L’opposition biélorusse se prépare à un printemps à Minsk pour «  mettre une pression  » sur Loukachenko

Appuyez sur play pour écouter cet article

VILNIUS – Le temps se réchauffe en Biélorussie, alors l’opposition du pays prévoit de faire monter la pression contre le leader autoritaire de longue date Alexander Lukashenko et de relancer les manifestations de masse à partir de ce jeudi.

«Nous devons mettre une pression sur le régime et enfin entamer les négociations que nous exigeons», a déclaré à POLITICO Svetlana Tikhanovskaya, la principale rivale de Loukachenko lors de l’élection présidentielle d’août dernier.

Tikhanovskaya a fui vers la Lituanie voisine immédiatement après les élections du 9 août, où Loukachenko a utilisé une fraude massive pour conserver son emprise à la présidence du pays; il est au pouvoir depuis 1994.

Le pays a été secoué par des manifestations massives exigeant la démission de Loukachenko. Il a répondu par une répression féroce. Au moins quatre militants de l’opposition ont été tués et des centaines ont été battus et humiliés. Les organismes de surveillance locaux des droits de l’homme ont enregistré environ 850 cas de personnes faisant l’objet de poursuites pénales pour avoir participé à des manifestations pacifiques. Plus de 30 000 manifestants ont été condamnés à une amende et emprisonnés jusqu’à quelques semaines.

Les tribunaux imposent des peines draconiennes aux journalistes couvrant les manifestations.

À la fin de l’automne, les manifestations ont perdu leur élan et au cours de l’hiver, les manifestations se sont limitées à des rassemblements de rue sporadiques et clairsemés. Loukachenko s’est accroché, capable de s’appuyer sur la force et sur son alliance avec la Russie pour échapper aux protestations et aux sanctions imposées à lui et aux hauts responsables par l’UE et d’autres pays.

« Je suis convaincu qu’en tant que vrais patriotes attachés à votre devoir et à votre serment, vous ferez de votre mieux pour protéger l’ordre constitutionnel, le pays et le peuple de tout incident illégal », a-t-il déclaré aux troupes du ministère de l’Intérieur la semaine dernière, selon l’agence de presse d’Etat.

Il laisse planer la possibilité d’un changement – mais seulement dans un avenir lointain.

«Vous aurez d’autres personnes comme présidents. Je vous le garantis », a déclaré Loukachenko, ajoutant:« Je vous demande d’être patient pour le moment. »

Face à son refus de céder, l’opposition veut relancer les manifestations pour montrer à Loukachenko qu’il n’a pas gagné.

«Des gens sont jetés en prison chaque jour. [Law enforcers] pénétrer par effraction dans les maisons des gens, effectuer des perquisitions, emmener des gens… Mais les gens sont prêts, malgré toutes ces choses », a déclaré Tikhanovskaya. «L’ambiance de protestation n’a pas été étouffée.»

Changement au sommet

Le but est de négocier une transition pacifique du pouvoir.

«Nous devrions en venir aux négociations [with Lukashenko] calmement, comme il se doit dans la société civilisée », a-t-elle déclaré.

Elle a comparé le combat actuel contre Loukachenko avec le jeu Jenga, où les joueurs retirent soigneusement un bloc de bois après l’autre d’une tour en essayant de ne pas tout faire s’effondrer. «Chaque bloc pourrait être le dernier, après quoi le régime s’effondrera.»

Malgré la frustration dans certaines parties de l’opposition face à l’échec de la destitution de Loukachenko, malgré des mois de manifestations non violentes, Tikhanovskaya a insisté sur le fait qu’il n’y aura pas de changement de tactique.

«Je comprends que les gens ont des humeurs différentes», dit-elle. «Cependant, en tant que femme, en tant que mère, je ne veux pas de nouvelles victimes… Je crois toujours en une solution pacifique. Et nous faisons appel tout le temps – arrêtez de battre votre propre peuple. »

Un autre problème pour l’opposition est le fait que les manifestations de rue restent sans chef, car tous les principaux dirigeants de l’opposition ont été forcés de quitter le pays ou sont en prison.

Pour l’instant, Tikhanovskaya prévoit de continuer à pousser la cause de l’opposition en dehors de la Biélorussie et exclut un retour dans le style du chef de l’opposition russe Alexei Navalny, qui a volé de retour à Moscou après une tentative d’empoisonnement et se trouve maintenant dans un camp de prisonniers.

«Je peux retourner en Biélorussie. Nul doute que ce serait un grand pas de ma part. Mais pour le moment, je ne pense pas que ce soit sur les cartes. Pour le dire de manière banale: que puis-je faire depuis la prison? Rien », a déclaré Tikhanovskaya, ajoutant:« À l’heure actuelle, je peux représenter le peuple biélorusse sur toutes les plates-formes internationales, rencontrer les dirigeants mondiaux, attirer le maximum d’attention sur la Biélorussie. Je le ferai aussi longtemps qu’il le faudra, aussi longtemps que mon pays en aura besoin. »

«Mais si je vois que mon retour changerait radicalement la situation en Biélorussie, je prendrai la décision nécessaire au bon moment», a-t-elle déclaré.

Tikhanovskaya, qui n’avait aucune expérience politique avant l’été dernier, est entrée dans la campagne électorale à la place de son mari Sergei Tikhanovsky, un blogueur populaire et un critique virulent de Loukachenko, emprisonné en mai.

Le plan initial de Tikhanovskaya, si elle avait réussi à arracher la victoire à Loukachenko, était de libérer tous les prisonniers politiques, y compris son mari, et d’annoncer de nouvelles élections justes et transparentes.

Plans futurs

Aujourd’hui, la politicienne exilée voit son avenir d’une manière différente.

Tikhanovskaya a déclaré qu’elle avait acquis une «expérience précieuse» dans la défense des droits de l’homme et des libertés pour la Biélorussie et que dans un monde d’après Loukachenko, elle ne verrait aucune possibilité «d’abandonner ce que j’ai déjà travaillé et de retourner à la banalité de la vie domestique» .

« Tout a changé. Je suis convaincue qu’avec l’expérience que j’ai acquise, avec ces connaissances et ces compétences, je peux continuer à être utile au Bélarus », a-t-elle déclaré. «Je suis vraiment inspiré par le thème de la protection des droits de l’homme, après toutes les atrocités commises par le gouvernement bélarussien contre son propre peuple.»

Elle a ajouté qu’elle n’était «attirée par aucun poste en particulier» dans la nouvelle Biélorussie, mais que si elle était «nécessaire aux gens», elle «serait là où ils veulent que je sois».

Plus tôt en mars, les procureurs biélorusses ont porté de nouvelles accusations contre le mari de Tikhanovskaya, l’accusant d’avoir planifié des émeutes de masse et d’incitation à la haine pendant la campagne électorale. Il risque jusqu’à 15 ans de prison s’il est reconnu coupable.

Tikhanovskaya a qualifié ces accusations de «non-sens».

«Tout cela n’a aucun fondement. Mais nous voyons qu’il y a une anarchie totale en Biélorussie. Les gens sont condamnés à des peines de prison irréalistes. Il est clair que tous ces cas sont politiquement motivés », a-t-elle déclaré.

Elle a ajouté que son mari «traversait une période très difficile» en prison. «Mais je sais que Sergei est très fort. Il sait que nous gagnerons à la fin.

Le couple reste en contact par l’intermédiaire d’avocats.

«Il me soutient. Il me demande de ne pas abandonner, même si je n’envisage en aucun cas de le faire », a déclaré Tikhanovskaya. «En portant toutes ces accusations criminelles [against him], ils m’obligent à agir plus vite, plus résolument, à recueillir le plus de soutien possible des institutions internationales.

  • Mavala Vernis à Ongles Crème 218 Minsk 5ml
    Description : Ce vernis magnifie l'ongle et le protège. La formule est composé d'un mélange de pigments et solvants pour laisser l'ongle respirer. Le flacon contient en sus, deux micro-billes pour fluidifier le vernis. Il se conserve donc plus longtemps. Le vernis ne s'assèche pas après ouverture, ce qui
  • TK + TKS The Kooples - Chemise jean bleue à boutons-pression - HOMME L
    L - BLE - Cette chemise pour homme en jean incarne la chemise en denim idéale, à la fois moderne et intemporelle. Notre Maison l'a réalisée dans une toile de coton légère, dont la nuance bleu ciel se prête parfaitement à l'été comme à la demi-saison. En guise de détail distinctif, le modèle est doté d'une rangée de
  • TK + TKS The Kooples - Blouson jean bleu à boutons-pression - HOMME L
    L - BLE - Ce blouson en jean bleu est un véritable intemporel de la garde-robe masculine, parfait pour la demi-saison comme pour l'été. Pour notre nouvelle collection, il se réinvente dans une coupe droite avec des manches longues, un col français et des poches poitrine à rabat. Placée le long du devant, une rangée de

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *