Fintan O’Toole: Pourquoi devrions-nous accueillir la nouvelle tribu anglo-irlandaise

Je n’ai jamais aimé le terme anglo-irlandais. Surtout quand le sujet était la littérature irlandaise, cela fonctionnait comme un sectarisme à peine codé. C’était une manière de séparer les écrivains protestants irlandais de la «vraie» Irlande. Comme le disait Brendan Behan: «Le mythe des anglo-irlandais» était une «tentative de traîner les écrivains irlandais (en particulier ceux qui se trouvaient être protestants) après la chasse au renard et l’inanité royaliste».

Pourtant, en écoutant le formidable documentaire radio BBC de Philippe Sands sur John le Carré samedi soir, il était difficile de ne pas être ému par le souvenir du fils du Carré, Nicholas Cornwell (qui écrit sous le nom de Nick Harkaway): «Lors de son dernier anniversaire, j’ai donné lui un drapeau irlandais, et donc l’une des dernières photos que j’ai de lui est lui assis enveloppé dans un drapeau irlandais, souriant de la tête. Il est mort Irlandais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *