Le ministre du DUP ordonne l’arrêt de la construction d’installations d’inspection pour les contrôles post-Brexit

Le ministre de l’Agriculture du Nord a ordonné à ses fonctionnaires d’arrêter la construction d’installations d’inspection permanentes pour les contrôles post-Brexit sur les produits agroalimentaires en provenance de Grande-Bretagne.

Le député DUP Gordon Lyons a déclaré à l’agence de presse PA qu’il avait également ordonné l’arrêt du recrutement du personnel d’inspection pour les installations portuaires et ordonné la fin des redevances perçues dans les ports sur les commerçants apportant des marchandises de GB en Irlande du Nord.

Vendredi soir, le SDLP a appelé à une réunion d’urgence de l’exécutif du Nord pour aborder «l’action unilatérale» prise par le ministre.

«Le DUP ne peut pas choisir les devoirs et obligations de la direction exécutive auxquels il souhaite adhérer», a déclaré le chef du parti, Colum Eastwood.

«Cette décision est controversée, transversale et ne peut être mise en œuvre sans l’accord de l’exécutif», a déclaré le ministre de l’Infrastructure, Nichola Mallon.

La vice-première ministre du Nord, Michelle O’Neill, a décrit la décision du ministre comme un coup.

«Auparavant, lorsque l’ancien ministre de la DAERA [Edwin Poots] a pris une position similaire, son secrétaire permanent a pris les responsabilités de l’exécutif », a-t-elle déclaré sur les réseaux sociaux.

«Le protocole est une conséquence du Brexit. Le DUP s’est fait le champion du Brexit et doit en assumer les conséquences. Les entreprises et la société ont besoin de certitude, pas de cascades. »

Postes temporaires

Des contrôles sur les expéditions agroalimentaires arrivant en Irlande du Nord en provenance de Grande-Bretagne sont en place dans les ports du Nord depuis la fin de la période de transition du Brexit le 1er janvier.

Ils sont requis en vertu du protocole de l’Irlande du Nord, qui fait partie de l’accord de retrait du Brexit conclu entre le Royaume-Uni et l’UE qui a évité une frontière dure sur l’île d’Irlande en plaçant une frontière douanière et réglementaire dans la mer d’Irlande.

Les syndicalistes s’y opposent car cela place une frontière entre l’Irlande du Nord et le reste du Royaume-Uni. Ils ont demandé que le protocole soit abandonné et le contestent dans le cadre d’un contrôle judiciaire.

Des postes de contrôle aux frontières temporaires (BCP) ont été construits dans les ports avant la fin de la période de transition du Brexit. Il n’est pas clair si des travaux de construction étaient actuellement en cours sur des installations permanentes, ou si le ministre a le pouvoir légal de les empêcher ou si d’autres mesures sont mises en œuvre.

L’année dernière, l’ancien ministre de l’Agriculture, Edwin Poots du DUP, a été contraint de reculer et d’autoriser la construction des postes temporaires après un avis juridique qui affirmait qu’il n’avait pas le mandat légal d’empêcher les travaux d’avoir lieu.

‘Difficultés pratiques’

M. Lyons a déclaré à l’AP vendredi soir: «Je viens de faire savoir à mes collègues de l’exécutif qu’aujourd’hui j’ai demandé à mon ministère d’arrêter le travail sur une série de questions liées au travail dans les ports.

«C’est dans et autour d’un certain nombre de domaines, tout d’abord les infrastructures supplémentaires, toute autre infrastructure construite; le recrutement supplémentaire de personnel; et aussi la recharge dans les ports. »

Sa décision concerne les travaux en cours sur de nouvelles installations d’inspection spécialement conçues. Les contrôles commerciaux en cours dans la mer d’Irlande, qui ont lieu dans les bâtiments portuaires existants réaménagés et dans d’autres installations temporaires, se poursuivront.

M. Lyons a déclaré que cette décision était une réponse aux «difficultés pratiques» causées par le protocole d’Irlande du Nord et a cité l’incertitude sur la circulation des marchandises lorsque les délais de grâce limitant actuellement la bureaucratie du protocole se terminent début avril.

«Nous ne savons pas à quoi ressemblera le mouvement des marchandises de détail de la Grande-Bretagne vers l’Irlande du Nord, nous n’avons pas encore le soutien en place par le biais du programme d’assistance numérique, et tous les SPS (sanitaires et phytosanitaires ) les problèmes autour de la fin de la période de grâce sont tellement incertains et c’est un véritable cauchemar pour nous et cela va nous causer énormément de problèmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *