L’UE convoque l’ambassadeur de Russie au sujet de l’interdiction de voyager pour les hauts fonctionnaires

L’Union européenne a convoqué lundi l’ambassadeur de Russie pour qu’il exprime «une condamnation et un rejet vigoureux» à la suite de la décision de Moscou d’imposer des sanctions à huit fonctionnaires de l’UE.

Vendredi, la Russie a interdit au président du Parlement européen David Sassoli, à la vice-présidente de la Commission européenne Věra Jourová et à six autres fonctionnaires européens d’entrer dans le pays en représailles aux sanctions de l’UE contre les Russes.

«L’ambassadeur de Russie auprès de l’UE [Vladimir Chizhov] a été convoqué », a déclaré le porte-parole de la politique étrangère de l’UE, Peter Stano. «Il devrait être reçu dans l’après-midi par les secrétaires généraux de la Commission européenne [Ilze Juhansone] et le service européen pour l’action extérieure [Stefano Sannino], où nous lui ferons part de notre ferme condamnation et de notre rejet de cette décision.

Stano a déclaré que l’interdiction de voyager en Russie, ainsi que d’autres événements de ces derniers mois, tels que l’expulsion par Moscou de diplomates de divers pays de l’UE, «montre que la Russie est déterminée à poursuivre la voie hostile des affrontements, et l’UE y réagira. . »

Il a ajouté: «Nous travaillons sur une réponse unie, nous nous coordonnons avec les États membres… Nous verrons quelle sera la meilleure façon et la manière la plus efficace de réagir à toutes les actions de la Russie au cours des dernières semaines et mois.»

Les ministres des Affaires étrangères de l’UE se réuniront lundi prochain pour discuter de nouvelles actions, mais au moins pour l’instant, aucune nouvelle sanction contre la Russie n’est sur la table, ont déclaré deux diplomates européens.

La Russie a déclaré vendredi qu’elle imposait l’interdiction de voyager aux huit fonctionnaires de l’UE en réponse aux sanctions imposées par l’UE les 2 et 22 mars.

Le 2 mars, l’UE et les États-Unis ont imposé des sanctions à de hauts responsables russes à la suite de l’empoisonnement et de l’emprisonnement du chef de l’opposition Alexei Navalny. Le 22 mars, l’UE a imposé des sanctions à deux Russes accusés d’avoir persécuté des homosexuels et des lesbiennes dans la région sud de la Tchétchénie.

Jacopo Barigazzi a contribué au reportage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *