Les conservateurs allemands intensifient la guerre de succession de Merkel

Appuyez sur play pour écouter cet article

BERLIN – Le concours pour savoir qui mènera le bloc conservateur allemand aux élections générales d’automne – et deviendra le prochain chef présomptif du pays – est dans une impasse mardi après une réunion émouvante de plusieurs heures des députés de l’alliance conclue sans résolution.

Les deux rivaux en lice pour être candidat à la chancelière, le chef démocrate chrétien Armin Laschet et Markus Söder, le chef de l’aile bavaroise du bloc, ont chacun fait un discours d’ouverture, suivi de plus de trois heures de débat par des députés, dont la plupart ont exprimé leur soutien. pour Söder.

Laschet, le premier ministre de Rhénanie du Nord-Westphalie, l’État le plus peuplé d’Allemagne, a souligné son bilan en matière de construction d’un consensus et de gouvernance par compromis, avertissant les députés qu’approuver son rival reviendrait à adopter un «one man show». Söder a répondu que les députés devraient se concentrer sur une question plus fondamentale: qui a la meilleure chance de gagner?

Cette question a une incidence directe sur la question de savoir si de nombreux participants à la réunion de mardi reviendront après les élections du 26 septembre. La plupart de ceux qui ont participé au débat de mardi ont exprimé peu de doutes sur la réponse.

Au cours de la longue session, un député conservateur après l’autre a exprimé son inquiétude quant au pouvoir d’attraction de Laschet, selon les personnes présentes. Un député a même lu à haute voix la correspondance d’un électeur qui menaçait de quitter le parti si Laschet était le candidat.

Sur les 66 députés qui ont pris la parole, 44 se sont prononcés pour Söder et 22 pour Laschet, selon un décompte de Bild. Le groupe parlementaire compte 245 membres au total.

Celui qui remportera la nomination sera en pole position pour succéder à la chancelière Angela Merkel, la vétéran démocrate chrétienne qui envisage de démissionner après les élections générales. Le bloc conservateur jouit d’une avance substantielle dans les sondages d’opinion, même si son soutien a diminué ces derniers mois.

Les dirigeants du groupe parlementaire ont évité de tenir un scrutin sur la question de la chancelière mardi, craignant qu’une telle mesure ne nuise durablement à l’alliance. De plus, un vote n’aurait pas réglé la question à moins que l’un des deux hommes n’accepte d’abandonner.

À la fin du débat de mardi, les deux parties ont déclaré qu’elles continueraient leurs délibérations et ont promis de prendre une décision d’ici la fin de la semaine.

Laschet et Söder pratiquent la boxe de l’ombre depuis des mois, mais n’ont mis leurs cartes sur la table que ce week-end, reconnaissant que les deux voulaient courir et que ni l’un ni l’autre n’était prêt à reculer pour l’autre.

Cela a mis leur alliance de parti, un partenariat vieux de plusieurs décennies entre la plus grande CDU et l’Union chrétienne sociale bavaroise (CSU), dans une impasse. Bien que le bloc ait toujours présenté un candidat conjoint à la chancelière, il n’a pas de procédure formelle pour faire la sélection, s’appuyant plutôt sur le pouvoir de compromis de ses dirigeants.

Une façon possible de sortir de l’impasse serait d’enrôler Merkel comme arbitre, mais elle a juré de ne pas s’impliquer, une décision qu’elle a réitérée mardi.

La CDU, en raison de son profil national, a normalement le droit de premier refus, mais cette fois, de nombreux conservateurs se demandent si Laschet a ce qu’il faut pour mener l’alliance à la victoire aux élections générales. Söder, en revanche, a toujours bien performé dans les sondages nationaux et sa popularité a même dépassé celle de Merkel dans un sondage publié cette semaine. Qu’il s’agisse de sympathie, de leadership ou de stature internationale, le Bavarois surpasse non seulement Laschet, mais tout le terrain.

Ce soutien a encouragé Söder à mener la bataille contre le groupe parlementaire mardi. La veille, le comité exécutif de la CDU a approuvé Laschet, une mesure qu’il espérait inciterait Söder à reculer afin d’éviter un conflit ouvert.

Au lieu de cela, Söder a fait valoir que la décision sur la candidature était trop importante pour être laissée à un petit groupe de grands du parti et a insisté pour impliquer également les députés, convaincu que son soutien au groupe était substantiel.

Il avait raison.

Même ainsi, de nombreux membres de la CDU, y compris ceux qui considèrent Söder comme le candidat le plus fort, répugnent à abandonner Laschet. Cela reviendrait à désavouer l’homme qu’ils n’ont élu à la tête de leur parti qu’en janvier après un processus tortueux.

Le fait de ne pas être solidaire avec lui diminuerait la réputation de tout le parti, ce que craignent beaucoup de dirigeants de la CDU. Certains membres du parti sont également mal à l’aise avec la perspective de jouer le second violon de la CSU, un parti de moins d’un quart de la taille de la CDU.

Le seul point sur lequel les conservateurs ont pu s’entendre mardi était que, quelle que soit la voie qu’ils choisissent, ils doivent décider rapidement.

  • La Guerre de Succession d'Espagne: La fin tragique du Grand Siècle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *