La confiance dans le vaccin AstraZeneca diminue dans toute l’UE, selon une enquête

Plus de la moitié des personnes interrogées en France, en Allemagne et en Espagne pensent désormais que le vaccin contre le coronavirus Oxford / AstraZeneca est dangereux, selon un sondage YouGov publié lundi.

La baisse drastique de la confiance intervient peu de temps après que plusieurs gouvernements de l’UE ont brièvement suspendu ou limité l’utilisation du vaccin en raison de problèmes de coagulation sanguine. De nombreux pays ont recommencé à l’administrer après que l’Agence européenne des médicaments a confirmé la semaine dernière la sécurité du vaccin et a exhorté les gens à prendre le médicament.

Pourtant, l’enquête a révélé que 61% des Français interrogés pensaient que le vaccin était dangereux – une augmentation de 18 points de pourcentage par rapport à février – tandis que parmi les Allemands, 55% (une augmentation de 15 points de pourcentage) ressentaient la même chose.

En Espagne, un peu plus de la moitié, soit 52%, ont déclaré que le tir n’était pas sûr tandis que 43% des Italiens avaient un point de vue similaire; dans les deux pays, ce chiffre avait augmenté de 27 points de pourcentage depuis février.

«Après que les dirigeants européens ont soulevé des inquiétudes quant à sa protection et à son efficacité, le vaccin Oxford / AstraZeneca a sans aucun doute souffert de sa réputation de sécurité sur le continent», a déclaré Matt Smith, journaliste principal des données chez YouGov, dans un communiqué. «Non seulement nous avons constaté une augmentation considérable du nombre de ceux qui le jugent dangereux au cours des deux dernières semaines en Europe, mais le vaccin AstraZeneca continue d’être considéré comme nettement moins sûr que ses homologues Pfizer et Moderna.»

Le seul pays étudié où la confiance dans le vaccin est restée élevée est le Royaume-Uni. Environ les trois quarts des personnes interrogées localement pensaient toujours que le vaccin était sûr, même si ce chiffre représentait également une légère baisse par rapport au moment où les gens ont été interrogés le mois dernier.

L’enquête était basée sur près de 7000 personnes de toute l’Union européenne et du Royaume-Uni à qui on a demandé leur avis sur les vaccins COVID-19 entre le 12 et le 18 mars.

« Avec une troisième vague d’infections potentiellement émergente à travers la Manche, les responsables du monde entier seront inquiets si les disputes en cours sur le vaccin d’AstraZeneca finissent par endommager le déploiement », a déclaré Smith de YouGov.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *