Les nouveaux vêtements de l’empereur: l’illusion de la «  souveraineté  » britannique

Les pourparlers de l’UE sur le poisson ont toujours été les pires: des nuits blanches, des parties d’échecs en trois dimensions conciliant les quotas, le total autorisé des captures, «l’effort de pêche», les mailles, entre 28 États membres aux intérêts opposés. Sans parler de la science des stocks de poissons. Habituellement seulement mis en accord par une aube naissante et l’imminence des vacances de Noël.

Et pour être suivis invariablement par 28 récits nationaux de «victoires» historiques, des coupures mystérieusement transformées en gains entièrement théoriques.

Les électeurs britanniques se sont vus vendre un chiot, un rêve, tout comme Trump l’a fait avec son Make America Great Again

Le week-end dernier, alors que nous regardions Barnier and Co se débattre dans les derniers actes des négociations sur le Brexit, une fois de plus enchevêtrés dans des filets de pêche, je me suis souvenu d’une histoire sur le regretté Eamon Gallagher, ancien diplomate irlandais et autrefois M. Fish de la Commission. Il y a de nombreuses années, Gallagher, m’ont dit d’anciens collègues, au petit matin, a négocié un chemin à travers des jours et des nuits de pourparlers dans l’impasse sur le partage du stock de l’Atlantique Nord en inventant une nouvelle espèce de poisson, puis en persuadant les parties d’y distribuer des quotas fictifs si apaisant le précédemment lésé. Accord fait.

Et, en vérité, l’équipe Barnier faisait preuve d’une créativité similaire. Leur tâche – accomplie avec succès – de créer l’illusion que l’UE cédait quelque chose de profondément précieux au Royaume-Uni, bien que profondément nébuleux, un manteau comme les nouveaux vêtements de l’empereur qui laissaient son porteur plus nu qu’un nouveau-né et en tant que «souveraineté» non protégée. Un shibboleth, un mot dont le sens évoque des notions romantiques d’indépendance, d’autonomie, de robustesse et de séparation, et de résistance contre la coercition, peut-être même la tyrannie. Comment quelqu’un peut-il être contre la souveraineté?

Mais, confondus avec le «pouvoir», les électeurs britanniques se sont vus vendre un chiot, un rêve, tout comme Trump l’a fait avec son Make America Great Again (Maga). Et ils commenceront à se rendre compte que le droit souverain d’agir de manière autonome ne vaut pas grand-chose sans le pouvoir de le faire. Une puissance inévitablement contingente dans un monde où la sécurité et le bien-être économique de chaque nation sont inextricablement liés à ceux des autres.

Le grand mensonge est – l’essence de l’affirmation de Boris Johnson, la Grande-Bretagne aura son gâteau et le mangera – que la souveraineté du Royaume-Uni après le Brexit ne sera pas limitée. Mais sans contrainte, en vérité, seulement si le Royaume-Uni décide que son destin réside dans un avenir à la nord-coréenne, coupé du reste du monde. «Nous avons repris le contrôle des lois et de notre destin», affirme Johnson. «Nous avons repris le contrôle de chaque point et titre de notre règlement d’une manière complète et sans entrave.» Sans entrave?

Problèmes de crise

Comme l’ancien diplomate irlandais Bobby McDonagh l’a observé dans ces pages, «le Royaume-Uni ne peut conclure aucun accord commercial significatif qui ne limite pas la souveraineté britannique. Le contrôle national sur le commerce est une contradiction dans les termes. Contrôle absolu sur les arrêts commerciaux à Douvres et à Heathrow. Il n’y a qu’une seule façon de parvenir à un tel contrôle. N’exportez rien. »

Le fétichisme de la souveraineté, le code pour y aller seul et «  nous étions autrefois un empire  », est une cruelle illusion

En effet, les dernières questions cruciales de l’accord commercial sur le Brexit, l’égalité des chances et le poisson, illustrent parfaitement ce point. La Grande-Bretagne a demandé le droit, au nom de la souveraineté, de ne pas tenir compte des changements de normes au sein du marché unique que chaque État membre serait obligé de faire respecter, le droit en fait d’être traité non pas de manière égale avec les membres de l’UE, mais mieux. Dans le domaine de la pêche, il a demandé le droit de réduire les droits de pêche historiques des voisins sans aucune conséquence en termes d’accès aux marchés de l’Union. Souveraineté sans contrainte.

Johnson avait précédemment insisté sur le fait qu’aucun Premier ministre ne devrait jamais signer un accord impliquant la stipulation: «Si [the EU passes] une nouvelle loi à l’avenir à laquelle nous, dans ce pays, ne nous conformons pas »l’UE aurait le« droit automatique »d’imposer des tarifs. Mais la reconnaissance éventuelle par le Royaume-Uni que dans les deux cas il accepterait qu’il y aurait un prix à payer, négocié si nécessaire par un arbitrage indépendant, a permis de signer l’accord sans mettre en péril le marché unique. Et les fanfaronnades de Johnson nonobstant.

Le fétichisme de la souveraineté, le code pour faire cavalier seul et «nous étions autrefois un empire», est une illusion cruelle pour laquelle le Royaume-Uni paiera un lourd tribut.

La présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, l’a bien dit: la véritable souveraineté n’est pas le droit mais la capacité d’agir, ce que le Brexit diminue. «Nous devrions couper les propos et nous demander ce que signifie réellement la souveraineté au 21e siècle», a-t-elle déclaré aux journalistes après les pourparlers. «Pour moi, il s’agit de pouvoir travailler, voyager, étudier et faire des affaires de manière transparente dans 27 pays. Il s’agit de mettre en commun nos forces et de parler ensemble dans un monde plein de grandes puissances. Et en temps de crise, il s’agit de se relever au lieu d’essayer de se remettre debout, seuls. Et l’Union européenne montre comment cela fonctionne dans la pratique. »

Comme Eamon aurait pu le dire: «M. Johnson, puis-je vous intéresser à un quota de ce poisson inhabituel?»

  • PUMA Short TFS homme, Violet, Taille L, Vêtements
    Purple/Coral - Notre gamme Tailored for Sports (TFS) trouve ses racines dans la collection PUMA Archive 1990 et combine des écussons, des lignes de coupe et des blocs de couleurs originaux avec de nouveaux matériaux frais et des détails inattendus. Ce short est une nouvelle version d’un classique, avec des notes de couleur
  • PUMA Soutien-gorge de sport basse intensité UNTMD femme, Noir, Taille L, Vêtements
    Black - Ce soutien-gorge léger vous offre un confort et une stabilité parfaits pendant vos séances d'entraînement les plus intenses. Distinguez-vous avec ses bretelles, son dos design respirant et son imprimé serpent ultra brillant. Conçu pour des entraînements basse intensité, mais pour un look extrêmement intense.
  • F-Lite Superlight Jeu de dames sous-vêtements fonctionnels Noir taille : L
    * 3d-sans soudure-Construction légère * se refroidit en été * réchauffe en hiver articles: F-Lite Superlight Jeu de dames sous-vêtements fonctionnels

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *