L’Irlande pourrait être perdante alors que la France revendique la majeure partie du fonds de compensation du Brexit de 5 milliards d’euros

L’Irlande espérait qu’un fonds de compensation pour le Brexit de 5 milliards d’euros amortirait le coup économique de la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne fait l’objet d’une rivalité féroce entre les États membres, la France lorgnant une grande partie du pot comme compensation pour ses pêcheurs.

La réserve d’ajustement pour le Brexit a été convenue dans un accord budgétaire historique de l’UE cet été pour aider les pays les plus durement touchés par le Brexit, et comme la croissance de l’Irlande devrait être la plus touchée du bloc, le gouvernement espérait se tailler la part du lion. Mais alors que les négociations entrent dans leur phase finale, il est devenu clair que les communautés de pêcheurs de plusieurs États membres sont susceptibles de perdre le point de savoir si un accord est conclu ou non, ce qui entraîne une concurrence féroce sur la façon dont les 5 milliards d’euros seront répartis.

«Certains États membres ont commencé à considérer l’ensemble de ce fonds comme une sorte de fonds de compensation des poissons», a déclaré un diplomate européen. «Presque exclusivement pour le poisson, et presque exclusivement pour la France».

Alors que le président français Emmanuel Macron se prépare à une campagne de réélection contre la rivale d’eurosceptique d’extrême droite Marine Le Pen, la possibilité que les communautés de pêcheurs françaises perdent l’accès à leurs terres traditionnelles est devenue politiquement très sensible, ce qui a conduit Paris à faire une offre pour une grande partie de l’argent pour adoucir le coup du Brexit.

Alors que la commission se prépare à élaborer des propositions sur la manière dont le fonds devrait être divisé et sur les critères à utiliser pour calculer l’impact du Brexit, les États membres ont exercé un lobbying féroce pour faire pencher le calcul en leur faveur.

«De nombreux pays envisagent ce fonds», a déclaré un haut responsable de la Commission européenne. «La France cherche à puiser dans le fonds. Ce sera un débat animé entre les États membres et la commission. »

Opposé au fonds

Plusieurs pays s’opposent à ce que le fonds soit utilisé pour des raisons politiques, pour aider le président Macron à réprimer le retour de force interne d’un compromis sur le poisson.

«Cet instrument est évidemment là pour offrir une sorte de compensation pour les pays les plus touchés et la meilleure façon de le faire est de disposer de données concrètes», a déclaré un deuxième diplomate.

Les détails de tout accord éventuel auront une influence sur la façon dont le fonds serait divisé, car la douleur économique est susceptible de tomber de manière inégale sur les différents États membres et industries en fonction des compromis impliqués. Si aucun accord ne peut être conclu, l’impact devrait être plus sévère dans tous les domaines.

L’Irlande a fait pression avec la Belgique et le Danemark pour l’adoption de règles générales sur la manière dont l’argent peut être utilisé, afin de permettre au gouvernement de l’utiliser pour soutenir des secteurs de l’économie, notamment l’agroalimentaire, la vente au détail, l’industrie et la pêche.

Les pays géographiquement les plus proches de la Grande-Bretagne et avec les liens commerciaux les plus solides devraient être globalement les plus durement touchés, l’Irlande étant censée être la plus touchée, suivie des Pays-Bas et de la Belgique.

États côtiers

En matière de pêche, les États côtiers de Belgique, du Danemark, de France, d’Allemagne, d’Irlande, des Pays-Bas, d’Espagne et de Suède risquent tous de perdre l’accès aux stocks qu’ils pêchaient auparavant, en fonction du résultat des négociations.

Le responsable de la commission a qualifié la revendication de l’Irlande du fonds du Brexit de «musclée», tandis que les diplomates conviennent que, quelle que soit la mesure, l’Irlande est susceptible d’avoir de nombreuses preuves qu’elle mérite une part généreuse. Mais la forte concurrence risque de réduire la part.

« Les Français ont l’œil dessus, et le fonds n’est pas si gros », a déclaré un troisième diplomate européen.

L’annonce de la réserve d’ajustement pour le Brexit a été essentielle pour le soutien de l’Irlande au budget de 1,8 billion d’euros et à l’accord de fonds de redressement de l’UE cet été, auquel l’Irlande est un contributeur net. L’ensemble du paquet n’a pas encore reçu son approbation finale, en raison d’un veto de dernière minute de la Hongrie et de la Pologne qui a déclenché d’intenses négociations pour sortir de l’impasse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *