centrale et orientale. La moitié des 12 dirigeants nationaux de l’UE invités au club ne se sont pas présentés pour rendre hommage au président chinois Xi Jinping, qui a accueilli l’événement. Mais l’autre moitié a participé, peut-être préoccupée par les conséquences de ne pas le faire.

Biden est susceptible d’être sensible à ces pressions pour la simple raison qu’elles existent également pour les États-Unis. Pour tous les soupçons de Washington sur la Chine, l’enchevêtrement économique de l’Amérique avec la Chine n’est pas moins profond.

Croyant depuis toujours au rôle de l’Amérique en tant que puissance organisatrice mondiale, Biden a signalé dans des discours passés sa conviction que les États-Unis et l’Europe peuvent rapidement tourner la page de l’ère Trump et revenir aux jours de paix de la coopération transatlantique.

Pour les États-Unis, l’Europe représente non seulement le partenaire commercial le plus important de l’Amérique, mais aussi un pivot stratégique pour affronter les adversaires mondiaux de la Russie à la Chine en passant par la terreur islamique. C’est pourquoi le retour de l’Europe est essentiel pour Biden si son programme de politique étrangère doit réussir.

Son défi sera de convaincre l’Europe qu’en dépit des opportunités économiques que représente la Chine, ouvrir trop largement la porte de l’Europe à Pékin risque de saper l’UE elle-même, car la Chine utilise son influence économique pour creuser un coin dans le bloc alors qu’elle poursuit son propre programme.

La bonne nouvelle pour Biden est que si l’Europe s’est peut-être rapprochée de la Chine, elle ne s’est pas encore éloignée des États-Unis.Malgré les récentes rumeurs à Paris et dans certaines autres capitales européennes selon lesquelles l’Europe devrait rechercher une «autonomie stratégique» – c’est-à-dire se dissocier efficacement de Washington – jusqu’à présent, de telles initiatives n’ont abouti à rien, principalement en raison des propres divisions de l’UE.

En effet, peut-être que la principale leçon des années Trump en Europe était que sans le leadership américain, elle était laissée à la dérive dans le monde, entraînée dans des directions différentes par des puissances concurrentes et ses propres fissures.

C’est pourquoi le plus grand défi de Biden cette semaine n’est pas de prouver qu’un retour dans le passé est dans l’intérêt de l’Amérique, mais dans celui de l’Europe.

  • Playmobil - Back To The Future Delorean - 70317
    Playmobil est une ligne de jouets produits par le groupe Brandstätter, dont le siège social est à Zirndorf, en Allemagne Le jouet Playmobil signature est une figure humaine de 7,5 cm de haut avec un visage souriant particulier Une large gamme d’accessoires, bâtiments et véhicules, ainsi que de nombreuses sortes d’animaux, font également partie de la ligne Playmobil Contient 2 personnages, 1 chien et des accessoires (skate, camescope…) Age range description : 6 ans
  • Grays Sports Almanac: Back To The Future 2
  • Retour vers Le Futur : Trilogie [Édition 35ème Anniversaire-Circuits Temporels-SteelBook 4K Ultra HD + Blu-Ray + Goodies]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *