La stratégie à long terme de l’Europe: plus de navires de guerre dans l’Indo-Pacifique

L’UE est sur le point de s’engager lundi à une présence navale «significative» dans les océans Indien et Pacifique, mais on ne sait toujours pas si de nombreux pays européens seraient disposés (ou même capables) d’envoyer une puissance de feu sérieuse dans la région et risqueraient de contrarier la Chine.

Cette décision – qui fait partie d’une nouvelle stratégie de l’UE pour la région indo-pacifique vue par POLITICO – est une étape diplomatique importante pour le bloc. La France est actuellement le seul pays européen à disposer de forces navales importantes dans la région, mais le reste de l’UE subit une pression accrue pour qu’il intensifie ses efforts, car l’armée américaine dirigée par le président Joe Biden identifie de plus en plus la Chine comme une menace mondiale majeure pour la sécurité.

Lors d’un Conseil Affaires étrangères de lundi, les pays de l’UE représentés par les ministres des Affaires étrangères devraient adopter un document qui, pour la première fois, définit une stratégie européenne globale à l’égard de la région indo-pacifique. Selon un projet, la stratégie vise à répondre à la montée en puissance de Pékin et aborde des sujets allant de la réduction de la dépendance économique à la Chine à l’expansion du rôle de l’Europe dans la numérisation à travers l’Asie du Sud-Est. Plus controversé, le plan reconnaîtra également «l’importance d’une présence navale européenne significative dans l’Indo-Pacifique».

Pour la plupart des pays de l’UE, avec une aversion chronique pour l’aventurisme militaire à l’autre bout du monde, rien de plus que des missions navales symboliques représenterait un changement radical de direction géostratégique, d’autant plus qu’il y a maintenant des craintes intenses quant à l’intimidation militaire de Taiwan et des Philippines par la Chine. Les États-Unis sont depuis longtemps le gendarme naval de la région, cherchant à contrebalancer la Chine et la Corée du Nord, tandis que l’Europe a joué un très petit rôle à ce jour.

Pourtant, un diplomate de l’UE a qualifié le projet de lundi de «pivot». Alessio Patalano, spécialiste de la guerre en Asie de l’Est au département d’études sur la guerre du King’s College de Londres, a également déclaré qu’il s’agissait d’une «expansion frappante» pour l’UE.

Bien sûr, tout dépend de la capacité de l’UE à donner suite, en particulier sans le muscle de la marine britannique dotée de l’arme nucléaire après le Brexit. Pour la plupart des pays européens, la mer de Chine méridionale n’est pas une destination de choix. L’Allemagne s’est engagée à envoyer une seule frégate en Asie en août. À son retour, ce navire sera le premier navire de guerre allemand à traverser la mer de Chine méridionale depuis 2002.

Compte tenu de ses propres faiblesses, Antoine Bondaz, spécialiste de l’Asie de l’Est à la Fondation pour la recherche stratégique, un groupe de réflexion basé à Paris, a déclaré que l’UE devrait forger de nouveaux partenariats dans la région pour étendre sa portée. «Tant que les capacités de l’UE ne seront pas prises en compte, l’UE ne sera pas une partie prenante majeure. Pour le moment, la France est le seul pays à avoir une véritable stratégie de sécurité dans l’Indo-Pacifique », a déclaré Bondaz. «L’autonomie stratégique dans la rédaction de discours est une chose, l’autonomie stratégique pour faire les choses et défendre nos intérêts en est une autre.»

En effet, le projet de stratégie indo-pacifique suggère que la priorité de l’Europe serait de rechercher des partenaires, plutôt que de compter sur ses propres armadas. «L’UE développera davantage ses partenariats et renforcera les synergies avec des partenaires partageant les mêmes idées et des organisations compétentes en matière de sécurité et de défense», indique le plan.

Tout en mer

Les diplomates ont fait valoir qu’il avait été difficile de forger une unité entre 27 pays de l’UE sur une stratégie indo-pacifique parce que de nombreux pays ne veulent pas mettre en péril des intérêts commerciaux vitaux avec la Chine. En complétant le document, les responsables ont dû naviguer «dans certaines craintes qu’ils auraient pu être considérés comme anti-chinois, mais au moins dans ce cas, ils ont été acceptés», a déclaré une source diplomatique.

En conséquence, le document final se concentre sur la coopération plutôt que sur la confrontation. En effet, le titre de la stratégie est: «Stratégie de l’UE pour la coopération dans l’Indo-Pacifique».

«Pour que les 27 États membres adhèrent, bien entendu, l’accent devra être mis sur la coopération et l’inclusion. Il est impossible que ce soit aussi dur que les États-Unis ou l’Australie », a déclaré un haut responsable de l’UE.

Le document stratégique indique que la région indo-pacifique est menacée par «des tensions croissantes sur le commerce et les chaînes d’approvisionnement ainsi que dans les domaines technologiques, politiques et de sécurité».

«L’universalité des droits de l’homme est également remise en question», ajoute-t-il. «Ces développements menacent de plus en plus la stabilité et la sécurité de la région et au-delà, ce qui a un impact direct sur les intérêts de l’UE.»

Le document reflète en grande partie une partie de la planification stratégique des États-Unis dans l’Indo-Pacifique, en particulier sur les routes d’approvisionnement maritimes «libres et ouvertes», la sécurité et la diversification des échanges. Les principaux pays de la région indo-pacifique, notamment le Japon, le Vietnam, les Philippines et l’Australie, ont fréquemment exprimé leur inquiétude face aux activités maritimes agressives de la Chine.

Sur ce point, l’UE ne regarde pas ailleurs.

Selon la proposition, le programme de l’UE dirigé par la France pour améliorer l’échange d’informations et la gestion des crises sur les routes maritimes cruciales, CRIMARIO, serait étendu de l’océan Indien à l’Asie du Sud, à l’Asie du Sud-Est et au Pacifique Sud.

L’UE déclare également qu’elle «mettra en place un contrôle complet de la sécurité maritime et de la liberté de navigation, conformément au droit international, en particulier à la CNUDM», une référence à la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer, que la Chine est accusée d’avoir enfreint le Mer de Chine méridionale.

Sur la terre ferme

Au-delà des ambitions maritimes, le projet de stratégie indo-pacifique de l’UE s’engage à réduire la dépendance économique vis-à-vis de la Chine, du moins dans les secteurs critiques, un problème exacerbé par la pandémie COVID-19.

«La diversification des chaînes d’approvisionnement devrait contribuer à la résilience de l’économie européenne, en particulier pour les écosystèmes industriels les plus sensibles, et à la réduction des dépendances stratégiques vis-à-vis des matières premières critiques», indique le projet.

Plus précisément, le projet cite «des chaînes d’approvisionnement industrielles sûres et diversifiées dans le domaine pharmaceutique et de la santé» – une question qui a fait un bond en avant pendant la pandémie.

Alors que la Chine a jeté son dévolu sur la numérisation de l’Asie du Sud-Est, l’UE indique clairement qu’elle a également l’intention de jouer un rôle.

«Une approche cohérente pour s’engager avec des partenaires partageant les mêmes idées dans la région indo-pacifique sera essentielle pour libérer le plein potentiel de la numérisation dans la région», indique le projet. Prenant un coup d’œil au modèle Internet étroitement contrôlé de la Chine, le projet ajoute: «Il doit reconnaître l’importance d’un cyberespace mondial, ouvert, libre, stable et sécurisé.»

Sur des questions moins sensibles politiquement, l’UE s’engagera à développer des «politiques ambitieuses sur le climat et la biodiversité» et des «stratégies de décarbonation à long terme», tout en renforçant la finance durable avec les partenaires indo-pacifiques. Il est également fait mention de la gouvernance des pêches et de la collaboration dans l’enseignement supérieur.

Malgré la nature apparemment globale du document de stratégie, l’UE laisse peut-être une question cruciale délibérément sans réponse: considère-t-elle que la Chine relève ou non de la sphère «Indo-Pacifique»?

Les États-Unis et leurs alliés de la région Asie-Pacifique ont clairement indiqué que la Chine était considérée en dehors de cette sphère. Mais l’UE a inclus de manière intrigante son accord d’investissement avec la Chine dans la section commerciale de la stratégie indo-pacifique. Un autre indice de l’UE qui cherche à éviter d’exclure la Chine est la mention de la réunion Asie-Europe (ASEM), dont la Chine est membre.

  • OPO 10 - Lot de 4 Navires de Guerre Japonais MIKUMA MOGAMI HIEI Kirishima 1/1100 (LT3)
    Cette collection a été essentiellement vendue au Japon, elle est donc difficilement trouvable en Europe Echelle 1:1100 Lot de 4 navires de guerre différents : voir les photos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *