Pourquoi la Banque centrale agit-elle si lentement contre les assureurs?

Que fait un gouvernement lorsqu’il ne peut pas décider quoi faire sur une question épineuse? Commandez un rapport. Et quand on ne sait toujours pas quoi faire? Commandez un autre rapport pour discuter des conclusions de l’original.

C’est une approche qui a fait ses preuves et qui a fait ses preuves, et nous l’avons déjà vue à maintes reprises. C’est maintenant au tour du secteur de l’assurance, et l’examen de la Banque centrale pour savoir si la double tarification est si préjudiciable aux intérêts des consommateurs qu’elle devrait être interdite.

Après tout, depuis que le gouvernement s’est engagé à supprimer cette pratique en juin dernier, nous avons reçu un rapport initial de la Banque centrale d’Irlande qui a révélé que la double tarification dans les secteurs de l’assurance habitation et automobile était plus courante que prévu. Par la suite, une lettre a été envoyée par le régulateur aux directeurs généraux des différentes compagnies d’assurances leur demandant de «bien comprendre l’impact des pratiques tarifaires» sur leurs clients.

Jusqu’ici si bénin. Puis est venu le rapport intérimaire de lundi. Un rapport tellement intéressant que les courtiers Davy ont réussi à le résumer dans une note aux clients intitulée: «Pas de nouvelles constatations dans le rapport intermédiaire».

Le régulateur est peut-être en train de préparer son prochain rapport, prévu pour septembre 2021, le gouvernement indiquant qu’il prendra ensuite des mesures, si nécessaire, d’ici la fin de 2021.

Tout cela soulève la question suivante: si la double tarification est si dommageable, pourquoi la Banque centrale n’agit-elle pas maintenant plutôt que d’attendre un autre rapport éclairant, et une autre année?

Faire cela serait «précédent», a déclaré lundi Derville Rowland, directeur général de la conduite financière à la Banque centrale. Mieux vaut, semble-t-il, attendre encore un an pour faire plus de recherches.

Analogie de la tarte hachée

Disons que Noël approche et que vous vous dirigez vers votre supermarché local, que vous fréquentez régulièrement, pour des tartes hachées. Vous demandez combien ils sont et êtes surpris d’apprendre qu’ils coûtent 5 € pour une boîte de quatre. Mais vous acceptez le prix et vous les payez.

Imaginez votre surprise alors, lorsque vous rencontrez votre ami en sortant – qui vit loin et ne va jamais dans ce supermarché – avec deux boîtes de ces tartes hachées qui vous disent joyeusement qu’ils n’ont payé que 5 € pour les huit tartes.

C’est le but de la double tarification: facturer à deux clients similaires un prix différent pour le même produit. Bien qu’il soit assez facile de s’énerver à l’idée d’être surfacturé pour les tartes hachées, nous nous sommes habitués à ce que tout le monde l’utilise, des compagnies aériennes aux sociétés de services publics en passant par les assureurs.

Et il ne fait aucun doute que cela nuit à une certaine cohorte de consommateurs – généralement ceux qui sont réticents à changer dans le cas de l’assurance – c’est pourquoi le gouvernement et les partis d’opposition veulent voir cette pratique interdite.

Pour être juste envers le régulateur, bien que le rapport de lundi n’ait peut-être pas offert de nouvelles informations substantielles, il a offert un aperçu supplémentaire de l’impact qu’il peut avoir sur les consommateurs.

Attendre une autre année pour un autre rapport ne changera probablement pas le résultat

Il a révélé que les clients qui restent chez un assureur subventionnent des primes moins chères pour les «nouvelles affaires», et plus un client est longtemps avec un assureur, plus il est susceptible de payer sa couverture par rapport à un nouveau client. Les personnes âgées sont particulièrement vulnérables à cette prime de fidélité et sont victimes de la «marche des prix», selon laquelle les assureurs augmentent chaque année les primes pour les clients existants au moment du renouvellement.

C’est un problème suffisant pour comprendre pourquoi le gouvernement a promis d’interdire la pratique dans son plan d’action pour le secteur des assurances la semaine dernière afin de protéger les consommateurs, et assez pour que le Sinn Féin poursuive son projet de publier un projet de loi cette semaine pour interdire le pratique sur le marché irlandais.

Mais pas assez pour que la Banque centrale recommande d’agir?

Concurrence étouffée

La principale hésitation de la Banque centrale à agir est sa crainte que cela puisse nuire à la concurrence. Comme indiqué dans le rapport, certains consommateurs obtiendront un meilleur prix en optant pour une double tarification, car la double tarification peut favoriser «la concurrence et l’innovation» et faire baisser les prix pour les nouvelles entreprises, tandis que la directrice de la protection des consommateurs du régulateur, Gráinne McEvoy, a précédemment exprimé sa crainte que son interdiction puisse étouffer la concurrence.

Mais la concurrence est-elle vraiment si grande pour les consommateurs qu’elle devrait l’emporter sur les régulateurs en prenant une main plus ferme?

Il y a quelques années, on nous a dit que les banques ne pouvaient pas être obligées de ramener les taux hypothécaires aux normes européennes, car cela empêcherait la concurrence et découragerait les nouveaux venus sur le marché.

Comment cela a-t-il fonctionné? Eh bien, les taux hypothécaires irlandais sont toujours bien plus élevés que sur le continent, tandis que notre seul nouvel entrant – Avant Money – n’offre ses meilleurs taux qu’aux personnes dont le ratio prêt / valeur est inférieur ou égal à 60%, ce qui en fait un concurrent de niche.

De plus, pour un pays qui a eu une expérience aussi douteuse de la concurrence dans les services financiers – rappelez-vous une concurrence acharnée à l’approche de la crise financière alors que les prêteurs cherchaient agressivement des parts de marché, entraînant le quasi-effondrement du secteur il est parfois surprenant d’entendre parler de la concurrence sur des tons aussi vénérés, comme cela a été le cas avec la Banque centrale ces derniers temps.

En fin de compte, une décision doit être prise. La double tarification est un problème ou non.

D’une part, comme la Banque centrale l’a déjà découvert, il est injuste pour les personnes qui ne veulent pas ou ne peuvent pas changer. D’autre part, comme le régulateur l’a constaté, cela aide ceux qui sont prêts à magasiner pour obtenir des prix plus bas. L’interdire affectera ce dernier mais aidera le premier et vice versa. Il s’agit donc de savoir qui, selon le régulateur, sera le plus gravement touché.

Attendre une autre année pour un autre rapport ne changera probablement pas le résultat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *