L’Italien Draghi qualifie Erdoğan de «  dictateur  » après Sofagate

Le Premier ministre italien Mario Draghi a qualifié le président turc Recep Tayyip Erdoğan de «dictateur» et l’a critiqué pour avoir relégué la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, dans un canapé lors d’une visite officielle mardi.

«Je me suis senti très désolé pour l’humiliation que le président de la Commission européenne, von der Leyen, a dû subir», a déclaré Draghi lors d’une conférence de presse jeudi soir.

Lors de la visite officielle à Ankara, Erdoğan a offert au président du Conseil européen Charles Michel une chaise à côté de lui, laissant un von der Leyen visiblement irrité pour s’asseoir sur un canapé à proximité – un incident qui est depuis devenu viral en ligne et a été surnommé Sofagate.

«Je pense que ce n’était pas un comportement approprié», a déclaré Draghi, avant de commenter la façon dont on devrait gérer les «dictateurs».

«Avec ces dictateurs – appelons-les pour ce qu’ils sont – des dictateurs, avec lesquels nous devons cependant coopérer… il faut être franc en exprimant une diversité de points de vue, d’opinions, de comportements, de visions de la société. Et doit également être prêt à coopérer pour sauvegarder les intérêts de leur pays. C’est important. Nous devons trouver le bon équilibre », a déclaré Draghi, ancien patron de la Banque centrale européenne.

Michel a déclaré plus tard que l’incident n’était pas de sa faute mais plutôt le résultat d’une «interprétation stricte par les services turcs des règles du protocole».

Jean-Claude Juncker, le prédécesseur de von der Leyen à la présidence de la Commission, est venu à la défense de Michel et a minimisé l’importance du camouflet turc, affirmant qu’il devait également s’asseoir sur un canapé dans le passé conformément au protocole.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *