L’Écosse coule la France à la mort alors que le Pays de Galles remporte le titre des Six Nations

France 23 Écosse 27

L’un des championnats des Six Nations les plus inhabituels, peut-être même bizarres, s’est terminé avec l’Écosse qui a réservé le tournoi avec des victoires à l’extérieur contre l’Angleterre, pour la première fois depuis 1983 et la France, pour la première fois depuis 1999, tout en terminant quatrième.

Dès le départ, la France a joué comme une équipe inexpérimentée distraite par la tâche de gagner par 21 points ou plus, manquant de cohésion et de jouer individuellement, même en exécutant le ballon de chiffre d’affaires de l’intérieur de ses 22 lors d’une nuit parisienne saturée.

L’Écosse avait l’air à la fois vorace et calme, aidée par l’équation plus simple de simplement gagner un match des Six Nations. Ce faisant, ils ont assuré que le Pays de Galles était le champion des Six Nations 2021 et, du point de vue irlandais, au moins l’Écosse n’a pas gagné par huit points et relégué l’Irlande à une quatrième place.

Tout cela ne fait que souligner à quel point les marges sont minuscules et étroites.

Pour l’Ecosse, comme l’Irlande, ils peuvent réfléchir sur la fin du tournoi sous un jour positif, alors que les Bleus, malgré une deuxième place, y verront une occasion manquée de décrocher un premier titre depuis 2010. Ils sont loin d’être l’article fini.

Les joueurs de la France ont l’air abattus après la dernière tentative victorieuse de l’Écosse à Paris. Photographie: Anne-Christine Poujoulat / Getty / AFP

Tout cela dit et fait, un carton rouge tardif pour Finn Russell et un carton jaune pour Baptiste Serin, deux des joueurs les moins violents du match, ont mis en évidence l’influence croissante des arbitres, en l’occurrence Wayne Barnes.

L’abondance de contrefaçons depuis le début a souligné à quel point il serait difficile pour la France de marquer quatre essais, certainement à travers leurs dos et leur match de déchargement.

La première route s’est avérée plus rentable, la meilleure prise de Gaël Fickou au-dessus de Stuart Hogg, le savant grubber de Romain Ntamack et la pression de Damian Penaud ont contraint Duhan van der Merwe à concéder une mêlée de cinq mètres. Cue une pénalité, avec la France choisissant de prendre les trois par Ntamack.

Les Écossais ont répondu par leur maul, se rendant deux fois dans le coin avant que Van der Merwe ne rejoigne l’effort du peloton, après quoi Wayne Barnes lui a accordé prématurément le touché alors que le recours au TMO aurait montré un double mouvement clair.

Lorsque James Ritchie a chassé le coup de pied de Russell pour forcer un penalty de l’hésitant Brice Dulin pour ne pas avoir relâché, Finn Russell a fait 10-3.

La France avait grandement besoin de la force typique de Julien Marchand sur le ballon pour un penalty de soulagement, sans parler de la mêlée également avec Cyril Baille, pour que son coéquipier toulousain Ntamack fasse 10-6.

Une demi-heure plus tard, sous les poteaux et avec un élan, la France a maintenant refusé les trois non pas une, mais deux fois. Malgré six pénalités consécutives, l’Écosse s’est échappé légèrement pour ne concéder que sept points et aucun jaune, la pression de la mêlée et la longue passe de Dupont permettant à Penaud de placer Dulin à l’intérieur.

Ntamack a réussi la conversion de la ligne de touche.

La poursuite et la force de Fickou, et le lien de Charles Ollivon avec Gregory Alldritt à partir du chiffre d’affaires, ont conduit Stuart Hogg à pousser la chance de son équipe sur un avertissement lorsqu’il s’est levé pour concéder le 11e penalty de son équipe de la mi-temps et a été dûment exclu.

Cela dit, un superbe vol d’alignement à la queue par Nick Haining a maintenu l’Écosse à flot à la pause. C’était énorme.

L'ailier écossais Duhan van der Merwe marque le dernier essai victorieux à Paris.  Photographie: Martin Bureau / Getty / AFP

L’ailier écossais Duhan van der Merwe marque le dernier essai victorieux à Paris. Photographie: Martin Bureau / Getty / AFP

À la reprise, cela a été aggravé par une légère pénalité contre Fickou pour le plus léger des roulades au cou sur Van der Merwe, qui a même assommé l’ailier écossais. Et puis la France a frappé, comme personne sauf peut-être que les All Blacks peuvent marquer.

Dulin a marqué dans son propre 22 et est parti rapidement, Ntamack assurant le lien avec Arthur Vincent. Depuis le recyclage, Dupont va large à droite, Virimi Vakatawa a effectué un déchargement scandaleux sur Penaud, qui a ébréché Russell et malgré le tacle d’Ali Price, a complété l’échouement. S’il ne l’avait pas fait, cela aurait été un essai de pénalité, et Ntamack a raté la conversion, ce qui semblait pervers.

Une pénalité de Russell en a rapidement fait un match à un score et a maintenu l’intérêt de l’Écosse.

De plus, après une brillante contre-attaque de Penaud, la puce de Dupont de l’appel aveugle de Fickou a tué une attaque française. Au lieu de cela, l’Écosse a appelé, trois fois baissant les trois points, avant que Dave Cherry ne marque un maul et que la conversion de Russell ne les fasse passer devant.

Une finition à courte portée inhabituellement calme de Swan Rebbadj après une merveilleuse reprise par Alldritt a récompensé la pression du peloton français et remis la France en tête, mais Ntamack, qui semblait plus secoué que la plupart des joueurs français par l’équation de la nuit, a raté un autre kickable. conversion.

L’Écosse est venue chercher une victoire, mais tout espoir a pris fin lorsque Russell, curieusement une présence discrète jusqu’à présent, a reçu un carton rouge pour avoir attrapé Dulin dans le cou avec une défense, même si l’on pourrait faire valoir que l’arrière latéral français est allé trop haut.

Russell s’est excusé. Dulin n’avait pas l’air de souffrir à distance.

En tout cas, les équipes ont été nivelées lorsque Baptiste Serin a été ridiculement cartonné jaune pour la moindre entrée latérale, à la suite de «beaucoup de pénalités» selon la figure désormais dominante de Barnes.

Le Français Gael Fickou est abordé par l'Ecossais Jamie Ritchie.  Photographie: PA

Le Français Gael Fickou est abordé par l’Ecossais Jamie Ritchie. Photographie: PA

L’Écosse a battu la ligne française pour un essai gagnant, alors que deux équipes épuisées se jetaient au contact, Van der Merwe remportant une victoire de Braveheart avec une arrivée après 20 phases loin du laissez-passer d’Adam Hastings.

Hastings a même décroché la conversion de la ligne de touche alors que la France était bien en deçà de la finale. Pour l’Écosse aussi, à peu près comme tout le monde sauf l’Italie, ce sera un tournoi de ce qui aurait pu être.

La France pourrait raisonnablement réfléchir à la façon dont les brèches de sa propre bulle ont également freiné leur élan.

Séquence de notation: 9 minutes stylo Ntamack 3-0; 14 minutes d’essai de van der Merwe, Russell avec 3-7; 19 minutes stylo Russell 3-10; 28 minutes de stylo Ntamack 6-10; 36 minutes Dulin try, Ntamack avec 13-10; (mi-temps 13-10); 47 minutes Penaud essayez 18-10; 53 minutes stylo Russell 18-13; 61 minutes d’essai Cherry, Russell avec 18-20; 66 minutes Rebbadj essayez 23-20; 85 minutes d’essai van der Merwe, Hastings avec 23-27.

France: Brice Dulin (La Rochelle); Damian Penaud (Clermont), Virimi Vakatawa (Racing 92), Arthur Vincent (Montpellier), Gaël Fickou (Stade Français); Romain Ntamack (Toulouse), Antoine Dupont (Toulouse); Cyril Baille (Toulouse), Julien Marchand (Toulouse), Mohamed Haouas (Montpellier, Bernard Le Roux (Raicng 92), Swan Rebbadj (Toulon), Anthony Jelonch (Castres), Charles Ollivon (Toulon, capt), Gregory Alldritt (La Rochelle) ). Remplaçants: Romain Taofifenua (Toulon) pour le Roux (50 min), Camille Chat (Racing 92 pour Marchand, Jean-Baptiste Gros (Toulon) pour Baille (tous les deux 56 min), Uini Atonio (La Rochelle) pour Haouas, Teddy Thomas (Racing 92) ) pour Vakatawa (61 min), Dylan Cretin (Lyon) pour Jelonch (63 min), Baptiste Serin (Toulon) pour Dupon (71 min) Non utilisé – Anthony Bouthier (Montpellier) Sinbinned – Serin (73 min).

Écosse: Stuart Hogg (Exeter, capitaine); Darcy Graham (Édimbourg), Chris Harris (Gloucester), Sam Johnson (Glasgow), Duhan van der Merwe (Édimbourg); Finn Russell (Racing 92), Ali Price (Glasgow); Rory Sutherland (Édimbourg), George Turner (Glasgow), Zander Fagerson (Glaagow), Sam Skinner (Exeter), Grant Gilchrist (Édimbourg), Jamie Ritchie (Édimbourg), Hamish Watson (Édimbourg), Nick Haining (Édimbourg). Remplaçants: Oli Kebble (Glasgow) pour Sutherland (49 minutes), Dave Cherry (Edimbourg) pour Turner (59 minutes), Simon Berghan (Edimbourg) pour Fagerson (63 minutes), Ryan Wilson (Glasgow Warriors) pour Haining, Huw Jones (Glasgow) pour Graham (tous deux 67 minutes), Adam Hastings (Edimbourg) pour Johnson (73 minutes), Alex Craig (Gloucester) pour Skinner (75 minutes). Non utilisé – Scott Steele (Harlequins). Sinbinned: Hogg (39-49 minutes), carton rouge: Russell (71 minutes).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *