Les tensions éclatent dans la bande de Gaza alors que les tirs de roquettes se heurtent aux frappes aériennes israéliennes

Israël et les militants de la bande de Gaza sont apparus au bord d’une conflagration plus large lundi soir après que les militants ont tiré des roquettes vers Israël et qu’Israël a répondu par des frappes aériennes.

Au moins 20 personnes ont été tuées à Gaza, dont neuf enfants. Israël a nié la responsabilité de la mort des enfants, affirmant qu’une roquette du Hamas qui a échoué a causé la mort.

L’Égypte et le Qatar ont commencé des efforts de médiation pour arrêter l’escalade du conflit, mais l’armée israélienne a exclu une trêve immédiate.

«Dans les prochains jours, le Hamas ressentira le bras long de l’armée israélienne. Cela ne prendra pas quelques minutes, cela prendra quelques jours », a déclaré le porte-parole militaire Hidai Zilberman.

Il a déclaré que l’armée se préparait à un large éventail de possibilités, y compris un conflit plus large avec une opération au sol, ainsi qu’un retour des assassinats ciblés de hauts dirigeants militants.

«Tout est sur la table», a-t-il déclaré.

Des rapports de Gaza indiquent que les combattants militants sont entrés dans la clandestinité.

Le Hamas et le Jihad islamique ont tous deux pris la responsabilité des tirs de roquettes, affirmant que c’était «en réponse à [Israeli] crimes et agression contre la ville sainte [Jerusalem] et le harcèlement de notre peuple à Sheikh Jarrah et à la mosquée Al-Aqsa ».

Un projectile est tombé près d’une maison dans une communauté proche de Jérusalem.

Le ministre des Affaires étrangères, Simoon Coveney, sur Twitter, a condamné les tirs de roquettes et a déclaré qu’il fallait un «engagement fort» de la communauté internationale avec les autorités israéliennes et palestiniennes.

Il a déclaré à RTÉ News que l’Irlande avait coparrainé un débat sur la question au Conseil de sécurité des Nations Unies et a déclaré qu’il avait soulevé la question lors de la réunion de lundi des ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne à Bruxelles.

Ultimatum

La recrudescence de la violence de lundi est intervenue après qu’Israël a refusé un ultimatum des dirigeants du Hamas de Gaza pour retirer ses forces du point d’éclair Haram al-Sharif (sanctuaire noble) de la vieille ville de Jérusalem, connu des Juifs sous le nom de Mont du Temple, site de la mosquée Al-Aqsa. , et du quartier de Sheikh Jarrah où les familles palestiniennes sont menacées d’expulsion de leurs maisons.

L’ultimatum est venu après que plus de 300 Palestiniens, ainsi que plus de 20 policiers israéliens, ont été blessés lors de nouveaux affrontements lundi à Jérusalem, qui a connu des jours de violents affrontements. La police avait auparavant fermé la zone de Harm al-Sharif dans un effort pour apaiser les tensions – un effort qui semblait s’être retourné contre lui.

Les Israéliens participent à la marche annuelle de la Journée de Jérusalem lundi.  Photographie: Gil Cohen-Magen / AFP via Getty Images

Les Israéliens participent à la marche annuelle de la Journée de Jérusalem lundi. Photographie: Gil Cohen-Magen / AFP via Getty Images

Auparavant, la police avait détourné une marche des nationalistes juifs du point d’éclair de l’entrée de la porte de Damas dans la vieille ville historique et le quartier musulman, incitant les organisateurs à annuler la procession annuelle de la Marche du drapeau, que les Palestiniens considèrent comme une provocation.

Renforts

Des renforts massifs de police ont été envoyés à Jérusalem et l’armée a également renforcé ses forces en Cisjordanie.

La frontière de Gaza a connu une recrudescence de la violence au cours des derniers jours avec des tirs de roquettes sporadiques sur Israël et une reprise du lancement de ballons incendiaires qui ont provoqué une destruction généralisée des récoltes israéliennes.

En réponse à l’ultimatum du Hamas, Israël s’est préparé à la possibilité de tirs de roquettes de Gaza vers le centre d’Israël. Les avions entrant et sortant d’Israël ont été détournés au nord de l’aéroport international Ben Gourion, plus loin de Gaza.

L’armée a ordonné à toutes les écoles situées dans un rayon de 40 km autour de Gaza de fermer mardi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *