Les enseignants menacent de faire grève au cours de la nouvelle année universitaire pour les vaccins

Les syndicats d’enseignants doivent organiser des votes pour la grève à moins que le gouvernement n’accepte de donner la priorité à la vaccination de leurs membres avant la fin de l’année scolaire en cours.

Cette décision fait suite à une motion partagée qui a été soutenue par les délégués des trois syndicats d’enseignants lors de leurs conférences de mercredi matin.

Il engage les syndicats à voter pour une action revendicative, «pouvant aller jusqu’à et y compris la grève», si le gouvernement n’accepte pas de donner la priorité aux enseignants d’ici la fin du mois de juin.

Ce déménagement signifie qu’il y a peu de chances de perturber l’année scolaire en cours et que toute action aurait probablement lieu au cours de la nouvelle année scolaire.

Cependant, étant donné que les experts en santé publique affirment que tous les adultes seront vaccinés d’ici septembre, il est peu probable qu’une action revendicative ait lieu.

La motion exige en outre que le gouvernement «réintègre le personnel éducatif en tant que groupe prioritaire au sein du programme national de vaccination», compte tenu de la nature essentielle de leur travail qui les oblige à être en contact quotidien avec un grand nombre de personnes issues d’un grand nombre de ménages.

Elle exige également une vaccination précoce au sein de la cohorte globale du personnel éducatif, pour «les enseignantes enceintes, celles qui sont dans les catégories à risque élevé et celles qui travaillent dans les écoles spéciales, les classes spéciales et les enseignants de liaison avec la communauté à domicile».

Il ajoute qu’au cas où le gouvernement n’accepterait pas de mettre à jour le calendrier avant la fin de l’année scolaire en cours, les membres des trois syndicats seraient élus pour une action revendicative pouvant aller jusqu’à la grève.

La ministre de l’Éducation, Norma Foley, a de nouveau défendu la décision de changer le programme de vaccination d’une liste basée sur l’âge et la profession à un programme basé sur l’âge.

S’exprimant sur Morning Ireland de la radio RTÉ, Mme Foley a déclaré qu’il n’avait «jamais été dans le cadeau» du ministère de l’Éducation ou d’aucun politicien de faire une promesse sur le programme de vaccination.

La liste de vaccination a été compilée par le Comité consultatif national de l’immunisation (Niac) et était «à 100% indépendante du gouvernement».

Le ministre a souligné que «la science» en décembre dernier avait placé le secteur de l’éducation dans le «premier tiers» de ceux à vacciner. Il est apparu par la suite que la principale préoccupation était que l’âge était le meilleur prédicteur.

La science était très claire, a-t-elle ajouté. Ce n’était pas un jugement de valeur sur aucune profession. «C’est simplement la science dont nous disposons maintenant.»

Interrogée sur l’engagement qui avait été fait aux enseignants avant le retour à l’école plus tôt cette année, Mme Foley a déclaré que son département s’était engagé avec le ministère de la Santé et avait accepté à chaque étape que les actions de Niac étaient indépendantes et fondées sur la science.

«À chaque étape, nous avons indiqué que nous accepterions et adopterions la science lorsqu’elle nous serait présentée.»

Niac avait été très clair que l’âge était la base de la plus grande vulnérabilité et que les plus âgés devraient être pris en charge en premier. Traiter avec Covid-19 était une courbe d’apprentissage, a-t-elle déclaré.

La ministre a déclaré qu’elle acceptait que les enseignants étaient déçus du changement du calendrier de vaccination, mais elle estimait que beaucoup acceptaient la science et que la priorité devait être la plus vulnérable.

S’exprimant en réponse à Mme Foley mardi, le secrétaire général d’INTO, John Boyle, a averti que les enseignants devaient être vaccinés rapidement si le gouvernement voulait assurer leur coopération continue.

La décision de retirer les enseignants de la file d’attente prioritaire a montré un «mépris flagrant» pour la sécurité des membres.

«Les enseignants doivent être réintégrés en tant que groupe hautement prioritaire pour être vaccinés tôt afin de garantir que les écoles peuvent rester ouvertes en toute sécurité», a-t-il déclaré.

Il a déclaré que le gouvernement avait «rompu sa promesse» par écrit selon laquelle les enseignants seraient dans le premier tiers de la population à être vaccinés.

«Si le gouvernement veut que notre coopération se poursuive, il doit respecter son engagement antérieur envers nos membres en les vaccinant rapidement», a-t-il déclaré.

«Monsieur le ministre, vous devez renforcer votre détermination et lutter pour une approche à deux volets du programme de vaccination avec des cohortes d’âge à droite et des travailleurs essentiels, y compris ceux qui sont essentiels pour garder les écoles ouvertes en toute sécurité, à gauche.

Par ailleurs, Mme Foley a confirmé que le dépistage des antigènes devait être déployé à titre pilote dans les écoles.

Elle a dit qu’il examinerait la possibilité que ce test rapide soit utilisé comme mesure supplémentaire pour soutenir l’ouverture des écoles.

Mme Foley a également déclaré qu’elle espérait que des panneaux d’approvisionnement pour les enseignants suppléants – qui offrent un accès rapide à la couverture – seraient créés de manière permanente pour soutenir les écoles.

Celles-ci couvrent actuellement environ 2 300 écoles en employant près de 330 enseignants suppléants supplémentaires à plein temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *