Politique étrangère de l’UE RIP

Appuyez sur play pour écouter cet article

Matthew Karnitschnig est le correspondant principal de POLITICO pour l’Europe.

La politique étrangère européenne est morte à Moscou la semaine dernière. L’inhumation aura lieu en mer ce printemps, à quelque 35 brasses sous la Baltique, où un imposant navire russe appelé «Fortuna» pose la dernière section du gazoduc Nord Stream 2 de 1 230 kilomètres de long entre la Russie et l’Allemagne.

Alors que la fin des ambitions géopolitiques de l’Europe était longue à venir, le coup de grâce a été un jeu d’enfant, ne serait-ce que parce qu’il s’est auto-infligé.

Dans ce que l’on appelle «l’humiliation» dans les capitales européennes, le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, est resté silencieux à Moscou vendredi dernier alors que le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a rejeté l’UE comme un «partenaire peu fiable» lors d’une apparition commune à la télévision en direct. La seule réponse que Borrell réussit à rassembler à la longue diatribe de Lavrov fut un sourire douloureux.

De retour dans la bulle bruxelloise, les parlementaires européens ont réagi avec indignation et ont appelé à la démission de Borrell. MEP belge Assita Kanko même a demandé Borrell, un Espagnol, ce qui était arrivé à l’UE cojones.

En posant la question, elle a involontairement dévoilé le sale petit secret de l’UE: elle n’en a pas.

L’UE a toujours mieux fonctionné lorsqu’elle s’en tient à ce qu’elle sait, comme la réglementation, le commerce et l’octroi de subventions à travers le bloc. La diplomatie à enjeux élevés n’a jamais été et – comme l’a prouvé Borrell – ne sera jamais le point fort de l’UE pour la simple raison qu’il n’y a pas de consensus au sein du bloc de 27 membres sur la politique étrangère.

Qu’il s’agisse de la Russie ou de la Turquie, de la Chine ou même des États-Unis, négocier une position cohérente au sein de l’UE est pratiquement impossible; non pas pour des raisons d’idéologie de parti, mais parce que les intérêts nationaux divergent souvent.

Le véritable crime de Borrell a été de laisser tomber le masque de l’impuissance de l’UE. Les critiques disaient depuis des semaines qu’il ne devrait pas faire le déplacement, en particulier à la suite de l’emprisonnement par le Kremlin du leader de l’opposition Alexei Navalny et de sa répression contre les manifestants. Les Russes utiliseraient le voyage pour leur propre propagande, ont-ils averti. Borrell est allé de toute façon, faisant des arguments fatigués sur les mérites du «dialogue» avec les adversaires.

Ce qui a fait de l’Espagnol une marque si facile pour Lavrov, c’est qu’il n’avait aucun moyen de forcer la main de la Russie. Même si l’UE avait une armée ou «l’autonomie stratégique» tant recherchée à laquelle aspirent beaucoup de Bruxelles, elle serait paralysée par le processus consistant à s’entendre sur ce qu’il faut faire face à un défi comme la Russie.

Le seul outil dont dispose l’UE pour «punir» la Russie sont les sanctions, qui jusqu’à présent n’ont pratiquement eu aucun effet sur le comportement malveillant de Moscou. (Les riches russes ont largement réussi à contourner les restrictions en achetant des passeports européens à Chypre et à Malte.)

Cela n’a pas aidé les choses dans lesquelles l’effort pour enfermer la Russie a été constamment sapé par le plus grand membre de l’UE, l’Allemagne.

La tendance de Berlin à détourner le regard face aux provocations russes est bien documentée. Ces dernières années, le meilleur exemple de cet angle mort a été le pipeline Nord Stream 2. De nombreux pays de l’UE, sans parler des États-Unis, s’opposent au projet pour diverses raisons, notamment le fait qu’il privera l’Europe de l’Est de milliards de frais de transit que la Russie paie désormais pour livrer du gaz sur le continent.

Berlin a fermement refusé d’utiliser sa participation au projet comme un levier contre Moscou, où (comme partout ailleurs sauf l’Allemagne) elle est considérée comme une initiative stratégique clé. Au fil des ans, Nord Stream 2 a survécu à une annexion illégale, à de multiples empoisonnements, au moins un assassinat ainsi qu’à des tentatives de saper la démocratie occidentale trop nombreuses pour être citées.

L’accord russo-allemand est si cher à Berlin, cependant, que le gouvernement allemand a discrètement proposé de dépenser 1 milliard d’euros l’année dernière pour obtenir une garantie américaine de ne pas imposer de sanctions sur le projet.

Plus tôt cette semaine, le président allemand Frank-Walter Steinmeier a offert une nouvelle explication à la dévotion de l’Allemagne au pipeline.

«Plus de 20 millions de personnes dans l’ex-Union soviétique sont mortes pendant la guerre», a-t-il déclaré dans une interview au journal. «Cela n’excuse pas les mauvais comportements de la politique russe aujourd’hui, mais nous ne devons pas perdre de vue la situation dans son ensemble.»

Les remarques n’ont pas été bien accueillies par certains voisins de l’Allemagne.

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a accusé l’Allemagne d’être «derrière le dos de l’Europe», qualifiant Nord Stream 2 de «projet anti-Union qui pourrait bientôt servir la politique agressive de la Russie».

«Il est temps d’arrêter cela», a-t-il conclu.

On ne sait pas exactement comment Borrell, ou n’importe qui d’autre dans sa position, pourrait espérer évoquer une position «européenne» à partir d’un tel bourbier.

Les fédéralistes européens soutiennent que le moyen de sortir d’une telle situation est que l’UE abandonne l’exigence d’unanimité dans la prise de décision de politique étrangère en faveur du «vote à la majorité qualifiée».

Pourtant, cela ne ferait qu’accentuer les divisions. Imaginez, pour les besoins de l’argumentation, qu’une majorité de membres de l’UE décident de poursuivre un rapprochement avec la Russie contre la volonté des États baltes et de la Pologne. Ou pensez à ce qui se passerait si une majorité qualifiée voulait se joindre à la Turquie dans son différend avec la Grèce et Chypre en Méditerranée orientale.

La cohésion de l’UE, telle qu’elle est, serait détruite.

La position de Borrell en tant que «haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité» est une innovation assez récente. Comme Borrell, ses deux prédécesseurs dans le rôle, Catherine Ashton et Federica Mogherini, ont eu du mal à formuler une politique étrangère européenne cohérente à l’encontre des agendas des capitales nationales.

Malgré le grand titre, le bureau n’a que peu d’autorité et, comme Borrell l’a découvert lors de sa malheureuse visite à Moscou, encore moins de respect.

En fin de compte, la plupart des membres de l’UE se contentent de maintenir l’arrangement confortable d’après-guerre consistant à compter sur les États-Unis pour la sécurité et sur leurs propres gouvernements pour la politique étrangère.

Si Bruxelles veut être prise au sérieux, elle doit accepter la mort de ses ambitions de politique étrangère et passer à autre chose.

  • Après l'échec politique la défaite militaire des impérialistes américains au sud-Vietnam est inévitable - Général Van Tien Dung - Livre
    Guerre d'Indochine / Viet-Nam - Occasion - Bon Etat - Langues Etrangères poches divers - Poche - Structure Coopérative d'insertion à but non lucratif.
  • L'État et la révolution - Vladimir Illitch Lénine - Livre
    Politique - Occasion - Bon Etat - Editions en langues étrangères - Grand Format - Structure Coopérative d'insertion à but non lucratif.
  • Orla Kiely Tapis Giant Linear Stem
    Mise en relief sur un fond uni, une tige géante agrémentée de feuilles arrondies se profile sur le tapis Giant Linear Stem. Fruit de l’imagination de la talentueuse artiste irlandaise Orla Kiely, cette création est conçue avec de la laine pure. Tuftée à

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *